1. / Blogs
  2. / 100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

Vaccins, l’éternelle polémique

Rédigé le 02/03/2009 / 1

La vaccination, c’est comme la politique. Il y a les "pour", les "contre" et les débats entre les deux camps sont toujours houleux. Je n’ai pas l’ambition de les réconcilier, simplement de rappeler quelques faits scientifiques validés. Etre bien informé, c’est le meilleur moyen d’être bien vacciné. La preuve par 5.

Des maladies bénignes ?

Eradiquée, la variole. Oubliée, la gravité de la poliomyélite et de la diphtérie. Et cet "oubli" est un succès obtenu grâce à la vaccination. Un succès à double tranchant hélas, il nous fait minimiser l’importance de la maladie et donc de son vaccin…

Même raisonnement pour les maladies infantiles réputées sans danger. Les oreillons, ce n’est rien ? Ils sont pourtant responsables d’une baisse de la fertilité chez les hommes. La rougeole, sans danger ? Elle a tué une petite fille le mois dernier. Un fait tragique que nous ne devons pas négliger !

Le confort de nos vies modernes nous a fait oublier la révolution engendrée par la vaccination. Une arme préventive contre 25 maladies et plus de 2 millions de décès évités chaque année dans le monde, selon l'OMS (fichier PDF).

Des effets secondaires qui font peur

Principal reproche fait aux vaccins, leur potentiel danger. ROR et autisme, vaccin contre l’hépatite B et sclérose en plaques,… Pourtant les scientifiques n’ont pas trouvé de lien de cause à effet. Vaccins et polémique font bon ménage. Le mal est fait, le doute entretenu et les vaccins toujours assimilés aux risques d’effets secondaires.

Vous redoutez aussi les plus bénins ? Courbatures, fièvre et fatigue sont loin d’être systématiques. Ils sont aussi le signe que votre corps réagit. Ce qui est pile ce qu’on lui demande !

Vous faire vacciner, c’est opter pour un geste médical alors que vous allez bien. C’est paradoxal mais il est préférable de prévenir plutôt que guérir… en courant le risque de ne pas être guéri.

Trop de vaccins ?

Autre critique fréquente : le nombre de vaccins. Hier, on en faisait trois. Aujourd‘hui, il y en a… une bonne dizaine. De quoi s’y perdre, sans le calendrier officiel. Et c’est sans compter les rappels ! Ces derniers vous semblent inutiles ? Sachez que le tétanos est une maladie mortelle, encore présente en France.

A savoir tout de même : une simple prise de sang permet de savoir si l’on est encore protégé, contre l’hépatite A ou B par exemple. Parfait pour zapper le rappel superflu !

Vous pensez que tous ces vaccins fragilisent le corps ? Nous sommes confrontés chaque jour à bien plus de germes ! Et nos défenses s’y attaquent dès le berceau, sans problème.

Bien informé, bien vacciné !

Les vaccins sont victimes de leur succès. Ils se heurtent aussi à beaucoup d’idées reçues, recensées sur le site Santé-Magazine.com. D’où l’importance de se renseigner auprès de son généraliste, de son pédiatre, de s’informer !

Il n’est pas question de vacciner tout le monde à tout va. Chaque vaccin répond à des indications bien précises, en fonction de l’âge, de la santé, du mode de vie,… Vous êtes une personne âgée ou vous souffrez d’une maladie chronique ? Le vaccin contre la grippe est recommandé (ainsi que gratuit). Pour les autres, il n’est pas obligatoire !

Une vaccination, c’est un dialogue entre le vacciné et son médecin. Dialogue ouvert sur le bénéfice, les risques éventuels, les autres mesures préventives. Pour sortir du dialogue de sourds.

Sponsorisé par Ligatus