1. / Bien-être - Psycho
  2. / Environnement et santé
  3. / Canicule

Canicule au Japon : quinze victimes en deux semaines

Depuis quinze jours l'archipel nippon subit une canicule ayant déjà conduit à l'hospitalisation de plus de 8.000 Japonais. Inquiet, le gouvernement somme ses concitoyens de rallumer la clim' en dépit d'une campagne d'économie d'énergie.

Rédigé le , mis à jour le

Canicule au Japon : quinze victimes en deux semaines
Canicule au Japon : quinze victimes en deux semaines

Le Japon n'en finit plus de subir les aléas climatiques. Après une saison des pluies particulièrement violente qui s'est soldée par un typhon provoquant d'importants dégâts dans le sud-ouest de l'archipel, le pays du Soleil-Levant est désormais sous un soleil de plomb. Tous les ans, le Japon est victime de fortes chaleurs à cette période de l'année, avec des pics pouvant dépasser les 35 degrés à l'ombre.

Mais depuis quinze jours, la canicule s'avère particulièrement intense, avec des pics à 39 degrés dans les régions du sud et du centre de l'archipel. Une chaleur aussi inhabituelle que meurtrière. L'Agence japonaise des désastres annonçait ce mardi 29 juillet 2014 le décès de quinze personnes depuis le début de la canicule. 8.580 personnes ont également dû être hospitalisées au cours de la semaine passée, dont 193 dans un état grave. Près de la moitié des personnes secourues étaient des personnes âgées qui représentent un quart de la population nippone.

Le gouvernement somme de rallumer la clim'

Face à cette situation critique, le gouvernement nippon a dû revoir sa stratégie d'économie d'énergie. Depuis quatre ans, ce dernier lance chaque été une campagne intitulée "setsuden" que l'on pourrait traduire par "économie d'électricité" incitant notamment les Japonais à limiter l'usage de la climatisation, dont ils étaient jusqu'alors de grands adeptes.

Cette campagne a vu le jour parallèlement à la fermeture progressive des cinquante réacteurs nucléaires de l'archipel suite à l'accident atomique de la centrale de Fukushima Daiichi en mars 2011. Au regard de la situation actuelle, le gouvernement insiste sur la nécessité de climatiser "modérément" pour éviter les incidents de santé.

VOIR AUSSI :