Dons d'organes : l'Espagne reste championne du monde

L'Espagne consolide sa première place mondiale en matière de dons d'organes. Avec un taux d'organes de 35 donneurs d'organes par million d'habitants, l'Espagne se trouve en tête des activité́s de don et de transplantation d'organes au niveau mondial.

Rédigé le , mis à jour le

Dons d'organes : l'Espagne reste championne du monde
Dons d'organes : l'Espagne reste championne du monde

En 2011, 106 879 greffes d'organes ont été réalisées dans le monde, soit 3 % de plus que l'année précédente selon le registre mondial des transplantations géré par l'Organisation Nationale des Transplantations - Organización Nacional de Trasplantes (ONT) espagnole.

L'Europe a pour la première fois franchi la barre des 30 000 greffes (30 290) alors que le nombre des personnes en attente d'une greffe y atteignait 63 009 à fin décembre 2011, soit 1,8 % de plus en un an.

L'Espagne est proportionnellement la première dans ce domaine : elle a enregistré en 2011 un taux de 35,3 donneurs par million d'habitants. Le pays compte un total de 1 667 donneurs qui ont permis de réaliser 4 218 greffes, soit une hausse de 10 % (500 interventions de plus qu'en 2010).

En France, selon les chiffres de l'Agence de biomédecine, le taux de prélèvement par million d'habitants était de 23,8 en 2010 et le nombre total de greffes réalisées en 2010 était de 4 737.

Un modèle espagnol ?

L'Espagne doit ce record à son modèle. Selon le chercheur David Rodriguez-Arias Vailjen, à l'origine d'un article intitulé "Lumières et ombres du modèle espagnol de transplantation d'organes", les Espagnols sont très favorables aux dons d'organes, ils font également confiance à̀ leur système sanitaire et à son système de transplantation. Des campagnes d'éducation et de sensibilisation sont réalisées dans les collèges et les lycées.

Selon un porte-parole du ministère espagnol, ce modèle est "très professionnel" et il repose sur un "réseau de coordinateurs hospitaliers".

L'Espagne a d'ailleurs formé 82 coordinateurs de différents pays d'Europe dans le cadre d'un plan d'action visant à améliorer le don d'organes. Seuls 48 % des besoins d'organes européens ont été couverts en 2001.

Sources : AFP, "Lumières et ombres du modèle espagnol de transplantation d'organes", David Rodriguez-Arias-Vailhen, Universidad de Salamanca/Université Paris-5, (document PDF)

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Ailleurs sur le web :

Sponsorisé par Ligatus