Rappel de lots du diurétique Furosémide TEVA 40 mg

Suite à un problème de conditionnement de boites de Furosémide TEVA 40 mg, médicament diurétique, certains comprimés ont pu être remplacés par des comprimés d'un somnifère (zopiclone). L'Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) a demandé le 7 juin 2013 le rappel des lots concernés : les lots Y175 (date d’expiration : 08/2015) et Y176 (date d’expiration : 08/2015).

Rédigé le

Rappel de lots du diurétique Furosémide TEVA 40 mg
Rappel de lots du diurétique Furosémide TEVA 40 mg

Selon le communiqué de l'ANSM diffusé le vendredi 7 juin 2013, "les patients traités par du FUROSEMIDE TEVA 40 mg (spécialité générique du Lasilix) doivent cesser de prendre ce médicament dès maintenant. Ils doivent [dès à présent] rapporter leurs boites à leur pharmacien qui leur remettra une nouvelle boite de traitement". L'ensemble des deux lots retirés représente 190.000 boîtes de médicaments.

Les comprimés du somnifère Zopiclone sont semblables, mais pas identiques, à ceux du diurétique. Il s'agit dans les deux cas de comprimés ronds, blancs et sécables. A gauche : un comprimé de Furosémide. A droite, un comprimé de Zopiclone.

Un Numéro vert a été mis à disposition par le laboratoire : 0800 51 34 11.

L'arrêt du traitement par Furosémide peut entraîner une augmentation des œdèmes ou leur récidive ou favoriser une poussée d'insuffisance cardiaque. Il est donc nécessaire que les patients concernés se rendent chez leur pharmacien.

Risques associés à la molécule présente dans les lots

La zopiclone (Imovane) est un somnifère qui induit en quelques minutes une somnolence puis le sommeil. Son effet dure quelques heures, parfois un ou deux jours chez les personnes âgées ou sensibles. Il ne présente pas d’autres risques immédiats que ceux directement liés à son action somnifère, à savoir la somnolence (pouvant entraîner des accidents de la circulation en cas de conduite d'un véhicule) et des chutes (et leurs conséquences).

"Pour les patients déjà traités par des somnifères ou tranquillisants, la somnolence induite sera majorée, et il existe un risque de coma", rappelle le communiqué de l'ANSM.

Sur Allodocteurs.fr :