1. / Se soigner
  2. / Médicaments
  3. / Effet secondaire

Effets secondaires des médicaments : les troubles sexuels

Les effets indésirables des médicaments liés à la sexualité sont un sujet tabou. Diminution de la sexualité, hypersexualité ou encore comportements sexuels inappropriés (CSI)… les troubles sexuels liés à la prise de médicaments sont de natures diverses. Quels sont les médicaments les plus impliqués ? Comment prendre en charge ces effets secondaires ? Les explications avec le Pr Alain Astier, pharmacologue.

Rédigé le , mis à jour le

Chronique du Pr Alain Astier, pharmacologue, du 23 octobre 2014

La sexualité est un mécanisme complexe faisant intervenir à la fois des effets psychologiques (libido avec des composantes culturelles, morales et/ou religieuses...) et des effets physiologiques (érection, dilatations, lubrification vaginale... donc des mécanismes physiologiques et notamment vasculaires).

Comment les médicaments affectent la sexualité ?

Quand on parle de médicaments, on parle de pathologies. Cela signifie que des pathologies du système nerveux central (épilepsie, Parkinson et troubles psychiatriques...) ou des maladies jouant sur la vascularisation (hypertension, diabète...) peuvent déjà induire des troubles de la sexualité.

Le problème, c'est que de nombreux médicaments destinés à traiter ces pathologies sont considérés comme responsables de ce type de trouble. Il faut donc faire la part des choses. Est-ce la dépression qui induit des troubles de la sexualité ou les antidépresseurs ? Il est parfois compliqué de le savoir et c'est une source de confusions.

Les médicaments les plus impliqués dans les troubles sexuels

Concernant les médicaments les plus impliqués dans les troubles sexuels, il faut citer les antidépresseurs de type IRS (inhibiteurs de la recapture de la sérotonine) : citalopram, fluoxetine, paroxetine, sertraline, fluvoxamine... et les antidépresseurs qui inhibent en plus celle de la noradrénaline (IRSNA) comme la venlafaxine.

Une étude espagnole sur 1.022 patients dépressifs traités a montré plus de 59% de troubles de la sexualité allant de la baisse modérée de la libido, à des retards d'orgasme voire des anorgasmies, accompagnés de dysfonctionnements érectiles. Ces médicaments sont justement utilisés comme traitements dans les comportements pathologiques d'hypersexualité, les CSI. Cela prouve bien qu'ils peuvent induire une diminution de la sexualité. Les troubles de l'éjaculation sont considérés dans les notices comme fréquent.

De nombreux neuroleptiques, antiépileptiques ou antiparkinsoniens, sont largement impliqués dans des troubles de la libido, des dysfonctions érectiles, sécheresse vaginale etc…

Les médicaments qui traitent des pathologies très communes comme l'hypertension artérielle (HTA) par exemple peuvent aussi causer des troubles de la sexualité. On a beaucoup accusé les diurétiques thiazidiques comme l'hydrochlorothiazide, mais aussi les bêtabloquants mais c'est moins bien avéré. En revanche, les sartans (inhibiteurs de l'angiotensine II) seraient bénéfiques.

L'hypertension artérielle elle-même est souvent responsable de dysfonctionnements de la sexualité. La mauvaise compliance à ces traitements de l'HTA serait due en partie à ces effets indésirables gênants.

Les médicaments utilisés dans l'hypertrophie bénigne de la prostate comme les inhibiteurs de la 5 alpha-réductase (finasteride) donneraient de 2-8% de troubles de l'éjaculation, 5-19% de l'érection et 3-5% de la libido.

Les médicaments qui peuvent entraîner une hypersexualité

Les médicaments qui peuvent entraîner une hypersexualité est un problème préoccupant. On les appelle des désinhibiteurs. Ils peuvent entraîner, pour certains patients, et surtout avec des associations "explosives" avec alcool ou cannabis, des comportements inappropriés qui peuvent aller de remarques appuyées à caractère sexuel jusqu'à des attouchements voire des tentatives de viol ! Ces problèmes sont plus courant qu'on ne le croit dans des établissements d'hospitalisation, par exemple de personnes âgées.

Les médicaments impliqués sont très, trop largement, prescrits. On a notamment les benzodiazépines comme le Rohypnol® (maintenant retiré) ou certains antiparkinsoniens. Ces effets sont largement niés par les laboratoires car cet effet désinhibiteur peut conduire aussi au suicide ou à commettre des meurtres.

Que faire en cas d'effets indésirables liés à la sexualité ?

Il ne faut pas hésiter à évoquer avec le prescripteur des problèmes de dysfonctionnements sexuels. Il pourra parfois faire la part des causes liées à la pathologie et à celles des médicaments. On pourra alors changer la posologie, de médicament, voire reconsidérer le vrai besoin de prescrire par exemple un antidépresseur.

Attention aux associations explosives entre médicaments, avec l'alcool et les drogues. Mais ne paniquez pas et surtout continuez votre traitement.

VOIR AUSSI

Besoin d'un conseil médical ?

Service proposé par

 logo MesDocteurs

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24