1. / Se soigner
  2. / Phytothérapie

Ces plantes qui soulagent vos douleurs

Bleus, rhumatismes, migraines…pour chacun de ces bobos du quotidien, de ces douleurs récalcitrantes, il existe une plante adaptée. Grâce à leurs propriétés anti-inflammatoires et analgésiques, elles n'ont pas d'équivalent pour venir à bout des sensations désagréables.

Rédigé le , mis à jour le

Ces plantes qui soulagent vos douleurs
Ces plantes qui soulagent vos douleurs
Sommaire

Le circuit de la douleur

Pour ressentir une douleur, il faut un détecteur, un transmetteur et un centre d'analyse des informations. Les détecteurs spécialisés dans la douleur sont appelés les nocicepteurs. Ils sont répartis dans le corps, que ce soit dans la peau, les muscles, les articulations ou encore les viscères. Ce sont en réalité des terminaisons nerveuses spécialisées qui vont générer un message chimique et l'envoyer par l'intermédiaire d'un transmetteur : les nerfs.

Le message peut emprunter la voie réflexe. Il passe par la moelle épinière pour déclencher par exemple, le retrait d'une main qui se brûle sans même y réfléchir. Le message peut aussi continuer jusqu'au cerveau pour l'alerter, et plus particulièrement au niveau du fameux cortex somato-sensoriel. Ce dernier analyse le message et perçoit la sensation douloureuse.

Ce centre est proche du système limbique qui correspond au centre des émotions. Il est aussi proche du centre de la mémoire qui fera en sorte de se rappeler que le fait de toucher une flamme peut s'avérer douloureux. Ce centre est également proche du cortex moteur chargé d'exécuter les ordres afin de soulager cette douleur.

Arnica : une plante aux multiples vertus

L'arnica, une fleur parfaitement indiquée pour les bleus et les bosses

Parmi les plantes anti-douleurs, l'arnica est peut-être la plus connue. Cette plante utilisée depuis le Moyen-Âge est en tous cas l'une des plus vendues en pharmacie pour traiter coups, bosses et autres bleus à l'âme…

Rhumatismes : les bienfaits de la médecine thermale

L'enveloppement à base de boue est particulièrement indiqué pour traiter les rhumatismes.

Arthrite, arthrose, polyarthrite... plus de 25% des Français souffrent de rhumatismes selon la Société française de rhumatologie (SFR). Pour les soigner, il y a les traitements classiques, souvent à base d'anti-inflammatoires. Mais il faut aussi penser aux plantes pour soulager les articulations douloureuses.

En ce sens, la médecine thermale peut constituer une solution naturelle efficace. Mais comment agissent ces soins pour réduire les douleurs ?

La pâquerette, l'arnica des plaines

Les vertus antalgiques et anti-inflammatoires de l'arnica sont connues depuis des siècles. Aujourd'hui cette petite plante jaune est très utilisée par l'industrie pharmaceutique pour fabriquer des pommades.

Victime de son succès, l'arnica des montagnes est surexploitée et pourrait disparaître. Une alternative surprenante existe : la pâquerette ! Explications.

Souvent on la piétine sans même la remarquer, mais aujourd'hui les apprentis botanistes s'intéressent de plus en plus à la pâquerette. La raison : la pâquerette aurait de nombreuses propriétés thérapeutiques.

Ces propriétés sont connues depuis des siècles. La pâquerette possède des vertus anti-inflammatoires et anti-douleurs très efficaces. À tel point qu'elle est souvent comparée à sa cousine des montagnes, l'arnica.

Et comme pour l'arnica, la pâquerette s'utilise en pommade que l'on peut faire soi-même. Pour cela, ramassez une bonne poignée de cette petite fleur jaune et blanche. La recette est ancestrale pour soigner les bleus, les torticolis ou les entorses. Elle nécessite un ingrédient particulier : du saindoux, c'est-à-dire de la graisse de porc.

Pour faire votre pommade, commencez par faire fondre le saindoux dans une casserole. Ajoutez ensuite les pâquerettes une fois que le saindoux commence à fondre. Il faut mettre juste assez de saindoux pour recouvrir les pâquerettes. Laissez la préparation cinq minutes sur le feu, le temps que les fleurs libèrent leurs principes actifs. Laissez ensuite reposer la préparation une nuit.

Après une nuit au frigo, chauffez à nouveau le mélange, puis filtrez-le. Ajoutez une poignée de cire d'abeille pour hydrater la peau, quelques gouttes d'huile essentielle de menthe poivrée, un anti-douleur naturel, et enfin l'huile essentielle de lavande fine pour son parfum calmant et relaxant. Ne reste plus qu'à laisser refroidir la pommade dans un pot, puis conservez au frais. La pommade peut ainsi se conserver environ deux ans et demi.

Alors avant de tondre votre pelouse, pensez à toutes les petites douleurs de la vie quotidienne que les pâquerettes pourraient vous éviter.

Le saule blanc, l'aspirine végétale

À l'origine de l'aspirine se trouve un arbre : le saule blanc

Douleurs lombaires, courbatures, migraines, bleus… Pour traiter ces maux de tous les jours, il existe différentes plantes réputées pour leur effet antidouleur. L'arnica pour les bosses, la reine des prés pour les tendinites, la menthe poivrée pour les aphtes ou encore la partenelle pour les maux de tête… Chacune a ses spécificités antalgiques et anti-inflammatoires.

Le saule blanc, parfois surnommé l'aspirine végétale, est lui conseillé pour soulager de nombreuses douleurs car il présente des propriétés similaires à celles de l'aspirine. Hippocrate et Dioscoride, deux médecins grecs, utilisaient le saule blanc pour soulager les douleurs. Au fil des siècles, l'arbre s'impose comme un traitement antalgique efficace dans tout l'Occident.

Au XXe siècle, le saule est toujours utilisé couramment jusqu'à l'arrivée de l'aspirine qui prend sa place dans les armoires à pharmacie. Aujourd'hui, le saule blanc est toujours très présent dans les campagnes et au fil de l'eau, il n'est pas rare d'en découvrir : "Le saule blanc est un arbre qui adore avoir les pieds dans l'eau toute l'année. Dans le saule blanc, on va utiliser les feuilles qui ne sont pas très fortes en principe actif. En revanche, on peut utiliser l'écorce des jeunes rameaux où on trouve le plus de principe actif. Et ce principe actif, qui est antidouleur, est appelé acide salicylique", explique Olivier Escuder, botaniste.

Pour récupérer l'écorce riche en principe actif, il existe une technique : l'écorçage. Pour cela, il vous suffit d'utiliser un économe. Récupérez les copeaux et séchez-les. Vous pouvez ensuite les utiliser en infusion ou en décoction. Vous pouvez également trouver cette plante antidouleur en herboristerie sous deux formes : les feuilles et l'écorce.

"Le saule blanc est la plante antidouleur par excellence, indique Michel Pierre, herboriste, elle va soulager toutes les douleurs inflammatoires, arthrite, rhumatismes, arthrose, les douleurs de règles. Elle va soulager les migraines, les douleurs lombaires puisqu'il y a un processus inflammatoire". Et si son goût est trop fort, ajoutez du miel pour l'adoucir. En cas de fortes douleurs, on peut consommer le saule pendant trois semaines. Mais si la douleur persiste, mieux vaut consulter un médecin.

Besoin d'un conseil médical ?

Service proposé par

 logo MesDocteurs

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24