1. / Blogs
  2. / 100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

Circulez, y’a rien à voir !

Rédigé le 31/03/2011 / 0

Vous avez des problèmes de circulation ? Comme vous, 10 millions de Français souffrent d’insuffisance veineuse. Mais très peu sont suivis régulièrement. Alors, risquez-vous d'avoir des varices ? Quand consulter ? Mémo pour de jolies jambes en pleine forme.


Vous avez les jambes lourdes, des crampes, les chevilles en poteau le soir ? A priori c'est une insuffisance veineuse. Voici les principaux facteurs de risque...

Contrairement aux idées reçues, les femmes comme les hommes peuvent avoir des varices. Et certains enfants peuvent même en souffrir. Il s’agit davantage des filles du fait des bouleversements hormonaux liés à la puberté.

Pour la même raison, les femmes enceintes présentent plus de risques au premier trimestre. 3e trimestre, c’est pour des raisons mécaniques : le fœtus comprime la veine cave, la veine, qui récupère tout le sang veineux circulant dans le corps. Ah la grossesse n’est pas une sinécure ! Et plus vous aurez d’enfants, plus vous augmenterez votre risque…

Vos parents ont une insuffisance veineuse ? Manque de chances, l’hérédité est le principal facteur de risque… Autre paramètre non maîtrisable : l’âge. Plus on vieillit, plus le capital veineux s’abîme. Et près de 60% des plus de 60 ans souffrent de varices.

Vous êtes en surpoids ? Mettez-vous au régime, l’insuffisance veineuse est une des complications possibles. L’obésité augmente aussi le risque d’ulcère de peau, d’ oedèmes et les phlébites. L’excès de graisses au niveau des cuisses et du ventre gène en effet la remontée du sang vers le cœur.

Votre métier a également une influence sur vos varices : si vous travaillez debout, si vous piétinez souvent ou au contraire vous travaillez en position assise en permanence.

 

Pourquoi consulter ?

Consultez rapidement si vous avez des signes d’alerte. Pour rappel, ce sont la sensation de jambes lourdes quand vous faites les magasins par exemple, des douleurs ou des crampes si vous piétinez dans un musée, des oedèmes le soir (les fameuses chevilles gonflées qui font des jambes en poteau).

Et si vous n'avez pas mal ? Idem, rendez-vous chez le phlébologue... Les conseils de prévention sont essentiel, à tous les stades de la maladie.

A quoi cela sert ? Vous ne vous rendez pas compte que la maladie évolue. Au départ, l’évolution est  silencieuse. Vos veines se dilatent de plus en plus, les tissus des jambes s’abîment et vous allez voir apparaître un ulcère (des plaies au niveau des chevilles). Plus tard, ce sont les veines plus profondes qui vont être atteintes. Et là, le risque de phlébite, d’embolie pulmonaire et même de décès existe vraiment.

Si vous consultez, le phlébologue pourra vous proposer un traitement médical ou chirurgical adapté à l’état de vos veines. Il vous rappellera également des conseils à appliquer au quotidien. Relisez mon blog sur les varices en pratique pour les mettre en pratique dès maintenant !

PS : Du 30 mars au 4 avril, c’est la semaine des maladies veineuses. A cette occasion, vous pouvez poser toutes vos questions à des phlébologues sur un forum. Vous pouvez télécharger la brochure de la société française de phlébologie, une mine de conseils.

 

 

Allergies : maîtrisez l'automédication

Rédigé le 22/03/2011 / 0

Au 4e rang des maladies mondiales d'après l'OMS, les allergies touchent un Français sur 4. Cette année, la 5e journée des allergie met l'accent sur l'allergie respiratoire. Alors, comment la reconnaître, comment la soigner ?

 

Avec les pollens, vous  éternuez très souvent, votre nez coule ou au contraire se bouche,  la gorge et le nez vous picotent ou vous démangent ? C'est sans doute une rhinite allergique. Les yeux aussi peuvent être rouges et larmoyants, vous faisant ressembler à un lapin albinos qui aurait eu un chagrin d’amour ! La rhinite allergique revient toujours au même moment, à la différence de la rhinite chronique, plus souvent provoquée par la poussière, les acariens, les animaux domestiques.

Dans la conjonctive saisonnière, en plus de ressembler au fameux lapin albinos, vous avez les paupières rouges, gonflées, parfois collées au réveil. Les yeux vous piquent et ce sont souvent les pollens ou les herbes qui sont en cause. Là encore, les symptômes reviennent au même moment.

Vous avez un doute ? Répondez à ce quiz pour savoir si vous êtes concerné.

 

Quand un avis médical s'impose-t-il ?

Ne prenez pas de traitement et consultez un médecin si c’est la 1ère fois que cela vous arrive, que vous êtes enceinte ou que vous allaitez, que vous avez de la fièvre, des crachats ou que vous « mouchez » jaune, que vous avez des maux de tête ou des douleurs dans le visage.

Idem, consultez si les symptômes ne s’améliorent pas, qu’ils s’aggravent ou que d’autres apparaissent comme des sifflements lorsque vous respirez, une toux, des difficultés à respirer. Il pourrait s’agir d’un asthme.

 

A vous l'automédication

Ce n’est pas votre cas ? Alors, c’est à vous de jouer !

Débarrassez-vous de la cause ou évitez-la le plus possible. Aérez votre chambre tôt le matin ou tard le soir. Rincez vos cheveux le soir, c’est un vrai repère à pollens et lavez votre taie d’oreillers tous les jours. Ne tondez pas vous-même (c’est Chouchou qui va le faire, il ou elle sera ravi (e). Jardinez avec des lunettes de soleil, oui, même s’il fait gris (ça fait un look de star). En voiture, roulez fenêtres fermées. Et bien sûr, arrêtez de fumer…

Si cela ne suffit pas, passez à l’étape suivante et courez demander conseil à votre pharmacien. Cela ne vous dispense pas de lire la notice du médicament et ne le prenez jamais de façon prolongée sans demander l’avis d’un médecin.

 

Médicaments, mode d’emploi

Médicaments de référence, les antihistaminiques s’opposent à l’action de l’histamine, une substance phare de l’allergie. Attention, certains entraînent une somnolence. Ils se présentent sous forme de spray, de collyre et de comprimés.

Mais vous pouvez également vous tourner vers les corticoïdes comme la béclométhasone, ils agissent sur l’inflammation. Ils sont actifs en 2 ou 3 jours donc patience…

3e possibilité, le cromoglycate. Il a une action rapide pendant 4 heures. Le spray nasal a une particularité : il faut respirer par la bouche pendant 1 minute afin que le principe actif agisse sur la muqueuse nasale et non les poumons.

Les collyres  agissent contre le larmoiement et les démangeaisons. Privilégiez les formes unidoses et lavez-vous les mains avant de les instiller dans l’œil. Pour les sprays nasals, votre nez avec du sérum physiologique et administrez le spray. Passons aux comprimés : bonne nouvelle du côté des antihistaminiques, les plus récents comme la cétirizine, n’entraîne plus de somnolence

 

Des contre-indications à respecter

Ce n’est pas parce qu’un médicament est en vente libre, qu’il se prend en collyre ou en spray qu’il est anodin. Donc respectez les indications et les contre-indications. Et au moindre doute, direction la pharmacie ou votre médecin !

Les antihistaminiques récents ne se prennent pas en cas de maladie des reins. Les plus anciens, attention au glaucome, aux difficultés urinaires, aux maladies des reins et du foie. Je vous fais grâce de la liste complète mais si vous avez un problème de santé, vérifiez que c’est compatible.

Quant aux corticoïdes, évitez-les soigneusement si vous êtes sujet à l’herpès et si bien sûr vous êtes allergique à la substance.

Avec tout cela, vous êtes paré. Cette année, les allergies ne feront pas le printemps !

Somnolence : ne vous endormez pas sur vos claviers

Rédigé le 17/03/2011 / 2

Vous piquez du nez sur votre clavier ? Vous vous assoupissez en réunion ? Comme 1 Français sur 5, vous vous sentez régulièrement somnolent. Comment en sortir ? La 11e Journée du sommeil est l'occasion de faire le point.


Des nuits de plus en plus courtes

Les femmes sont davantage concernées par la somnolence, tout comme les ronfleurs. Vous travaillez en horaires décalés ou la nuit ? Vous êtes également plus à risque.

Mais le principal accusé est le temps de transport. En moyenne, les Français passent 1h20 dans les transports. Et près d'un sur 5 dépasse les 2 heures quotidiennes...

Combien d'heures dormez-vous par nuit ? Un Français sur 3 ne dort pas assez. On estime qu'en moyenne, un individu a besoin de 7 à 8 heures. Et que le manque de sommeil expose au surpoids, au diabète, aux maladies cardio-vasculaires. Tout un programme... Admettons que vous vous couchez 1/4 d'heure trop tard chaque soir. 15 petites minutes, ce n'est rien ! Et bien si ! En cumulé, vous manquerez d'1h45 par semaine.

 

Des conséquences graves

Irritabilité, relations plus difficiles (vous êtes plus irritable ? C'est Chéri qui va en faire les frais...). Le manque de sommeil vous rend également moins efficaces (et là, c'est avec votre boss que ça va se compliquer !).

Absentéisme, arrêt-maladie, accident du travail ou domestique,... les conséquences peuvent être graves. Et même dramatiques avec les accidents de la route.

 

Sur la route, faites une pause !

La somnolence est en cause dans 1 accident sur 3... Vous comptez sur la radio pour vous tenir éveillé, le téléphone, le café ou encore vous ouvrez la fenêtre ou vous fumer. Cela n'a aucune efficacité, que ce soit clair. Vous devez vous arrêter sur une aire et faire une sieste. Donc soyez attentifs à certains signes : bâillements, paupières lourdes, écart sur la route, flou visuel, nuque ou dos raide,... Ayez un réflexe, arrêtez-vous.

 

Les enfants aussi !

Entre le radio-réveil, l'ordinateur, la télé, les enfants sont souvent entourés d'appareils électroniques. Or les spécialistes sont de plus en plus préoccupés par cette « électronisation ». Et un sommeil non réparateur chez un enfant, c'est des difficultés à apprendre à l'école... Donc veillez à ce qu'ils se couchent à heure fixe, selon leurs besoins. Ne les faites pas veiller le soir.  Retrouvez davantage de conseils sur le sommeil des enfants.

 

Parlez-en à votre généraliste

C'est donc le but de la 11e Journée du sommeil : vous sensibiliser à la somnolence et à votre sommeil. Des manifestations ont lieu dans toute la France. Si vous êtes concernés, parlez-en... Votre médecin rechercera les causes possibles de mauvais sommeil : narcolepsiesyndrome des jambes sans repos ou d'apnée du sommeil,... Il vous rappelera les règles à respecter (pas de repas trop copieux, pas de sport juste avant le coucher, un bain tiède 2 heures avant,...). Et même vous conseiller une petite sieste sur votre lieu de travail, qui n'est hélas pas encore rentrée dans les mœurs !

PS : Et pour tous ceux qui ont lu ce blog en espérant qu'il donne des conseils quand ils comptent les heures la nuit, lisez celui d'avril 2009. Retrouvez quelques conseils ici. Et participez aux ateliers Insomnies mis en place par le réseau Morphée, en accord avec votre médecin traitant. Exclusivement en Ile-de-France...

Ne cédez pas à la tyrannie des régimes !

Rédigé le 08/03/2011 / 1

Ce blog reprendra son rythme et sa forme habituels dès la semaine prochaine. Mais pour célébrer la Journée de la femme, je souhaitais un billet plus personnalisé.

J'ai hésité à parler du plaisir sexuel au féminin, j'ai cherché des idées sur les "unes" des magazines féminins et j'ai été frappée comme chaque année par la monomanie éditoriale... Toutes ou presque vendent tel ou tel régime, qui vous fera perdre les kilos dont vous rêvez de vous débarrasser, retrouver le corps de vos 20 ans... Un régime qui risque de vous plonger dans la spirale du yo-yo, perturber votre alimentation via des boulimies de sucré ou une anorexie.

Intoxiquées par des mannequins sublimes (en fait, rachitiques ou anorexiques), vous perdez peu à peu le contact avec la réalité. Oui, la cellulite fait partie de la vie ! Oui, se faire plaisir en mangeant est normal (c'est culpabiliser après un bon repas qui ne l'est pas). Et vous focalisez sur ces cuisses trop rondes, ces fesses trop rebondies. Pourquoi ne pas accepter ces courbes voluptueuses ?

Alors ne cédez pas à la tyrannie des régimes ! Boycottez ces revues ce mois-ci !

Ce n'est pas difficile de perdre du poids, c'est de maintenir ce poids qui nous plaît.

D'ailleurs, vous connaissez votre poids "idéal" ? Je ne parle pas de l'IMC, l'index de masse corporelle. C'est plutôt un indicateur de surpoids ou d'obésité, qui peuvent provoquer des affections. Le poids idéal, c'est celui où vous vous sentez bien, désirable, quand votre corps vous plaît. Il dépend de chacune et les formules scientifiques donnent une approximation. J'y reviendrai bientôt avec un blog sur les régimes.

Et si vous voulez vraiment perdre du poids, prenez conscience qu'un régime réussi, c'est celui qui vous fait modifier votre style de vie. Vous voulez contrôler votre poids ? Etes-vous prête alors à modifier votre comportement alimentaire et à faire plus de sport ? A manger mieux (je n'ai pas dit forcément moins) pour la vie ?

Et voilà un dernier argument, imparable celui-là : les hommes préfèrent les rondes. Ils n'ont pas envie d'avoir un porte-manteau dans leur lit (je parle des mannequins !), simplement d'avoir une femme épanouie, qui se sent bien dans son corps, avec ses atouts et ses défauts.

Je vous souhaite une excellente journée où vous vous sentirez belle telle que vous êtes.