1. / Se soigner
  2. / Handicap
  3. / Paralysie

Paralysie faciale : quand le visage se fige

Vous vous réveillez un matin avec un œil qui a du mal à se fermer, la commissure d'une lèvre qui s'affaisse brutalement, un visage sans expression : c'est peut-être une paralysie faciale. Le plus souvent d'origine virale, cette affection disparaît au bout de quelques mois grâce à des médicaments et de la rééducation.

Rédigé le , mis à jour le

Paralysie faciale : quand le visage se fige
Paralysie faciale : quand le visage se fige
Sommaire

Qu'est-ce qui permet à notre visage d'être expressif ?

ad_paralysie_faciale_intro_191213.flv
Marina Carrère d'Encausse et Benoît Thevenet expliquent le fonctionnement du nerf facial.

Un visage qui ne peut plus sourire, des sourcils qui ne se froncent plus, un œil qui ne peut plus cligner. Des signes qui sont ceux de la paralysie faciale. Elle peut être totale ou partielle, temporaire ou définitive. Dans tous les cas, la paralysie faciale correspond à une atteinte du nerf facial.

Le nerf facial est sollicité tous les jours. Il commande les muscles du visage. Le nerf facial nous permet donc de sourire, de parler ou encore de grimacer, bref d'exprimer toutes nos émotions. Lorsque ce nerf est endommagé, ces muscles ne peuvent plus bouger : c'est ce qu'on appelle la paralysie faciale.

Le trajet du nerf facial est un peu compliqué. Il émerge du tronc cérébral, à l'arrière du crâne. Il pénètre dans l'os de l'oreille interne : le rocher. Puis, le nerf facial passe dans la glande salivaire qu'on appelle la glande parotide. Le nerf facial se sépare ensuite en de nombreuses ramifications sur le visage : il va venir innerver les muscles de la mâchoire, de la bouche, des tempes, des paupières ou encore du front… Le nerf facial contrôle aussi les glandes salivaires et lacrymales (larmes) et assure la perception du goût pour une partie de la langue. Le nerf facial est donc un nerf au champ d'action très large.

Lorsque le nerf est lésé, les fonctions dont il se charge habituellement sont atteintes. Comme nous avons un nerf pour la moitié gauche du visage et un autre pour la moitié droite, les troubles apparaissent d'un côté ou de l'autre, en séparant le visage en suivant un axe vertical. En fonction de l'endroit où est lésé le nerf, on distingue deux formes de paralysie faciale.

Si la lésion atteint le nerf dans la partie située hors du cerveau, la paralysie faciale est dite "périphérique" (paralysie faciale périphérique). Dans ce cas, toute une moitié du visage est paralysée : l'œil ne peut plus se fermer correctement, les commissures de la bouche sont affaissées. Parfois, la salive coule et la langue est comme engourdie. Dans la grande majorité des cas, les paralysies faciales périphériques sont des paralysies dites "a frigore" (avant, on pensait qu'elles étaient dues à un "coup de froid"). Elles sont généralement dues à la présence d'un virus dans les fibres nerveuses comme par exemple le virus de l'herpès ou celui du zona.

L'autre type de paralysie faciale, plus rare, est la paralysie faciale centrale. Le nerf est lésé à l'intérieur du cerveau. Dans ce type de paralysie, la moitié du visage n'est touchée que dans sa partie inférieure. La paralysie faciale centrale s'accompagne presque toujours d'autres troubles neurologiques à savoir une altération de la sensibilité, du champ visuel, ou une atteinte des muscles du bras ce qui n'est pas le cas de la paralysie périphérique. Les causes des paralysies faciales centrales sont nombreuses : elles peuvent être dues à une tumeur du cerveau, une sclérose en plaques. Mais le plus souvent, c'est l'AVC, l'accident vasculaire cérébral. Il s'agit alors d'une urgence absolue.

Des traitements qui redonnent vie au visage

ad_paralysie_faciale_chirurgie_191213.flv
Pour redonner du mouvement aux lèvres, le chirurgien transfère un des muscles masticateurs encore actif.

Une paralysie faciale est traumatisante car elle touche à l'expressivité du visage, à l'identité même du patient. Les paralysies d'origine virale sont généralement bénignes, elles durent de quelques heures à plusieurs mois. Grâce à un traitement médicamenteux et à une rééducation appropriée, elles évoluent généralement de manière favorable.

Mais quand le visage est figé de façon définitive ou que les séquelles sont trop importantes, et si le nerf facial ne peut pas récupérer seul ou s'il a été sectionné, il existe des solutions chirurgicales qui vont permettre de redonner un peu de mobilité. L'intervention la plus fréquente consiste à raccorder le nerf facial à un autre nerf sain. C'est ce que l'on appelle une anastomose.

Si toutes les expressions ne peuvent pas être rétablies, une autre technique chirurgicale permet de rendre le sourire aux patients. Elle s'appuie sur l'utilisation du muscle temporal, muscle qui sert normalement à la mastication.

Une rééducation orthophonique pour retrouver le sourire

2015-06-01-AD-paralysiefaciale-reeduc-VF-87687_logo.flv
Dans 20% des cas de paralysie faciale ''a frigore'', une rééducation orthophonique s'avère nécessaire.

Si toutes les paralysies faciales ne nécessitent pas une opération chirurgicale, il faut toujours passer par une étape de rééducation. Et quelle que soit son origine, la paralysie faciale périphérique doit être prise en charge le plus tôt possible afin de limiter les séquelles à long terme.

La rééducation dépend bien évidemment de la sévérité de la paralysie. En moyenne, les patients récupèrent la motricité au bout de six semaines. Dans les autres cas, elles surviennent à la suite d'un traumatisme ou d'une affection comme une inflammation de la parotide ou encore d'une tumeur qui comprime le nerf facial. Ce dernier peut aussi être lésé lors d'une opération.

Les orthophonistes sont chargés de cette rééducation. Il faut faire travailler les muscles et les nouvelles connexions nerveuses pour rétablir la symétrie des expressions faciales.

Le recours aux injections de toxine botulique

ad_paralysie_faciale_injection_070312.flv
La toxine botulique permet de détruire de façon réversible la jonction entre le muscle et le nerf. On obtient ainsi une paralysie partielle et localisée des muscles qui fonctionnent de trop.

À la fin de la rééducation, il arrive que certaines séquelles de la paralysie faciale subsistent, comme par exemple des spasmes ou des contractures musculaires… Dans ce cas, les médecins peuvent avoir recours à l'injection de toxine botulique.

De la chirurgie esthétique pour un visage plus symétrique

81-Paralysiefaciale_operationfils.flv
Le principe de l’opération

Depuis quelques temps, une autre technique venue des Etats-Unis beaucoup moins invasive, est pratiquée. Elle ne répare pas le nerf facial, mais permet au patient de retrouver un visage plus symétrique.

Avec une longue aiguille, le chirurgien introduit plusieurs fils sous la peau du visage, du côté paralysé. Ces fils possèdent des cônes qui vont, un peu comme des harpons, s'accrocher aux tissus sous-cutanés, et ainsi remonter les traits du visage.