1. / Sexo
  2. / IST

Le retour en force de la syphilis

Alors qu'on la croyait appartenir au passé, la syphilis est en pleine recrudescence : 400 à 500 nouveaux cas sont déclarés chaque année en France. En cause : une augmentation des pratiques sexuelles à risque.

Rédigé le

Le retour en force de la syphilis
Syphilis : une recrudescence inquiétante

La syphilis est une infection sexuellement transmissible (IST) due à la bactérie Treponema pallidum. Elle est extrêmement contagieuse lors des rapports sexuels, qu'il s'agisse de rapports vaginaux, anaux ou oro-génitaux. La syphilis touche en grande majorité les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes. Ils représentent 84% des cas de syphilis diagnostiqués en 2014. Dans cette population, le nombre de cas a augmenté de 50% entre 2012 et 2014. Une évolution qui s'explique par l'augmentation des pratiques sexuelles à risque. "Le préservatif est souvent utilisé lors de pénétration mais moins souvent lors des relations oro-génitales. C'est une pratique qui est vraiment entrée dans les mœurs or, il y a quand même un risque de contagion", explique le Dr Florence Wagner de l’Institut Alfred Fournier (Paris).

La syphilis évolue en plusieurs stades avec des symptômes spécifiques, qui peuvent parfois passer inaperçus et évoluer au fil du temps vers l'atteinte de différents organes (coeur, cerveau…). Quelques semaines après la contamination, la maladie se manifeste par l'apparition d'un "chancre", une ulcération, au niveau des parties génitales, de la gorge ou du rectum selon le type de rapports pratiqués. Au cours de la syphilis secondaire, il peut y avoir des éruptions cutanées.

Le diagnostic de la syphilis se fait soit par un prélèvement local au niveau du chancre ou le plus souvent par un prélèvement sanguin. Dans la majorité des cas, le traitement est rapide et efficace. Il s'agit d'un traitement antibiotique par injection à base de pénicilline. Problème : actuellement ce médicament n'est plus fabriqué par le laboratoire, il est uniquement disponible en pharmacie hospitalière.

Le traitement bien suivi est efficace et conduit toujours à une guérison. Mais rien n'empêche une réinfection par la suite. Le seul moyen de prévention contre la syphilis est l'utilisation systématique du préservatif et la réalisation de dépistages réguliers.