Dépression : l'implication d'un nouveau neurotransmetteur

La galanine, un neurotransmetteur déjà connu pour son rôle dans certaines addictions, serait impliquée dans l'apparition d'une dépression, d'après une étude récente publiée dans le Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America (PNAS). Alors que les antidépresseurs actuels ne modulent que les sécrétions de sérotonine et de noradrénaline, cette découverte scientifique pourrait permettre aux chercheurs d'élaborer de nouveaux antidépresseurs ciblant la galanine.

Rédigé le

Dépression : l'implication d'un nouveau neurotransmetteur
© Andrea Danti - Fotolia.com

Vulnérabilité à la dépression chez les porteurs des variants du gène GAL

Des individus victimes de traumatisme dans l'enfance, ou d'événements stressants récents, seraient plus susceptibles de développer une dépression s'ils sont porteurs de certains variants du gène GAL, en comparaison à des individus qui ne possèdent pas ces variations génétiques.

Le gène GAL code pour la galanine, un neurotransmetteur déjà connu pour son implication dans les addictions et les fringales.

Le Dr Gabriella Juhasz, chercheur en pharmacodynamie à l'université Semmelweis de Budapest et son équipe ont comparé 2.361 personnes à Manchester (Royaume-Uni) et à Budapest (Hongrie).

Ces personnes avaient toutes vécu un traumatisme dans l'enfance ou un évènement de vie négatif. Les scientifiques ont analysé chez cette population leurs variations génétiques du gène codant pour la galanine.

Les personnes porteurs de certains variants de gènes (GALR1, GALR2 et GALR3) étaient significativement plus nombreux à développer une dépression que les personnes souffrant des mêmes traumatismes, mais ne portant pas ces variants du gène GAL.

Vers l'élaboration de nouveaux antidépresseurs ?

Même si les causes d'un épisode dépressif sont multiples et variées, la dépression est une conséquence d'un déficit synaptique en neurotransmetteurs, la sérotonine et la noradrénaline.

Pour améliorer l'humeur dépressive et soulager la souffrance morale, le recours aux antidépresseurs reste une indication dans la prise en charge d'une personne dépressive. L'augmentation de la concentration au niveau des synapses de sérotonine et de noradrénaline se fait par inhibition de leur recapture au niveau de la synapse ou par ralentissement de leur dégradation. Mais la variabilité interindividuelle rend les antidépresseurs efficaces chez certains, et inefficaces chez d'autres.

La découverte récente de l'implication de la galanine dans la dépression - et surtout de ses variants de gènes - pourrait être une nouvelle cible pour lutter contre la dépression en élaborant de nouveaux médicaments ciblés sur la galanine, plutôt que sur la sérotonine ou la noradrénaline.

Source : Brain galanin system genes interact with life stresses in dépression-related phénotypes. Dr Juhasz and coll. PNAS. Mars 2014

VOIR AUSSI :


 

Sponsorisé par Ligatus