Coliques néphrétiques : quels traitements ?

Quel est le traitement de la crise de colique néphrétique ? Pouvez-vous nous expliquer pourquoi il ne faut pas donner des antispasmodiques pour le traitement d'une colique néphrétique ?

Rédigé le , mis à jour le

Coliques néphrétiques : quels traitements ?

Les réponses avec le Pr. Arnaud Mejean, chirurgien urologue aux hôpitaux Necker et HEGP de Paris :

"Dans la majorité des cas, quand un patient arrive pour une colique néphrétique, on le traite médicalement en donnant des anti-inflammatoires non stéroïdiens. Quand ces anti-inflammatoires non stéroïdiens ou ces antispasmodiques sont inefficaces ou contre-indiqués, on peut passer à la morphine qui est un très bon traitement.

"Ce n'est qu'en cas de résistance à ces traitements qu'on est amené à poser une sonde qu'on appelle effectivement sonde JJ, qui va dériver les urines et qui va permettre le passage des urines et donc de diminuer la colique néphrétique.

"Ce qu'il faut retenir, c'est qu'un patient qui a une colique néphrétique ne doit surtout pas boire, parce que quand il boit, il augmente la masse urinaire qui arrive sur le blocage et donc il favorise encore davantage la douleur.

"En revanche, en dehors des coliques néphrétiques, pour traiter la maladie lithiasique (les calculs), il faut boire.

"Les deux autres indications formelles de drainage des cavités rénales en plus des coliques néphrétiques résistantes au traitement médical sont les coliques néphrétiques fébriles où cette fois-ci les urines sont purulentes en amont du calcul et là, il faut absolument le drainer, c'est une urgence absolue médico-chirurgicale et la troisième cause est la colique néphrétique anurique où le patient n'urine plus du tout soit parce qu'il a un obstacle sur un rein unique, soit parce qu'il a un obstacle bilatéral."

En savoir plus :

Sponsorisé par Ligatus