Une infection bactérienne, et que la lumière soit…

Dans leurs laboratoires, des chercheurs de l'Iowa (Etats-Unis) ont réalisé un assemblage particulièrement astucieux : celui d'une molécule capable d’émettre de la lumière, et d'une seconde qui bride cette émission. L'ensemble, inerte, ne peut être dissocié que sous l'action d'une bactérie - le staphylocoque doré. Injecter le composé chez des patients exposés au bacille autoriserait un diagnostic et une localisation rapide du site de l'infection, sans nécessité de prélèvement biologique.

Rédigé le

Une infection bactérienne, et que la lumière soit…
Staphylococcus aureus (Crédit photo : Y. Tambe cc-by-sa)

D'un côté, une molécule émettrice de lumière. De l'autre, un composé qui ôte au premier toute velléité de briller. Entre eux, un nœud moléculaire solide, qui ne peut être rompu que par une enzyme sécrétée par le terrifiant staphylocoque doré (Staphylococcus aureus).

Le staphylocoque doré est l'espèce la plus pathogène du genre Staphylococcus. Ce bacille est responsable de nombreuses infections graves en milieu hospitalier.

De nombreuses copies de cette "sonde" microscopique ont été injectées à des souris ayant été infectées au niveau d'un muscle par le fameux bacille. Au scanner, les zones infectées se sont illuminées moins d'une heure après injection...

L'expérience a été réitérée in vitro avec des prélèvements sanguins humains infectés, entraînant là-encore l'illumination des cellules infectées.

"Cette nouvelle approche d'imagerie bactérienne a une application clinique potentielle non seulement pour les infections au staphylocoque doré, mais également à d'autres agents pathogènes", expliquent les scientifiques, dans un article publié le 2 février 2013 dans la revue Nature Medicine.

Les chercheurs ont déposé une demande de brevet pour cette technologie à l'automne 2012 aux Etats-Unis. Ils travaillent actuellement à une version améliorée de leur sonde, capable de détecter des infections naissantes, dans des zones profondes et faiblement irriguées du corps humain.


Source : Noninvasive imaging of Staphylococcus aureus infections with a nuclease-activated probe, J.O. McNamara II et coll. Nature Medicine, 2 fev. 2014 doi:10.1038/nm.3460