1. / Blogs
  2. / 100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

Et si c'était le stress ?

Rédigé le 22/02/2010 / 3

Vous avez mal au ventre ? Votre peau vous joue des tours ? Vos muscles sont noués ? C'est le stress !

Un mécanisme de défense mal adapté

 Quand vous êtes stressés, tout votre corps est en émoi !Vous commencez à le savoir, le stress permet au corps de se défendre face à une agression. Première phase : les surrénales s'emballent et une cascade d'hormones envahit le corps. Baisse de la tension artérielle, de la température, hausse du rythme cardiaque, respiration s'accélère, sudation,... Adrénaline, cortisol et compagnie sont entrés en action.

Deuxième phase, le corps s'adapte, il corrige les réactions de défense. Mais si l'agression persiste, le corps reste en alerte. Il puise alors dans ses réserves pour maintenir les mécanismes de défense. Et il s’épuise…

Aujourd'hui, vous êtes davantage exposés au stress psychologique (qu'au stress physique de vos ancêtres !). Dommage car votre système de défense est moins adapté. Il perturbe nos défenses immunitaires et tout notre corps.

Vérifiez ici si vous êtes stressé. .

 

 Des méfaits nombreux

Insomnie, mal de dos, douleurs musculaires ou articulaires mais aussi ulcère d'estomac, irritabilité, fatigue, anxiété, troubles du comportement alimentaire... La liste des effets du stress est longue ! Car tous les organes sont des victimes potentielles.

Même la libido peut être en berne. Difficile d’avoir envie de galipettes lorsque l’on pense à son boss tyrannique ou à l’examen du lendemain !

Vous seriez deux Français sur trois à être de plus en plus stressés. Et avant de vous tourner vers des anxiolytiques, jetez un coup d’œil ci-dessous, vous trouverez forcément votre bonheur.

 

Mille et un moyens de se relaxer

Comment réagir devant un stress important ? Tout d'abord, identifiez la cause de stress. La lutte est plus efficace quand on connaît son ennemi. Si vous ne pouvez pas l’éliminer (on revient au boss tyrannique, l'examen inratable ou la belle-mère insupportable), apprenez à la tolérer sans stresser. Prenez du recul, analysez la situation calmement et canalisez vos émotions. Des exercices simples de respiration permettent de prendre de la distance. N’oubliez pas de soigner votre mode de vie (alimentation, sommeil et surtout sport...). Médecine chinoise et ayurvédique sont aussi de bons conseils.

Et bonne nouvelle ! Parallèlement à l’épidémie du stress, s’est développée une multitude de remèdes relaxants. Le plus difficile sera de trouver la vôtre. Tour d’horizon des méthodes zen…

 La méthode qui a fait ses preuves, c'est l'hypnose. Son mécanisme est aussi mal connu que son inefficacité est grande. Dans le même genre, la sophrologie donne accès à un état particulier, entre veille et sommeil. Seul « bémol », ces deux techniques nécessitent plusieurs séances pour y parvenir.

Découvrez également le tai-chi, qui dénoue les contractions musculaires comme les tensions psychologiques. Ou encore le yoga, le Qi-Gong (prononcez « tchi koung »), qui apprend à maîtriser son « énergie vitale ». Et il existe même des ateliers anti-stress ! Vous y apprendrez à respirer, à vous étirer et à vous relaxer.

 

Soyez vigilant sur les prix, le stress est le marché du siècle ! Vous trouvez des activités efficaces à prix abordable. Et la méditation peut aussi s’apprivoiser seul, grâce à un livre ou, mieux, un CD.

Allez, fermez les yeux, respirez par le ventre, laissez-vous aller…

 

Ski, sun and... accidents

Rédigé le 15/02/2010 / 0

Ah le ski, la neige, la raclette... Mais aussi les entorses de genou, les fractures et les luxations ! On recense 15 000 accidents par an sur les pistes. Quels sont-ils et comment les éviter ? Petit guide de survie en station alpine.

Les risques...

Vous partez au ski ? Attention à vos ligaments. Ce sont les principales victimes du ski, avant même les os. La faute au matériel : les skis "carving". Ils facilitent les virages mais favorisent aussi les torsions de ligaments, voire les ruptures... Au niveau du genou surtout, le point faible du corps, avec à la clé une entorse ou une rupture des ligaments croisés.

Le sexe féminin reste le sexe faible, pour les genoux en tout cas. L'articulation est plus en X que chez les hommes et elle est plus élastique. Résultat ? Les skieuses sont moins stables et elles ont plus de risques de se faire une déchirure du ligament croisé antérieur. Autre explication : les hormones. L'élastine, produite par les ovaires augmente l'élasticité. Le risque de déchirure serait même augmentée en phase préovulatoire !

Les fractures et les luxations suivent de près les lésions des ligaments. Sans oublier les multiples contusions occasionnées par les chutes ou tout simplement les coups de soleil. Carton rouge à l'ophtalmie des neiges, si vous êtes distrait ou inconscient (et que vous skiez sans lunettes de soleil). La brûlure de la couche superficielle de la cornée provoque douleurs, larmoiements, sensations de corps étrangers. Guérison assurée en 48 heures grâce à une pommade cicatrisante, un collyre antibiotique et du repos dans le noir. Sympa, les vacances au ski !

Bien se préparer

J - 30, le compte à rebours est lancé. Abandonnez votre canapé 2 à 3 soirs par semaine au profit de la piscine, du vélo, de la muscu ou de la course. L'objectif ? Se remuscler en douceur, notamment au niveau des jambes. Ajoutez quelques exercices de gym (pour les quadriceps et les ischio-jambiers), 30 minutes de marche par jour, la montée d'escalier (oui, l'ascenseur est interdit !) et des abdominaux.

Sur place, n'oubliez pas de vous échauffer avant de partir et vous étirer à la fin de la journée. Non, vous n'êtes pas un sportif de haut niveau mais ce serait dommage de se faire un claquage !

Idéal, un massage le soir assure une bonne récupération des muscles.

Indispensable : l'assurance

35% des accidents entraînent une hospitalisation. Il vaut donc mieux être bien couvert. Première étape : vérifiez que les blessures causées à un autre skieur sont comprises dans votre contrat (Multirisques ou Responsabilité Civile Familiale).

2e étape : réflechissez à une assurance spéciale sports d'hiver, plus complète. Elle prend en charge les frais de recherche et de secours par exemple. A acheter quand vous prenez votre forfait. Et retrouvez ici quelques conseils pour éviter les accidents.

N'oubliez pas une trousse à pharmacie spécial ski (pansements, baume après-soleil, crème à l'arnica, stick pour les lèvres). Et pensez à la crème solaire (IPF 50, toutes les 2 heures, même par temps couvert) et à vos lunettes de soleil par tous les temps.

Amusez-vous bien !

 

 

Suicide : brisez le tabou

Rédigé le 08/02/2010 / 2

Attention tabou. Le suicide reste un sujet auréolé de craintes et d'idées reçues. Avec un suicide toutes les 40 minutes en France, vous risquez d'y être confronté. Comment réagir face à une personne suicidaire ? Quels signes doivent vous alerter ? Le point lors de la 14e journée de prévention du suicide.


Etat des lieux en France

160 000 Français tentent de se suicider chaque année. Plus de 10 000 y parviendront. 3/4 d'entre eux sont des hommes. Ils choisissent en majorité la pendaison tandis que les femmes privilégient les médicaments et font plus de tentatives de suicide. La France fait partie des pays au taux de suicide le plus élevé. S'il a diminué de 20% en 25 ans, il diminue 3 fois moins vite que l'ensemble des morts violentes.

Précarité, chômage, pression professionnelle, alcoolisme,... ces facteurs sont corrélés au suicide. Faut-il alors redoubler d'attention lorsqu'un proche y est confronté ? Un faisceau d'indices permet en effet d'évaluer le risque de suicide.

 

Parlez pour mieux prévenir

D'autres facteurs de risque sont ainsi identifiés : familiaux et affectifs (divorce, deuil, solitude,...), toxiques et psychiatriques (dépression, addictions,...) ou encore socio-économiques (stress, retraite).

Chez les jeunes, absentéisme, résultats scolaires en baisse ou angoisse profonde doivent alerter l'attention. L'adolescence est une période à surveiller de près, notamment en cas de schéma familial perturbé, de consommation de drogue, d'alcool ou de médicaments, d'auto-mutilations.

Autres signes d'alerte : des propos dévalorisants (je suis un raté, je ne compte pas...), une évocation directe (je vais me foutre en l'air,...), un comportement inhabituel (agressivité, isolement, exubérance, sorties excessives), des problèmes psychologiques (tristesse, troubles du comportement alimentaire, du sommeil, de la mémoire,...). La corrélation de plusieurs facteurs augmente ainsi le risque suicidaire.

 

Brisez le tabou du suicide

Pensez-vous qu'il ne faut pas parler du suicide avec une personne suicidaire ? Que ceux qui utilisent des médicaments ne veulent pas vraiment mourir ? Des idées reçues entourent le suicide, découvrez ici la vérité à ce sujet.

Parlez franchement avec la personne concernée. Essayez de comprendre ce qu'elle vit, ses motivations pour mettre fin à ses jours. Montrez-lui votre attachement. Trouvez avec elle des solutions pour surmonter cette crise, aidez-la à se raccrocher à ce et ceux qu'elle aimait avant d'aller mal. Poussez-la à voir du monde, à son rythme. Cherchez de l'aide avec elle auprès d'un professionnel de la santé, d'infirmière scolaire, d'éducateur, d'enseignant ou d'associations. 

Vous souhaitez davantage de conseils ? Suicide écoute met un numéro à disposition 24 heures sur 24 : 01 45 39 40 00. Vous pouvez aussi joindre le Fil Santé Jeunes avec Skype ou au 3224 (de 8h à minuit, tous les jours). Ou retrouvez ici tous les organismes d'écoute.

Dans tous les cas, restez persuadé qu'il existe des solutions et que le premier mot est toujours le plus difficile... Mais il est indispensable pour aller mieux et pour sauver une vie.

A votre avis

Rédigé le 01/02/2010 / 6

Pas d’article cette semaine mais un bilan qui fait appel à vous afin de faire le point de cette première année de posts. J’attends vos réponses (associez juste le numéro de la question à la lettre de votre réponse) !

1 Vous trouvez les articles :

a. Très intéressants

b. Moyennement intéressants

c. Peu intéressants

2. Vous vous sentez concerné par les thèmes choisis :

a. La plupart du temps

b. C’est variable

c. Rarement

3. Vous consultez les liens :

a. Fréquemment

b. De temps en temps

c. Rarement

4. Vous préféreriez :

a. Un post moins long 1 fois tous les 10 jours

b. garder cette fréquence et cette longueur

c. Un post plus fréquent et plus court

 Merci !

 

Sponsorisé par Ligatus