1. / Se soigner
  2. / Violences
  3. / Viol, agression sexuelle

Des spots radio qui invitent les victimes de viol à parler

"Après un viol, parler c'est commencer à se reconstruire" : avec sa campagne, lancée le 3 mars sur Internet et diffusée à la radio à partir du 5 mars, le Collectif féministe contre le viol (CFCV) veut inciter les victimes à sortir du silence.

Rédigé le

Des spots radio qui invitent les victimes de viol à parler
Des spots radio qui invitent les victimes de viol à parler (Image d'illustration)

Lise, Anna et Mathilde ont été violées par leur patron, leur mari ou le frère d'une amie, comme elles le racontent d'une voix âgée dans des spots de 30 secondes. Elles se sont tues pendant 20, 30 ou 40 ans.  

"Aucune femme ne mérite ça", conclut l'une d'entre elles, les victimes étant invitées à contacter le numéro gratuit 0800 05 95 95 géré par le Collectif féministe contre le viol (CFCV), où elles trouveront écoute et accompagnement pour faire valoir leurs droits.

En s'appuyant sur trois témoignages inspirés de faits réels, la campagne réalisée bénévolement par l'agence CLM BBDO et le studio Chez Jean met "l'accent sur la souffrance" aggravée des victimes gardant un viol "pour elles pendant de très longues années". "Parce que c'est difficile d'en parler", qu'elles ont honte ou se sentent coupables, "trop souvent elles se taisent", souligne le CFCV. Or, "libérer la parole est la première étape de la reconstruction", estime Marie-France Casalis, responsable des formations au collectif.

Trop peu de victimes de viols témoignent

Depuis l'ouverture de sa ligne en 1986, le CFCV a reçu 50.000 témoignages de femmes de tous âges, dont certains sont également accessibles sur une plateforme en ligne dans le cadre de la campagne, comme celui d'une octogénaire, violée à 18 ans.

Plus de 86.000 femmes sont victimes de viol ou tentative de viol chaque année, selon le CFCV. "Près de 80% des agresseurs sont des proches", rappelle la présidente du collectif, Emmanuelle Piet. Seulement 13% des victimes portent plainte et 1% des plaintes conduisent à une condamnation.

Parmi ses revendications figurent une enquête systématique à la suite des plaintes, le jugement des viols exclusivement aux assises (alors qu'ils sont souvent requalifiés en agressions sexuelles, jugées en correctionnelle et passibles de peines moins lourdes) ou encore la prise en charge à 100% des soins pour les victimes.

Sponsorisé par Ligatus

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24