1. / Sexo
  2. / Troubles sexuels
  3. / Ejaculation précoce

Éjaculation précoce : comment jouer les prolongations

Avec près de 30% des hommes concernés en France, l'éjaculation précoce ou prématurée arrive en tête de liste des motifs de consultation masculine en sexologie. Pourtant, il est souvent difficile d'en parler. Quelles sont les solutions ? Peut-on arriver à maîtriser son éjaculation ?

Rédigé le , mis à jour le

Éjaculation précoce : comment jouer les prolongations
Éjaculation précoce : comment jouer les prolongations
Sommaire

Qu'est-ce que l'éjaculation précoce ?

Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymes expliquent l'éjaculation précoce.

On parle d'éjaculation précoce ou éjaculation prématurée, lorsque l'homme ne parvient pas du tout à maîtriser le moment de son éjaculation et que celle-ci intervient très rapidement au cours du rapport sexuel. Elle peut se manifester au bout de quelques secondes, ou dans les 3 minutes maximum. Le délai moyen dans lequel survient l'éjaculation normalement a été fixé à 8 minutes en moyenne.

La société de médecine sexuelle définit l'éjaculation prématurée primaire par une survenue en moins de 1 minutes, dans plus de 80%, et l'éjaculation prématurée acquise (après une période où l'éjaculation survenait normalement) par un délai réduit à moins de 3 minutes pour l'EP acquise. S'y associent une incapacité à retarder son éjaculation dans toutes ou presque toutes les pénétrations vaginales, et un retentissement personnel, à type de grande souffrance psychologique, stress, frustration et/ou évitement de l'intimité sexuelle.

L'appareil génital mâle est constitué d'un pénis, de deux testicules ainsi que de glandes annexes (vésicule séminale, prostate et glande bulbo-urétrale). Les testicules rejoignent les vésicules puis la prostate par le canal déférent et se transforme en canal éjaculateur.

Le pénis est constitué de trois corps érectiles : deux corps dits "caverneux" qui sont de larges réservoirs riches en veines et en artères, et un corps spongieux renfermant l'urètre, par lequel s'écoule l'urine ou le sperme. Quand une excitation sexuelle survient, les corps érectiles reçoivent des ordres en provenance du cerveau. Les vaisseaux sanguins se dilatent et les corps érectiles se remplissent de sang, c'est l'érection.

Avant l'étape de l'éjaculation, les spermatozoïdes remontent le long du canal déférent et rejoignent les vésicules séminales pour y être stockés. Au moment de la phase d'émission, une contraction quasi simultanée se produit au niveau des canaux éjaculateurs, des vésicules séminales, de la prostate ainsi que des glandes bulbo-urétrales afin de constituer le sperme. La tension augmente progressivement jusqu'au déclenchement de la phase d'expulsion. Les muscles à la base du pénis, les muscles périnéaux, se contractent pour permettre l'évacuation du sperme, c'est le réflexe éjaculatoire. Cette dernière phase est régie par une partie du système nerveux qu'on ne peut pas contrôler par la volonté.

Une fois déclenchée, l'expulsion échappe donc à tout contrôle. En revanche la phase qui précède le réflexe éjaculatoire, peut être relativement maîtrisée afin de retarder l'éjaculation. C'est à ce niveau que les traitements médicamenteux entrent en jeu. Ils agissent au niveau du cerveau, en libérant plus de sérotonine, un messager chimique qui permet un meilleur contrôle de l'éjaculation précoce dans un certain nombre de cas. Ce dysfonctionnement génère évidemment des frustrations pour la partenaire, qui n'a pas le temps de réellement prendre du plaisir et se retrouve un peu laissée pour compte. C'est également une source de grande frustration et de culpabilité pour l'homme. Tout le monde est perdant.

Les hommes qui souffrent de ce trouble sont beaucoup plus nombreux qu'on ne le pense. Et, sans doute par honte, la plupart ne vont jamais en parler à leur médecin. Pourtant, il existe des solutions.

 

Un trouble sexuel tabou

Peu d'hommes encore acceptent de se confier sur ce problème.

Comment savoir qu'on a un trouble de l'éjaculation ? À qui en parler ? Comment le soigner ?

Dapoxétine et thérapie, c'est mieux !

Une étude publiée en juin 2015 dans le Journal of Sexual Medicine a montré une efficacité supérieure de la dapoxétine associée à la thérapie comportementale, au médicament pris seul, dans la prise en charge de l'éjaculation prématurée primaire (qui survient depuis le début de la vie sexuelle ou presque). 50 hommes âgés de 18 à 70 ans, 24 semaines. Une moitié prenait uniquement 30 mg de dapoxétine 2 à 3 heures avant le rapport sexuel ; l'autre moitié prenait le médicament et suivait une thérapie comportementale comportant des conseils sur les méthodes ralentissant l'éjaculation (stop and go, squeeze, reconnaissance du "point de non-retour").  Les deux groupes constatèrent des améliorations mais elles étaient supérieures dans le second groupe. Les auteurs estiment le médicament et la thérapie comportementale complémentaires, la dapoxétine agissant sur la composante neurobiologique de l'éjaculation prématurée primaire, et les conseils sur le contrôle physique et psychologique de l'éjaculation. D'autres essais sont toutefois nécessaires du fait des limites de l'étude qui n'était pas en double aveugle, le groupe petit, l'efficacité de la thérapie seule n'a pas été évaluée.

The Combination of Dapoxetine and Behavioral Treatment Provides Better Results than Dapoxetine Alone in the Management of Patients with Lifelong Premature Ejaculation. Luigi Cormio MD et all. J of Sex. DOI: 10.1111/jsm.12925            

Le sexologue est le plus apte à traiter l'éjaculation prématurée. La prise en charge comporte 4 axes :

  • Psychothérapie du patient et du couple, avec 2 buts : diminuer l'anxiété de performance, augmenter la confiance en soi sexuelle.
  • Résolution des problèmes psychologiques ou relationnels qui ont pu précipiter l'évolution de l'éjaculation prématurée.
  • Thérapie comportementale de gestion de l'excitation, avec le squeeze ou stop and go (d'abord seul en se masturbant, puis avec sa partenaire qui le masturbe, puis en couple).
  • Traitement médical (dapoxétine, 30 ou 60 mg, à prendre 1 à 2 heures avant le rapport, ou un traitement quotidien à base d'antidépresseurs tels que la paroxétine, la clomipramine, la sertraline, la fluoxétine ou le citalopram).

Consultation chez un sexologue

Quels traitements peuvent aider en cas d'éjaculation précoce ?

Quand on parle d'éjaculation précoce, on pense à toutes ces méthodes censées ralentir l'arrivée de l'éjaculation : le "squeeze" qui consiste à faire une compression du gland, le "stop and go" (l'homme va jouer sur le rythme des mouvements), des crèmes pour désensibiliser ou encore tout un tas de techniques plus ou moins fiables…

Consulter un spécialiste reste le meilleur moyen de diagnostiquer qu'il s'agit bien d'éjaculation précoce.

En savoir plus sur l'éjaculation prématurée

Sur Allodocteurs.fr

Questions/réponses :

Dossiers :

Dans le forum :

Ailleurs sur le web

 

Besoin d'un conseil médical ?

Service proposé par

 logo MesDocteurs

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24