1. / Blogs
  2. / 100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

A la recherche du sommeil perdu...

Rédigé le 15/03/2010 / 2

Vous errez de pièce en pièce la nuit ? Vous transformez votre lit en champ de bataille ? Ou vous regardez en zombie la télévision ? L’insomnie touche un Français sur 5 mais elle n’est une fatalité. Démonstration…

Un jour pour comprendre le sommeil

Une mauvaise nuit et vous êtes irritable ou de mauvaise humeur. Votre capacité de concentration et votre efficacité sont diminuées. Bref, vous ne rêvez que d’une chose : vous coucher ! Ca ne vous consolera pas mais l’insomnie est une affection fréquente. Avec un retentissement important sur la qualité de vie et un risque principal : la surconsommation de somnifères. D’autres options sont pourtant tout aussi efficaces.

Vendredi, c’est donc la Journée du sommeil. Organisée chaque année par l’Institut National sur le Sommeil et la Vigilance, c‘est l’occasion de vous pencher sur le sommeil. Conférences, ateliers, conseils,… ont lieu dans toute la France. Vous pourrez même découvrir les centres du sommeil. Consultez le programme des manifestations.

 

La vie moderne nocive pour le sommeil

Nous dormons 1h30 de moins qu’il y a 50 ans ! La lumière artificielle, la télévision et ses programmes nocturnes, les jeux vidéos pour les ados,… seraient responsables de cette réduction. Ce n’est pas tout, nous dormons en moyenne 7 h par nuit en semaine et 7h 50 le week-end. Mais ces 50 mn ne suffisent pas, loin de là !

Une dette chronique se fait nuit après nuit, mois après mois. Augmentant ainsi le risque d’accident de la route (à cause de la somnolence), de maladies cardio-vasculaires, métaboliques et dégénératives. Ne paniquez pas, cela concerne uniquement les dormeurs qui souffrent d’une privation chronique de sommeil.

Connaissez-vous bien votre sommeil ? Un "petit dormeur" n'est pas forcément insomniaque et vice-versa. Découvrez si vous êtes réellement insomniaque ou votre type de dormeur. Et vérifiez vos connaissances sur le sommeil. Car pour bien dormir, il faut avoir des bases ! Et voici quelques conseils pour apprivoiser l’ennemi…

 

Conseils pratiques anti-insomnie !

Respectez votre rythme de sommeil, écoutez votre corps (si vous baillez ou que vos yeux piquent, il est temps d’aller vous coucher !).

Ne faites pas de sport après 20h mais privilégiez les activités relaxantes, lisez, buvez une tisane. Abaissez la température de votre chambre ou prenez un bain tiède 2 h avant de vous coucher.

Et surtout évitez d’inviter dans votre chambre la télévision, le travail ou vos repas.

Si vous ne parvenez pas à dormir, relevez-vous, occupez-vous et attendez que le prochain cycle de sommeil arrive.

Dernière option avant de vous précipiter sur un somnifère : la thérapie comportementale. Mal connue en France, son efficacité est désormais prouvée. Et grâce à elle, vous rééduquerez votre sommeil.

 

Les somnifères au placard

Réservez les somnifères aux moments difficiles (deuil, épreuve,…) et aux courtes périodes. Leurs risques ? Somnolence la journée, baisse de la vigilance , des performances intellectuelles et interactions avec d’autres médicaments. Sachez qu’ils perdent leur efficacité en quelques semaines car le corps s’y habitue. D’où un risque de dépendance et l’envie d’augmenter la dose… Si vous ne parvenez pas à les arrêter, allez voir votre médecin, il vous aidera à vous en passer progressivement. Le sevrage se fait en diminuant progressivement la dose.

Et si votre sommeil est vraiment perturbé, adressez-vous à un centre du sommeil. Pourquoi ? Pour vérifier que vous ne souffrez pas d’une affection comme l’apnée du sommeil, la narcolepsie ou le syndrome des jambes sans repos. Dépression, anxiété ou stress influencent aussi la qualité du sommeil. Ca vaut le coup de consulter pour les traiter et retrouver un sommeil de bébé…

Je vous souhaite de très bonnes nuits !

PS : Vous avez des enfants et vous vous posez des questions sur leur sommeil ? Découvrez toutes les réponses ici.