1. / Se soigner
  2. / Chirurgie
  3. / Chirurgie réparatrice, chirurgie esthétique

Rhinoplastie : le nez remodelé

Trop long, trop court ou massif, le nez est souvent la cible de nos complexes. Avec près de 15.000 opérations du nez par an, la rhinoplastie représente 5% de la chirurgie esthétique en France. Peut-on toujours opérer ? Comment se déroule l'intervention ?

Rédigé le , mis à jour le

Rhinoplastie : le nez remodelé
Rhinoplastie : le nez remodelé
Sommaire

Qu'est-ce que la rhinoplastie ?

Benoît Thevenet et Michel Cymes expliquent la rhinoplastie

La rhinoplastie est la chirurgie réparatrice du nez. La première intervention a été réalisée au XVe siècle par le chirurgien italien Gaspare Tagliacozzi. À l'époque, l'intervention consiste à découper un lambeau de peau du bras du patient et à le greffer sur son nez. À l'aide d'une camisole, le patient devait rester en position bras relevé vers le nez pendant trois à quatre semaines. Une fois la greffe prise, le lambeau du bras était découpé et formait le nouveau nez.

Ce n'est que bien plus tard que d'autres chirurgiens se sont attaqués à la structure osseuse du nez. Une structure complexe. Sa partie haute est constituée de deux petits os plats articulés entre eux : ce sont les os propres du nez. Ces derniers s'articulent vers le haut avec l'os frontal et sur les côtés, avec l'os maxillaire. Celui-ci se prolonge vers l'avant pour former l'épine nasale. C'est ce que l'on sent sous notre doigt quand on le pose à la base de la cloison nasale qui sépare les narines. La partie inférieure comporte du cartilage et des tissus fibreux. Grâce aux muscles faciaux qui entourent le nez, il s'agit d'une zone très mobile.

À l'intérieur, on trouve trois cornets osseux. Ils communiquent par de petits orifices avec les sinus. La cloison nasale sépare les deux cavités : la pointe du nez et les deux fosses nasales qui se prolongent pour rejoindre l'arrière-nez. Ces fosses nasales sont tapissées d'une muqueuse riche en vaisseaux sanguins qui lui donnent sa couleur rose. Elle est constituée de glandes à mucus qui la maintiennent humide. C'est la muqueuse qui réchauffe, humidifie et filtre en partie l'air inspiré. D'ailleurs, 20.000 litres d'air le traversent chaque jour. Organe de l'olfaction, le nez est aussi l'étage supérieur des voies respiratoires.

Parfois, il arrive que le nez présente des défauts qui peuvent impacter notre santé. Par exemple, quand la cloison nasale est déviée, cela peut gêner la respiration. Pour la redresser, on recourt alors à la rhinoseptoplastie.

Dans quels cas opère-t-on ?

Un rendez-vous avec l'ORL est nécessaire avant toute chose.

La rhinoplastie est demandée dans deux situations principales : en cas de déviation de la cloison nasale, qui empêche de respirer correctement, ou dans un but esthétique. Dans certains cas, l'opération est réalisée pour ces deux raisons en même temps.

Quelle que soit la cause qui motive la demande de chirurgie, c'est une démarche qui n'est jamais anodine. Un bon chirurgien esthétique ou l'ORL va prendre le temps de bien cerner les causes qui motivent le patient et les résultats qu'il attend de l'opération.

Rhinoplastie : une chirurgie impressionnante

Attention, images d’intervention chirurgicale : l'os du nez est petit à petit remodelé.

Il est hors de question d'entrer au bloc opératoire sans avoir reçu toutes les informations sur l'intervention et ses risques, et un devis complet lorsqu'elle n'est pas pris en charge par la Sécurité sociale. Le délai de réflexion doit être suffisant. Et quand arrive le jour J, il faut aussi être prêt à ne plus trop se reconnaître pendant un moment.

Des simulations permettent de visualiser son nouveau visage car cette intervention entraîne une transformation importante.

On parle de rhinoplastie complète, lorsque l'ensemble du nez est modifié, et de rhinoplastie partielle, quand le chirurgien ne touche qu'une partie du nez. Pour l'opération complète, une anesthésie générale avec une hospitalisation de vingt-quatre heures est nécessaire. Lorsque le chirurgien ne touche que le cartilage de la pointe du nez ou "râpe" simplement une bosse pour en diminuer sa taille, une simple anesthésie locale est possible et l'hospitalisation ne dure que la journée.

Le remodelage du nez peut se faire de deux manières : soit en faisant une petite incision en dessous de celui-ci (ce qui permet au chirurgien de bien voir ce qu'il fait), soit en passant par l'intérieur (ce qui ne laisse pas de cicatrice visible).

Après l'opération, des antibiotiques sont prescrits pour prévenir les infections et des soins quotidiens sont nécessaires pour nettoyer les fosses nasales pendant une dizaine de jours. Au cours de cette période, il faut éviter de se moucher et d'éternuer, dans la mesure du possible.

Le résultat final n'est apprécié qu'au bout de plusieurs mois, les modifications évoluant encore quelque temps, notamment pour la souplesse de la pointe du nez. Un oedème et des ecchymoses sont habituels pendant deux à trois semaines. Enfin, pendant deux mois, les pressions importantes sur le nez doivent être supprimées : il ne faut plus porter de lunettes de manière permanente, ni faire de sport.

En ce qui concerne les complications, des infections et des hémorragies sont rares mais possibles. Le plus souvent, c'est le résultat qui est remis en cause : raccourcissement trop important ou insuffisant du nez, asymétrie ou encore déviation de la pointe. Dans ce cas, il n'y a bien souvent plus qu'une solution : recommencer l'opération...

Rhinoplastie ultrasonique : une technique moins traumatisante

Attention images de chirurgie ! La rhinoplastie ultrasonique est une technique plus douce

Les techniques chirurgicales varient en fonction des indications et des attentes des patients. Certaines rhinoseptoplasties sont moins traumatisantes pour les tissus. C'est le cas des ultrasons que les chirurgiens utilisent depuis trois ans environ.

Les tarifs des rhinoplasties sont très variables selon les chirurgiens et les régions où elles sont pratiquées. Concernant les rhinoplasties dites fonctionnelles, par exemple une déviation nasale qui provoque une difficulté respiratoire, il faut compter entre 1.500 et 8.000 euros en activité libérale dont 300 euros environ seront remboursés par la Sécurité sociale. Selon les contrats, certaines mutuelles prennent aussi en charge une partie de la somme. Pour les rhinoplasties purement esthétiques, comptez entre 2.000 et 8.000 euros. Mais dans ce cas, aucune prise en charge n'est prévue par la Sécurité sociale.

Besoin d'un conseil médical ?

Service proposé par

 logo MesDocteurs

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24