1. / Se soigner
  2. / Greffes, don d'organes

Un premier pénis greffé aux États-Unis

Un homme de 64 ans qui avait perdu une grande partie de son pénis à cause d'une forme rare de cancer, a bénéficié de la première greffe d'un tel organe aux Etats-Unis, a annoncé ce 16 mai l'hôpital de Boston où a été effectuée l'intervention chirurgicale. Celle-ci a duré quinze heures.

Rédigé le

Le premier bénéficiaire d'une greffe de pénis aux Etats-Unis. (Massachusetts General Hospital)

Pour la troisième fois au monde, un pénis a été greffé à un homme. La première opération, réalisée en Chine en 2006, est considérée comme un échec, le bénéficiaire ayant demandé l'amputation de l'organe deux semaines après la greffe, pour des motifs psychologiques. L'opération suivante, menée en 2014 en Afrique du Sud, a été un indéniable succès : en effet, le bénéficiaire, qui avait perdu son pénis suite à une circoncision rituelle ratée, est depuis devenu père.

Dans un communiqué, le Massachusetts General Hospital de Boston a donné quelques informations sur ce troisième cas, annonçant que "le patient, Thomas Manning, 64 ans continue à bien se remettre avec une circulation normale du sang dans l'organe du donneur et aucun signe de saignement, de rejet du pénis implanté ou d'infection".

Bien que M. Manning soit encore dans les tous premiers stades du processus de guérison, ses médecins se sont déclarés "prudemment optimistes" sur le fait que "la fonction sexuelle du pénis" puisse être restorée.

En 2012, un cancer a nécessité l'amputation partielle du pénis de Thomas Manning. Dans une récente interview au New York Times, l'homme expliquait qu'après l'ablation d'une grande partie de son pénis, il ne lui restait que 2,5 centimètres. Il décrivait aussi l'isolement social qui a résulté de cette amputation, évitant les contacts notamment avec des femmes. "J'évitais les contacts… je ne pouvais pas avoir de relations [sexuelles] avec quiconque", expliquait-il, ajoutant : "on ne peut pas dire à une femme qu'on a été amputé du pénis".

Se faire la main sur des cadavres

L'équipe de chirurgiens et médecins qui a réalisé cette greffe les 8 et 9 mai derniers s'est entraînée pendant plus de trois ans, notamment sur des cadavres. Leur objectif était de peaufiner la technique de manière à pouvoir l'appliquer avec succès sur un plus grand nombre de personnes dont notamment des soldats blessés au combat.

En décembre 2015, des chirurgiens à la faculté de médecine Johns Hopkins à Baltimore (Maryland) avaient annoncé qu'ils prévoyaient de procéder dans une première phase à 60 greffes de pénis, précisant que le premier sur la liste d'attente était un ancien combattant blessé en Afghanistan. Près de 1.400 militaires ont subi des blessures aux parties génitales entre 2011 et 2013 en Iraq et Afghanistan, selon le ministère américain de la défense.

Besoin d'un conseil médical ?

Service proposé par

 logo MesDocteurs

Sponsorisé par Ligatus

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24