1. / Se soigner
  2. / Accidents

Les personnes âgées, premières victimes des accidents de la vie courante

Si le taux de mortalité lié aux accidents de la vie courante est en baisse constante depuis quinze ans, le nombre de décès reste très important. Dans près de huit cas sur dix, ces décès concernent des personnes âgées de 65 ans et plus, selon des travaux publiés ce 10 janvier dans le Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire.

Rédigé le

Image d'illustration

Les accidents de la vie courante désignent "l’ensemble des traumatismes non intentionnels, à l’exception des accidents de circulation et des accidents du travail" (loi de santé 2016, art. 63). Ils regroupent les accidents survenant au domicile ou à proximité, mais aussi les accidents liés aux sports et aux loisirs, ou encore les accidents scolaires. Selon les données publiées ce 10 janvier, la moitié des décès par accidents de la vie courante a eu lieu dans un établissement hospitalier (56%), puis à domicile (22%), dans une maison de retraite (13%), sur la voie publique (4%) et dans un autre lieu (5%).

Entre 2000 et 2012, le taux de mortalité par accidents de la vie courante a diminué de 2,2% par an, et cette baisse a été particulièrement marquée chez les moins de 15 ans (-5,4% par an).

Pour dresser leur bilan des décès liés aux accident de la vie courante en France, les chercheurs se sont référés à la base nationale des causes médicales de décès du CépiDc-Inserm (centre d’épidémiologie sur les causes médicales de décès).

Selon leurs travaux, en 2012, 21.470 décès consécutifs à des accidents de la vie courante en France métropolitaine ont été recensés (10.791 hommes et 10.679 femmes), comptant pour 3,8% de la mortalité́ totale (558.241 décès). Les personnes âgées de 65 ans et plus représentent 77,8% des cas.

Les chercheurs notent par ailleurs que 21% des décès d’enfants âgés de 1 à 4 ans (111 sur 518) et 13% de ceux concernant les 5-14 ans (83 sur 647) sont des accidents de la vie courante.

Concernant les hommes, les décès par accidents de la vie courante constituent 48% des décès traumatiques (notion qui recoupe en outre homicides, suicides, accidents de la circulation et du travail), tandis que ce rapport est de 72% chez les femmes . Ce même rapport était de 54% les moins de 15 ans, (221 accidents de la vie courante pour 406 traumatismes), contre 77% chez les 65 ans et plus (16.713 cas sur 21.825).

Les chutes à l'origine d'une majorité de décès de cause identifiée

"Les chutes ont constitué la première cause de décès par accidents de la vie courante", expliquent les chercheurs, qui estiment que, dans près de trois cas sur cinq où la cause de décès est connue, un tel événement est à l’origine de la mort. Ils soulignent que, lorsqu’elles ne sont pas mortelles, les conséquences de ces chutes "sont lourdes en termes de santé publique : séquelles physiques, perte d’autonomie et fragilisation de l’état de santé initial".

S’agissant des suffocations, elles représentent un peu moins d’un décès de cause connue sur cinq, et concernent dans 69% des cas des personnes de plus de 75 ans.

Chez les moins de 25 ans, les noyades représentent la première cause de décès accidentels de cause connue (137 décès sur 221, dont 46 chez les moins de 5 ans).

Les intoxications ont été à l’origine de 2.040 décès dans l'ensemble de la population.

Sponsorisé par Ligatus

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24