1. / Se soigner
  2. / Accidents
  3. / Accidents domestiques

Accidents domestiques, première cause de décès chez les jeunes enfants

Chute, défenestration, intoxication, brûlure, coupure, étouffement... Sans précautions, la maison peut devenir un terrain de jeu dangereux pour les enfants. Comment éviter des accidents dramatiques ? Quels sont les gestes à faire en situation d'urgence ?

Rédigé le , mis à jour le

Accidents domestiques, première cause de décès chez les jeunes enfants
Sommaire

Les dangers de la maison

Marina Carrère d'Encausse et Benoît Thevenet présentent les dangers de la maison.

Des médicaments déposés sur une table, des produits ménagers à portée de main, une fenêtre mal fermée… une seule petite minute d'inattention peut suffire pour transformer la maison en lieu à haut risque.

Selon l'Institut National de Prévention et d'Education pour la Santé (INPES), chaque jour, 2.000 enfants de moins de 6 ans sont victimes d'accidents domestiques. Certains d'entre eux garderont des séquelles à vie. Les accidents domestiques représentent d'ailleurs la première cause de mortalité chez les jeunes enfants.

Avant un an, les accidents surviennent davantage dans la cuisine, la chambre et la salle de bain. Entre un et 4 ans, les lieux à risque sont le plus souvent la cuisine et la salle de séjour.  Mais en réalité, chaque étape du développement de l'enfant comporte des risques spécifiques. Et ce dès la naissance, avec la table à langer, la baignoire, le lit... tous ces lieux peuvent s'avérer dangereux.

À partir de 3 mois, l'enfant attrape les objets à sa portée. Entre 6 et 9 mois, il apprend progressivement à se déplacer à 4 pattes. Il met de plus en plus d'objets dans sa bouche. Il risque donc de s'étouffer avec des petits objets ou avec des sacs en plastique. Le risque augmente entre 9 et 24 mois puisque l'enfant se met debout et commence à marcher. Il explore donc le monde qui l'entoure. Attention aux chutes, aux défenestrations, aux brûlures avec les produits ménagers qu'il pourrait avaler.

Vers 3 ans, l'enfant sait ouvrir les portes, descendre les escaliers, de nouveaux dangers apparaissent. Au-delà de 6 ans, les accidents se produisent de plus en plus à l'extérieur de la maison. Mais même à cet âge, l'enfant n'est pas capable de se rendre compte des risques qu'il prend. Les adultes doivent donc interdire, surveiller, et surtout sécuriser la maison pour éviter les drames.

La prévention des accidents domestiques

Comment prévenir les accidents domestiques dans la maison ?

On le sait moins mais les personnes âgées sont aussi très concernées par les accidents domestiques. Après 65 ans, les chutes sont nombreuses. Beaucoup d'objets courants deviennent dangereux : les tapis, dans lesquels on se prend les pieds ; la baignoire, où l'on glisse...

Si d'après une étude de la Caisse Nationale d'Assurance-Maladie des Travailleurs Salariés (CNAMTS), c'est dans la cuisine que les accidents domestiques se produisent le plus, les accidents domestiques peuvent survenir dans toutes les pièces de la maison. Pour les prévenir, il est possible de sécuriser son habitation grâce à des dispositifs simples à installer et peu coûteux.

À Angoulême, l'association de prévention des accidents de la vie courante intervient dans les maisons pour mettre en place les dispositifs nécessaires. Car si chaque maison est source de risques domestiques, pour les experts en prévention, la sécurité est à la portée de tous.

Sécuriser les escaliers

Selon Olivier Chanjou de l'association de prévention des accidents de la vie courante, "l'escalier est très dangereux car il représente la moitié des cas d'accidents domestiques. Il est donc souhaitable de sécuriser un escalier".

Pour sécuriser l'escalier, placez des barrières en haut et en bas, un double face antidérapant sur le nez de marche. Et pour limiter le risque de chute la nuit, un capteur de mouvements allumera automatiquement la lumière.

Sécuriser les fenêtres

Autre risque de chute touchant les jeunes enfants : la défenestration. Une centaine d'accidents sont recensés en France chaque année. Dans la moitié des cas, un meuble se trouvait sous l'ouverture.

Pour sécuriser les fenêtres, installez un écarteur qui permet l'entrebâillement pour aérer la pièce tout en bloquant l'accès aux enfants.

Sécuriser la cuisine

Côté cuisine, les accidents domestiques sont très fréquents. En première ligne, le risque de brûlure. Pour éviter tout accident, les queues de casseroles doivent toujours être tournées dans le sens opposé. Et à défaut, il convient d'installer un système de sécurité devant la gazinière. Ce système ne permet donc pas aux enfants d'accéder à la queue de casserole.

Et pour éviter de se brûler avec la porte du four, il existe des modèles dont la porte reste toujours froide symbolisés par un logo.

Sécuriser la salle de bain

Dans la salle de bain, pour éviter de glisser, placez un tapis antidérapant dans la baignoire. Une barre d'appui s'avère aussi très utile pour limiter le risque de chute. Quant aux produits d'hygiène, ne les laissez pas traîner.

Autres types de produits potentiellement dangereux : les produits d'entretien. Il faut éviter que ces produits soient accessibles aux enfants. Une vigilance qui doit être importante car certains produits peuvent ressembler à des bonbons.

Il est donc conseillé de ranger ces produits en hauteur ou dans un placard sécurisé. La Direction générale de la santé recense près de 7.500 incidents dus aux dosettes de lessive depuis 2005, dont une centaine de cas graves.

Accidents domestiques : dangers à l'extérieur

Côté jardin, le risque d'accidents domestiques est également très présent entre la piscine, la tondeuse et le barbecue…

Autres lieux à risque : le jardin ou la cour. Près d'un quart des accidents domestiques s'y produisent. Par exemple, les chutes ou les brûlures à cause d'un barbecue font chaque été de nouvelles victimes.

Pour passer un été tranquille, petit rappel des fondamentaux à respecter afin d'éviter les noyades, coupures et autres brûlures. 

Sécuriser une piscine

À l'extérieur, notre vigilance a tendance à se relâcher. Les chutes dans les piscines sont à l'origine de vingt à trente décès d'enfants chaque année. Pour sécuriser votre piscine, pensez à installer des barrières pour retarder le désir de l'enfant d'aller dans l'eau. Il existe pour cela quatre dispositifs différents : la barrière, l'abri, la couverture et l'alarme. L'usager doit obligatoirement s'équiper de l'un d'eux.

Il existe également des détecteurs de mouvements qui vont détecter les ondes de l'eau. Si un objet étranger rentre dans la piscine, le détecteur pourra le détecter. L'alarme permet d'alerter les parents que l'enfant est tombé dans l'eau et est en danger. En cas de chute dans la piscine, il faut intervenir très vite. Un noyé secouru dans la première minute a 95% de chance de s'en sortir.

Gare aux brûlures de barbecue

Autre danger très estival : la brûlure de barbecue. Bien souvent l'accident survient à l'allumage lorsqu'on utilise de l'alcool à brûler. Evitez donc d'utiliser de l'alcool à brûler pour que la combustion se fasse plus rapidement. Utilisez plutôt un allume-barbecue ou des pastilles combustibles et faites attention aux mains. Vous pouvez utiliser des gants pour limiter les risques. Chaque gant a une identité, identifiable grâce aux pictogrammes présents sur l'étiquette.

La coupure est un autre accident très fréquent. Elle est souvent provoquée par la tondeuse à gazon, responsable d'environ 800 accidents par an. Lorsque le mécanisme de la tondeuse est entravé par un excès d'herbe, on a tendance à y mettre la main au mépris des règles de sécurité. Il convient de porter des gants et de réaliser le débourrage avec un bâton car il y a un risque d'auto-allumage.

Autres conseils : ne désactivez jamais le système de sécurité de la machine, ne tondez pas par temps humide, faites affûter la lame de la tondeuse une fois par an. Méfiance donc les beaux jours sont propices à ce type d'accident.

Des facteurs de risque identifiés

Les accidents domestiques peuvent donc être évités. Les réglementations ou l'Association Française de Normalisation (AFNOR) permettent d'imposer des normes de sécurité, comme la certification CE. Les campagnes d'information et d'éducation sont plus nombreuses mais nous sommes encore loin de celles de prévention routière.

De plus, certains facteurs de risque ont été établis, ce qui permet d'être plus vigilants dans certains cas. Les tout-petits sont les plus curieux et téméraires entre 1 an et demi et 3 ans. Les jeunes enfants et les adolescents de sexe masculins sont eux aussi plus exposés.

La personnalité entre aussi en jeu : attention aux hyperactifs, aux rêveurs ou aux enfants handicapés. Un contexte familial difficile, un habitat vétuste ou mal sécurisé favorise également les accidents domestiques.

Le secours des urgences pédiatriques

La blessure aux doigts de Djakaridja a poussé sa maman à se rendre aux urgences.

Chaque jour, le service des urgences pédiatriques de l'hôpital Trousseau ne désemplit pas. Chutes, intoxications, brûlures, les accidents domestiques y sont fréquents.

La prise en charge des enfants brûlés

Kiyane, 11 mois, s'est brûlé le torse avec une tasse de thé posée sur une table.

La grande majorité des brûlures sont causées par un accident domestique. À l'hôpital, c'est l'unité de chirurgie des brûlés qui prend en charge les enfants brûlés.

En savoir plus sur les accidents domestiques

Numéros utiles :

  • Samu : 15
  • Numéro d'urgence européen :112

Sur Allodocteurs.fr

Ailleurs sur le web

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24