1. / Se soigner
  2. / Rééducation
  3. / Rééducation du périnée

Pourquoi il faut prendre soin de son périnée

Le périnée est un groupe de muscles qui fait surtout parler de lui après un accouchement, un évènement qui le fragilise. Quand tout fonctionne bien, on ne le sent pas et on ne s'en occupe pas. Pourtant, toutes les femmes en ont un. Et de lui dépendent, en particulier, la qualité des rapports sexuels, mais également ce qu'on appelle la continence, urinaire ou anale.

Rédigé le , mis à jour le

Pourquoi il faut prendre soin de son périnée
Pourquoi il faut prendre soin de son périnée
Sommaire

Le périnée : un groupe de muscles

Marina Carrère d'Encausse et Benoît Thevenet présentent le périnée

Il n'y a pas d'âge pour prendre conscience et tonifier son périnée. À l'approche de la ménopause, le périnée a tendance à se relâcher et il fait aussi beaucoup parler de lui après un accouchement. Souvent négligé, il joue un rôle primordial chez les femmes comme les hommes car le périnée soutient de nombreux organes comme la vessie ou le rectum. Un périnée performant permet donc de limiter la survenue des fuites urinaires et de l'incontinence anale.

Le périnée regroupe l'ensemble des parties molles qui ferment le bas du bassin : les organes érectiles, des muscles ainsi que différents tissus fibreux. Pour préserver le périnée, il faut travailler les muscles présents dans cette zone. La plupart d'entre eux s'étendent du pubis jusqu'au coccyx. Ils s'organisent autour des différents organes, celui du rectum, du vagin et de l'urètre.

Le périnée forme une sorte de hamac pour soutenir le poids des viscères. Il est situé sous le plancher pelvien. Ce plancher est principalement formé par le muscle élévateur de l'anus, très important pour la continence, puisqu'il s'organise autour des orifices. Certains des faisceaux se comportent comme un diaphragme. Ils s'ouvrent au moment de la miction ou de la défécation et sont fermés le reste du temps. Il y a également, autour de chaque orifice, d'autres muscles sphinctériens.

Lorsqu'on porte une charge lourde, lorsqu'on tousse ou quand on rit, il se produit une poussée abdominale. La pression à l'intérieur de l'abdomen s'exerce sur les organes pelviens. Habituellement, le muscle releveur de l'anus ainsi qu'une partie du périnée, s'opposent à ces forces de pression. Quand le périnée est défaillant, plus rien ne résiste à la pression abdominale. Elle appuie par exemple sur les organes du bassin. Résultat : des pertes accidentelles d'urine ou de selles peuvent survenir, et même une descente d'organe si les orifices sont trop larges.

Préserver son périnée

À Montpellier, l'association Spécificités Féminines a mis en place des ateliers pour sensibiliser les femmes à la préservation de leur périnée. Il s'agit de cours à la fois théoriques et pratiques qui leur permettent de renouer avec leur corps et d'apprendre quelques exercices pratiques pour le tonifier.

Ces ateliers prennent tout leur sens lorsque l'on sait qu'une femme sur deux est confrontée au cours de sa vie à des troubles du périnée.

Quand le périnée se relâche

Intervention chirurgicale sur une patiente suite à une épisiotomie...

Si le périnée n'est pas assez efficace, différentes gênes peuvent survenir.

Le prolapsus : la descente d'organes. On peut remarquer parfois des descentes d’un ou plusieurs organes. Le rectum, par exemple, s’affaisse et descend au delà de l’anus mais aussi une incontinence urinaire et des troubles de défécation (la constipation est un signe fréquent).

L'accouchement est une épreuve pour le périnée. Le bouleversement hormonal de la grossesse rend les muscles et les ligaments plus lâches. L’accouchement distend tous les tissus de la région du périnée. Il ne faut pas oublier que cette partie du corps peut soutenir un bébé de plus de trois kilos, qui doit en outre passer par le vagin… Une épreuve pour le périnée souvent plus compliquée si la prise de poids a été importante, ou s’il y a eu plusieurs grossesses sans rééducation périnéale. Sans compter le recours à une épisiotomie, une incision chirurgicale du périnée pour agrandir l'orifice vulvaire et faciliter la sortie du bébé.

Après un tel chamboulement, l’ensemble des tissus du périnée a parfois du mal à retrouver sa tonicité initiale. Mais ce n'est jamais une fatalité. Rééducation du périnée ou intervention chirurgicale sont les deux solutions d'emblée proposées.

Réeduquer son périnée

Séance de rééducation du périnée

Lors d'un accouchement, les muscles du périnée sont extrêmement sollicités. Ils peuvent alors se détendre et entraîner la descente de certains organes comme l'utérus, la vessie ou le rectum. On parle alors de prolapsus. Afin de renforcer les muscles du périnée, des séances de rééducation sont indispensables après l'accouchement.

Les séances de rééducation périnéale sont prises à 100% en charge par la Sécurité sociale. En moyenne, dix séances sont prescrites par le médecin. La phase de rééducation consiste à faire travailler les muscles du périnée pour retrouver de la tonicité.

Il existe plusieurs méthode de réeducation :

  • la rééducation dite manuelle : une méthode d'auto-rééducation. La patiente va apprendre à contracter elle-même les muscles du périnée et à les maîtriser. Ces exercices peuvent être répétés à la maison.
     
  • la rééducation périnéale avec électro-stimulation : le travail se fait grâce à une sonde placée dans le vagin. Cette sonde envoie des petites décharges électriques dans le but de contracter le périnée.
     
  • le bio-feedback : une sonde endovaginale enregistre les contractions effectuées par la patiente. Sur un un écran, elle visualise le travail musculaire effectué et l'améliore au fil des séances.

Besoin d'un conseil médical ?

Service proposé par

 logo MesDocteurs

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24