1. / Se soigner
  2. / Phytothérapie
  3. / Bien respirer

Bien respirer grâce aux plantes

Rhume, toux, asthme... Le début de l'hiver est propice au retour des affections respiratoires en tous genres. Elles nous affaiblissent, et nous fatiguent, mais il est possible de les atténuer grâce aux plantes médicinales. Thym, bouillon-blanc, lavande... les plantes connues pour leurs bienfaits sur l'appareil respiratoire sont nombreuses. Les manières de les préparer et de les utiliser également. Thierry Thévenin, herboriste et producteur de plantes bio, vous propose quelques recettes simples à réaliser.

Rédigé le , mis à jour le

Bien respirer grâce aux plantes
Bien respirer grâce aux plantes
Sommaire

Des plantes pour mieux respirer : les recettes de Thierry Thévenin

  • Tisane pectorale

Ingrédients :

- Mauve officinale (Malva sylvestris), fleurs 10 g
- Sureau noir (Sambucus nigra), fleurs 10g
- Plantain lancéolé (Plantago lanceolata), feuilles 10 g

Préparation :

Une pincée par tasse d'eau frémissante. Laissez infuser cinq à dix minutes. Boire trois ou quatre tasses par jour.

  • Baume pectoral

Ingrédients :

• Huiles essentielles de :

- thym (Thymus vulgaris), 15 gouttes
- pin sylvestre (Pinus sylvestris), 15 gouttes
- lavande officinale (Lavandula angustifolia), 15 gouttes
- niaouli (Melaleuca quiquenervia), 15 gouttes

• Huile de noisette 100 ml

Utilisation :

On l'utilise en friction de la poitrine et du dos trois ou quatre fois par jour.

  • Sirop "anti-toux"

Ingrédients :

- Eucalyptus (Eucalyptus globulus), feuilles 10 g
- Lierre terrestre (Glechoma hederacea), sommités fleuries 10 g
- Mauve (Malva sylvestris), 5 g
- 5 clous de girofle
- 1 litre d’eau

Préparation :

Faire bouillir l'eau et la verser sur les plantes dans une casserole émaillée ou un récipient non métallique. Laisser infuser une nuit. Le lendemain matin filtrer, peser et ajouter 1,2 kg de sucre par kilo d'infusion. Remettre au feu et faire bouillir cinq minutes. Mettre en flacon à chaud (80°C), boucher hermétiquement immédiatement et garder au frais et au sec (comme une confiture). Le sirop se conserve environ un mois après ouverture.

On peut le consommer pur à la cuillère ou bien coupé à l'eau, jusqu'à quatre ou cinq fois par jour.

Thym serpolet : des vertus médicinales insoupçonnées

De la cueillette à la tisane, toutes les étapes de la préparation du thym serpolet en Haute-Savoie.

Surnommé le thym du Nord, il pousse en montagne. Le thym serpolet est moins connu que le thym provençal, mais il contient pourtant presque les mêmes vertus médicinales. Très efficace contre l'inflammation des voies respiratoires, son goût est aussi très apprécié.

Le thym serpolet est une très bonne plante antiseptique. Cousin du thym de Provence, le thym serpolet pousse dans le massif des Bauges. Les principes actifs de la plante atteignent leur apogée en été. Au début de l'automne, les producteurs bio font leurs dernières récoltes de thym serpolet.

Les principes actifs du thym serpolet doivent immédiatement être préservés. Pour cela, la méthode la plus simple est le séchage qui permet de stopper l'évolution de la plante. Il faut le moins de lumière possible, et un séchage le plus rapide possible.

Du serpolet séché, une dose d'imagination savante… telle est la recette d'une tisane contre les maux de gorge. La première étape consiste à prendre deux grosses poignées de feuilles de ronce anti-inflammatoires. Faites-les bouillir pour extraire les tanins, qui sont responsables de l'action anti-inflammatoire. Prenez ensuite une poignée généreuse de thym serpolet. Mais attention, ne les faites pas bouillir car les huiles essentielles du thym serpolet sont volatiles avec la chaleur. Du coup, elles risquent de disparaître dans l'atmosphère. Pour terminer la préparation, ajoutez trois cuillerées de douceur.

Cette tisane est efficace pour traiter les enrouements, les laryngites, les difficultés à la déglutition (quand on a du mal à avaler)… c'est un antispasmodique et le soulagement est très rapide. Il est conseillé de préparer cette tisane pour la journée (un demi litre), et prenez-en quatre ou cinq fois au cours de la journée. Vous pouvez également l'utiliser sous forme de gargarisme car le gargarisme permet à la tisane de rester plus longtemps au niveau de la gorge.

Mieux respirer grâce au sapin

De l'arbre au flacon, toutes les étapes de la fabrication de l'huile essentielle de sapin.

Nez bouché, bronchite, toux… ces problèmes respiratoires accompagnent souvent l'arrivée de l'hiver. Mais certaines plantes peuvent en atténuer les symptômes et aider à mieux respirer. Thym, lavande, eucalyptus, mais aussi menthe poivrée ou encore huile essentielle de pin sylvestre... les exemples sont nombreux. Pour mieux respirer, il est également possible d'utiliser l'huile essentielle de sapin.

Les branches de sapin sont la matière première de l'huile essentielle. Pour ne pas perturber l'équilibre écologique de la forêt, aucun arbre n'est abattu sans l'autorisation de l'Office national des forêts. La qualité de l'huile essentielle commence dès la coupe des branches, l'or vert du sapin.

Alors que les troncs servent à réaliser des charpentes, de la menuiserie ou des palettes de chauffage, les branches, elles, sont regroupées et acheminées à la distillerie. Après deux à trois semaines de séchage, les branches sont passées dans un broyeur pour réduire leur volume et faciliter la distillation.

Une fois les aiguilles et les branches broyées rassemblées dans des grandes cuves, la distillation peut commencer lentement à basse pression. Environ 2h30 sont nécessaires pour distiller 250 kilos d'aiguilles de sapin. Après condensation et refroidissement, le mélange d'eau florale et d'huile essentielle est recueilli dans un essentier. Comme leur densité est différente, la séparation des deux liquides s'effectue facilement.

La séparation de l'eau florale et de l'huile essentielle est affinée par décantation. L'huile essentielle est ensuite stockée pendant un à deux mois, ce qui lui permet de mûrir et développer toute sa fragrance. La dernière étape consiste à répartir le précieux liquide dans des flacons.

"L'huile essentielle de sapin blanc permet de fluidifier les sécrétions nasales, donc elle permet l'écoulement. Elle permet ensuite de faire passer totalement le rhume grâce à son côté antiseptique. Son application sera davantage en friction sur le thorax diluée dans une huile végétale ou en inhalation sur le mouchoir ou l'oreiller le temps que le rhume passe", explique Joël Ruiz, biologiste. L'huile essentielle de sapin est particulièrement forte. Son usage est donc contre-indiqué pour les femmes enceintes et les jeunes enfants.

Mieux respirer : les bienfaits de l'épicéa

L'épicéa présente bien des vertus

Certains arbres peuvent aussi vous aider à mieux respirer. C'est le cas de l'épicéa. L'épicéa mesure près de 40 mètres et peut vivre jusqu'à 500 ans. Très présent dans les Alpes, l'épicéa est un arbre résineux de la famille des pinaceae.

Pour différencier l'épicéa du sapin, il faut observer les aiguilles. Le sapin a une distribution des aiguilles très particulière, aplatie (distribution en peigne) alors que pour l'épicéa, il s'agit plutôt d'une distribution en brosse. Les principes actifs qui servent de décongestionnant sont contenus dans les brosses d'épicéa.

Lorsque vous récoltez des pousses, veillez à ne pas dépouiller une seule branche, espacez plutôt votre récolte afin de ne pas nuire au développement de l'arbre. Pour profiter des vertus des jeunes pousses, vous pouvez réaliser un alcoolat d'épicéa. Pour cela, placez les pousses d'épicéa dans une bouteille (jusqu'à la moitié de la bouteille) et ajoutez de l'alcool pour fruits. Faites macérer ce mélange pendant un mois, sucrez et dégustez avec modération. Vous pouvez aussi verser un fond d'alcoolat dans de l'eau chaude pour en faire une tisane ou même l'appliquer directement en friction sur le torse. De quoi respirer à pleins poumons toute l'année…

Les recettes du Dr Camille Isnard, médecin phytothérapeute

Les infections saisonnières (rhinopharyngites, angines, laryngites, trachéites, bronchites…) sont majoritairement virales, c'est-à-dire qu'elles ne nécessitent pas de traitement antibiotique et guérissent grâce à l'intervention de notre système immunitaire. Il est donc primordial pour les éviter d'adopter une alimentation équilibrée et une activité physique régulière.

La phytothérapie peut permettre de soulager certains symptômes gênants, elle peut aussi permettre d'améliorer le terrain ce qui passe par un avis médical et une motivation individuelle.

Dans les situations de pathologies chroniques ou d'infections récidivantes, il est aussi important de recourir à un avis médical afin de ne pas retarder un éventuel besoin d'antibiothérapie.

Dans tous les cas pour soulager les symptômes, l'utilisation de tisanes à base de plantes médicinales traditionnelles reste un moyen simple, efficace, écologique et peu coûteux (au-delà des lavages de nez quotidiens, par sprays d'eau de mer ou sérum physiologique). Les plantes utilisables sont très nombreuses, il convient de choisir en priorité des plantes locales et issues de l'agriculture biologique, pour des raisons écologiques ainsi que de sécurité et de qualité.

Les huiles essentielles ne sont pas nécessairement plus efficaces et consomment beaucoup plus de ressources tout en présentant de nombreux effets indésirables potentiels (irritation des muqueuses, neurotoxicité par exemple). Si de nombreuses études précliniques existent, ce n'est pas le cas des études cliniques (chez l'humain) ; il convient donc de rester prudent, comme pour n'importe quelle substance à visée thérapeutique.

L'utilisation des huiles essentielles nécessite une bonne connaissance d'une part et des produits de qualité d'autre part (agriculture biologique, 100% naturelle, 100% pure). L'avis d'un spécialiste est recommandé. Elles sont à éviter chez les enfants ainsi que chez les femmes enceintes. De nombreuses huiles essentielles ne doivent pas être utilisées chez les personnes asthmatiques.
 

Quelques recettes simples pour situations courantes

  • En cas de toux irritative (toux sèche)

Elle se retrouve dans les pharyngites, trachéites et autres laryngites.

Tisane de coquelicot (pétales), mauve (fleurs), bouillon blanc (fleurs), hysope (herbe fleurie) à part égale pour atteindre 50 grammes.

Préparation : une cuillère à café par tasse, infusion de dix minutes. Boire trois tasses par jour. L'infusion peut être réalisée le matin et consommée dans la journée.

  • En cas d'extinction de voix ou enrouement

Teinture-mère d'erysimum : 50 gouttes dans un verre d'eau, trois à quatre fois par jour pendant six jours.

  • En cas de maux de gorge

Les maux de gorge peuvent se manifester lors d'angines virales ou bactériennes, d'amygdalites, de pharyngites. Les plantes riches en tanins sont efficaces contre la douleur dans ce cas, comme par exemple une tisane de ronce (feuilles) ou d'aigremoine (sommités fleuries).

Comptez une pincée par tasse, infusion dix minutes, faire trois à quatre gargarismes par jour. L'infusion peut être avalée (mais elle est très amère).

  • En cas de toux grasse

On peut utiliser l'erysimum déjà cité ou le sirop de radis noir (Raphanus niger), utilisable chez les enfants car sans alcool et de saveur agréable. Cela permettra de faciliter l'expectoration des sécrétions.

Pour réaliser ce sirop, procurez-vous un radis noir d'agriculture biologique, lavez-le et épluchez-le. Coupez-le ensuite en fines tranches que vous disposerez dans une terrine en alternance avec du sucre candi. Laissez reposer 24 heures puis filtrez le sirop formé.

Vous pouvez boire deux à quatre cuillères à soupe par jour. Le sirop peut se conserver une bonne semaine au réfrigérateur.

  • En cas de nez bouché

Je conseille une inhalation d'infusion de feuilles d'eucalyptus (une pincée par tasse) ou de bourgeons de pin sylvestre (quatre à cinq bourgeons par tasse), deux à trois fois par jour pendant cinq à dix minutes. Dans les deux cas, l'infusion peut aussi être bue.

  • En cas d'état grippal (avec courbatures, fatigue et fièvre)

Préparez une tisane de cannelle de Ceylan (un demi-bâton concassé), clou de girofle (quatre clous concassés), thym (une grosse cuillère à café).

Faites infuser dix minutes dans un demi-litre d'eau bouillante, et buvez trois à quatre tasses par jour pendant cinq jours. Vous pouvez aussi ajouter un jus d'orange ou un jus de citron, du miel pour sucrer (d'eucalyptus par exemple).

Besoin d'un conseil médical ?

Service proposé par

 logo MesDocteurs

Sponsorisé par Ligatus

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24