Mis à jour le 18 avril 2014 à 20h27
Newsletter | Mon compte

Forums

Forum > Pervers narcissiques

Auteur Que faire face à un Enfant Pervers Narcissique?
psychopsy
le 30/03/2011 13:51:12

Bonjour, je n'entends parler des PN que en tant qu'adultes, ou encore des enfants de PN.
mais que faire contre un enfant PN?
Je m'occupe d'une petite fille qui fonctionne exactement comme un PN. je me suis beaucoup informée sur le sujet, et j'avais déjà identifié d'autres PN. son caractère répond à tous les critères de cette pathologie. il n'est pas question de fuir devant un enfant et en plus c'est mon job.
je change de techniques selon ce qui marche pour me faire "respecter" et la remettre à sa place. en gros: punition, ne plus me laisser attendrir; ne plus avoir de compassion pour cet enfant qui n'en a pas; ne plus laisser passer ses insultes, voire la rabaisser pour la remettre à sa juste place; indifférence quant à ses vantardises; couper la communication, incrédulité face à ses jeux de théâtre, faire comme si je n'avais pas entendu ce qu'elle me dit lorsque je suis occupée à faire autre chose (en gros jouer l'indifférence).
malgré cela, c'est un rapport de force quasi permanent, car elle cherche à établir sa domination sur les autres.
je pense que face à un enfant on peut faire quelque chose, ses stratégies n'étant pas encore tout à fait au point. mais parfois je suis à court d'idées.
Si vous avez des conseils n'hésitez pas.

Sujet modifié le 05/04/2011 21:37:39, par psychopsy

psychopsy
le 30/03/2011 15:53:05

Quelqu'un a une idée?

Message modifié le 05/04/2011 21:39:02, par psychopsy

Sortilege
le 27/04/2011 16:28:41

Bonjour Psychopsy,
Fille, soeur et ex compagne de pervers narcissiques (ce mode de fonctionnement peut affecter toute une famille et conditonner les choix affectifs inconscients), deux de mes enfants ont été eux aussi littéralement engloutis par ce système destructeur.
Il n'était pas question non plus de fuir pour moi, puisque je suis leur mère.
Malgré des suivis thérapeutiques et de ma part une fermeté identique à celle dont vous témoignez, cela n'a hélas pas modifié le processus, mais l'a sans doute juste un peu ralenti.
J'étais pourtant animée des plus vifs espoirs de pouvoir y changer quelque chose, je l'ai cru un moment d'ailleurs: étant leur mère, passant la majorité du temps avec eux, je croyais avoir un impact sur eux et ils étaient encore jeunes.
Mais en fait ils se sont appliqués à parfaire leurs stratégies dans la plus grande discrétion en tirant les leçons de chacune de leurs erreurs afin de se rendre de plus en plus crédibles dans les rôles qu'ils endossaient.
Au final, à l'adolescence, mes enfants (dont j'avais la garde) m'ont accusée du pire afin de justifier leur départ subit chez leur père et tenter de me causer de sérieux problèmes. Sans parler du choc émotionnel.
Cela peut aller très loin, jusqu'à se cogner volontairement sur des meubles pour prétendre ensuite que les écchymoses sont le fait d'une maltraitance.

Heureusement pour moi, ce que j'avais entrepris depuis des années au niveau du suivi psychologique de mes enfants et les rapports des experts qui les ont entendus m'ont totalement blanchie devant la justice.
Je ne peux donc que vous conseiller d'être extrèmement prudente et de vous prémunir dans l'hypothèse tout à fait probable où vous vous retrouviez un jour accusée par cette enfant.
Les gens (quel que soit l'âge) enferrés dans un fonctionnement narcissique pervers s'arrangent tôt ou tard pour se "débarrasser" des personnes non manipulables qui ne marchent pas (ou plus) dans leur jeu et les contremanipulent.
Ils leur vouent en sus une haine d'autant plus tenace que ces personnes les ont mis face aux limites et à l'innéficacité de leur "pouvoir".

Puisque vous ne pouvez fuir cette enfant, vous n'avez d'autre possibilité que de continuer à la contre-manipuler, avec tout ce que ce rapport de force épuisant induit.
Ceci dit, outre les techniques de contre-manipulation que vous utilisez déjà, je vous suggère d'ajouter l'effet de surprise: soyez aussi imprévisible que vous le pouvez vis à vis d'elle afin de la déstabiliser et l'empècher de concevoir des stratégies basées sur vos réactions prévisibles.
L'humour peut vous y aider : alternez l'indifférence face à ses vantardises et théâtralisations avec l'attention ironique et en en "rajoutant trois couches". C'est une autre manière de lui exprimer que vous n'accordez aucun crédit à ses propos et qu'elle se rend ridicule.
Les caractères manipulateurs ont particulièrement horreur qu'on se moque d'eux.
Dans certains cas, la prendre "au mot" peut aussi être efficace afin qu'elle se retrouve dans une situation embarrassante.
Variez autant que possible vos réactions face à une situation similaire afin qu'elle ignore quelle sera cette fois là votre réponse et se retrouve ainsi dans l'impossibilité de provoquer la réaction qu'elle veut obtenir précisément.
Et restez toujours bien consciente qu'elle supporte mal votre tenacité et son impuissance à vous manipuler, il se pourrait qu'elle veuille se venger si elle en a l'opportunité. Au risque de me répéter, assurez bien vos arrières, d'autant que c'est votre job de vous occuper d'enfants et qu'elle pourrait vous causer de sérieux préjudices.
Bon courage!

Message modifié le 27/04/2011 19:25:52, par Sortilege

planete2000
le 29/04/2011 17:46:46

j'ai laissé un message il y a une paire d'heures qui n'apparaît pas, je fais un essai pour voir si celui-ci passe...

Message modifié le 29/04/2011 17:52:03, par planete2000

planete2000
le 29/04/2011 17:49:14

bon, alors c'est que l'autre est passé aux oubliettes? comment se fait-il?
pas le courage de recommencer... je n'ai pas conservé de copie.

Message modifié le 29/04/2011 17:51:22, par planete2000

carodoubt
le 20/05/2011 09:04:06

Sortilege,
Ce que vous racontez est horrible mais je sais malheureusement que tout est vrai. J'aimerais donc échanger avec vous.
Faîtes-moi signe si vous repassez par là...

Message modifié le 20/05/2011 09:48:38, par carodoubt

psychomo
le 24/07/2013 17:29:17

Bonjour à toutes,

vos post datent un peu et je ne sais pas si vous me lirez.
cependant, je pense que d'autres personnes liront ces posts et c'est au moins pour elles que j'écris.

je suis fille de PN. je m'intéresse beaucoup à la psychologie.
Je ne suis pas devenue moi-même PN parce que j'ai tjrs eu une certaine lucidité sur ce qui se passait à la maison, enfant, je constatais que les autres fonctionnaient différemment, j'ai tjrs essayé de comprendre ce qu'il se passait (notamment grâce à la psychologie) j'ai remis en cause ce que l'on m'a appris, pour évoluer douloureusement vers un mode de fonctionnement "normal".

Il n'est pas étonnant que votre approche ne fonctionne pas : vous reproduisez les comportements de PN, à savoir nier leurs besoins et leurs désirs, les voir comme des petits diables incapables d'amour et de bienveillance, les emprisonner dans des règles de fonctionnement qui n'ont de sens que pour vous.
De cette façon, vous les confortez dans l'idée que les rapports humains sont fondés sur la domination de l'autre, qu'une relation d'égal à égal n'est pas possible, qu'il faut user de moyens détournés pour obtenir ce que l'on désire et par là assujettir l'autre.

Ces enfants ne sont pas différents des autres : ils ont besoin d'être sécurisés, aimés, reconnus, respectés et compris. Et même sans doute plus que les autres !
Quand ils utilisent des procédés pervers, ils essayent maladroitement, avec les procédés qu'ils ont appris, de satisfaire leurs désirs, d'exprimer leurs émotions, comme le feraient d'autres personnes (adultes ou enfants) d'une manière plus directe. Ils n'ont pas appris à exprimer leurs demandes, leurs désirs, leurs affects. De même, ils n'ont pas appris l'échange, le partage.

Quand on est dans une famille de PN, AUCUNE individualité n'est permise, c'est-à-dire qu'aucun désir personnel, aucune expression des affects, aucun choix personnel n'est possible. C'est une prison psychique. L'enfant doit mourir psychiquement pour faire exister ses parents. Il n’est qu’une possession, un objet de ses parents. Toute rébellion est sévèrement sanctionnée et retournée contre lui. Il apprend que le seul moyen pour lui d'exister est de prendre l'ascendant sur les autres membres de sa famille, pour éviter les attaques, les critiques/dévalorisations/humiliations, etc. Il apprend que pour être "respecté", (au sens d'avoir la possibilité de satisfaire ses besoins (affectifs, émotionnels, etc) en posant des limites à l'autre et au sens d'être reconnu) il faut assujettir l'autre.
Et c'est donc sous cet angle que "naturellement", il conçoit ses relations aux autres.

Mais il n’est PAS mauvais. Il n’a pas de mauvaises intentions au fond de lui. Il a simplement de fausses représentations du monde, des relations entre les gens, etc.
Il est d'ailleurs possible que par transfert dans une relation (notamment avec un psy) il tente de résoudre ses difficultés relationnelles avec ses parents en cherchant à la reproduire.

Il ne s'agit pas, évidemment, de vous laisser dominer. Cela aurait le même effet.
Le problème est que ces enfants vous déstabilisent. Car, le PN utilise les failles de l'autre pour le toucher, le faire douter, l'assujettir. Et la tentation est grande de le réprimer.
Et d'une certaine façon, c'est ce qu'il "attend" de vous. Sinon vous n'avez pas de valeur à ses yeux, vous n'avez pas de légitimité dans votre autorité.
Pour faire face à eux, il va sans dire qu'il est tout à fait nécessaire que vous soyez sure de vous, de vos valeurs, ce qui ne veut pas dire rigide. Il faut vous distancier émotionnellement pour ne pas vous soumettre à lui. Sinon, il vous touchera, vous déstabilisera.
Quand il constatera qu’il ne dispose d’aucun moyen de vous toucher, de vous soumettre, que ses procédés ne prennent pas avec vous, il changera d’attitude. Et d’autant plus si vous lui permettez de d’exprimer librement, de penser, de choisir librement (dans le respect d’autrui) ; en fait, d’exister.

Il s'agit d'être ferme, de lui montrer qu'il a beaucoup à perdre à agir comme il le fait, mais toujours avec BIENVEILLANCE, et surtout pas sur un mode pervers. Autrement dit, il s'agit de le RESPONSABILISER.

Il s'agit simplement d'écouter l'enfant d'une oreille BIENVEILLANTE, de le pousser à ressentir, à accepter et à exprimer ce qu'il ressent (ressentir et exprimer des affects dans une famille de PN est vécu comme dangereux, et rappelons-le un PN est un être HUMAIN (!) en grande souffrance qui projette celle-ci sur les autres), de lui apprendre que ce qu'il ressent lui appartient, en instaurant une relation "d'égal à égal", ne le dominez pas, posez des limites fermes mais soyez douce, soyez un REPERE STABLE (quoiqu'il fasse ou tente de faire) et bienveillant, poussez le (doucement) à exprimer ses demandes, soyez hermétique lorsqu'il utilise des procédés pervers, expliquez lui qu'il doit dire ce qu'il veut s'il souhaite être entendu et satisfait (il n'est pas débile, il comprend même s'il est fort probable qu'il n'entende pas ce que vous tentez de lui expliquer, surtout au début; le processus est très long ; c'est à force de prise de conscience qu'il comprendra), dialoguez, poussez le à réfléchir, mais ne le regardez pas comme s'il avait un problème, valorisez le quand il agit et s'exprime de manière SINCERE. En fait, poussez-le à l’authenticité. Soyez authentique.
Et rappelez-vous que l’on se construit dans le regard des autres.

Avec cette distance , plus psychique, que matérielle (il ne s'agit pas de froideur! il a besoin d'amour et surtout de bienveillance!), tout en l'écoutant et en le respectant dans son être, dans son intégrité tant physique que psychique, dans ses désirs (un enfant de PN n'a pas appris qu'il avait le droit simplement de vouloir et de penser de manière autonome AU MEME TITRE ET EN MEME TEMPS que les autres : pour lui, soit on domine et on peut se satisfaire et être heureux, soit on est dominé ; par conséquent, il cherche comme tout être humain à satisfaire ses désirs, et pour cela il est en recherche de toute puissance selon le modèle appris), il vous respectera et prendra exemple sur vous, qui LE RESPECTEZ AUSSI, en lui donnant TOUTE SA PLACE, (pas plus, pas moins).

Même s'il vous choque, dans sa pensée, ses désirs etc., laissez-le s'exprimer, respectez-le, exprimez vos points de vue sans dénigrer les siens. S’il vous attaquait sur les vôtres, par exemple, dîtes lui simplement, CALMEMENT et avec bienveillance, que vous aussi, comme tout le monde, vous êtes en droit de penser ce que vous voulez. Rien qu'en faisant cela, vous lui montrerez que d'autres modes de relation sont possibles, et que ses représentations sont fausses.
A partir de là, vous pourrez l'accompagner dans la satisfaction de ses besoins de manière saine, dans des relations saines aux autres, dans le développement de ses propres valeurs, à agir et à choisir POUR lui-même. Comme tout en enfant « normal »* !

Car, un PN ne connait pas ses besoins, n’ayant pas été respecté dans ceux-ci, et « expulsant »/projetant ses émotions à l’extérieur, sur autrui. En simplifiant, il est dans la souffrance, une souffrance que le PN accompli ne reconnaît pas, et qu’il cherche à expulser au moyen de la toute puissance.
C’est en prenant conscience de ses émotions, en apprenant à les respecter, à les assumer, qu’il pourra ensuite définir ses besoins, et les satisfaire. Sainement.

Et au passage, c’est la même chose pour un adulte PN qui culpabilise, qui se remet en question. Oui, oui c'est possible, si celui-ci n'est pas accompli dans sa perversité : lorsque le PN perd sa proie, il sent sa souffrance. Ainsi, soit il cherche une autre proie (pour le pervers accompli) soit il se remet en question. Sa souffrance, sa culpabilité, peuvent être "utilisées" à bon escient pour le confronter à ses modes de fonctionnement, pour le responsabiliser, et l'amener au changement.

Personne n'a dit que c'était simple.
Mais c'est en le confrontant à sa souffrance, en le responsabilisant, en lui montrant que d'autres modes de relation sont possibles, qu'il se retrouvera seul s'il utilise ces modes de fonctionnement (n'oublions pas que le PN cherche la fusion, il ne supporte pas la solitude), en l’invitant à s’exprimer sur ce qu’il ressent, sur son vécu, à exprimer ses demandes, à se respecter lui-même et à respecter autrui, qu'il aura des prises de conscience, et évoluera. Mais certainement pas, en utilisant le mode œil pour œil dent pour dent, qui n'aura que l'effet inverse...

* : tout enfant a ses spécificités. Attention à ne pas voir ses défauts comme l’expression d’une personnalité perverse, et TOUT LE MONDE PEUT AVOIR DES COMPORTEMENTS DE TYPE PERVERS, sans avoir une personnalité perverse !

psychomo
le 24/07/2013 17:50:22

petite précision que je me permets encore d'ajouter :
quand je parle d'utiliser sa souffrance, sa culpabilité, il s'agit en AUCUN CAS de le culpabiliser, il ne s'agit pas non plus d'utiliser sa peur de l'abandon : il n'y aurait rien de plus pervers!! (c'est exactement ce que font les PN : culpabiliser incessamment l'autre et utiliser sa peur de l'abandon de manière à casser son assise psychique).

Il s'agit de lui permettre de ressentir et d'accepter pleinement sa souffrance, sa culpabilité, pour lui faire prendre conscience de son vécu et de ses actes, pouvant l'amener à une remise en question. et pour cette remise en question, il a besoin d'être accompagné, de façon à éviter qu'il retourne à ses modes de fonctionnement pervers, qui lui permettent de ne pas souffrir.

oui, la souffrance est un moteur. Pour tout le monde. Dans notre société, on cherche uniquement à l'évacuer.
au lieu de la reconnaître, l'accepter, et trouver sa source pour trouver une solution viable.


psychomo
le 24/07/2013 18:06:13

et encore une toute dernière chose :
le PN a besoin d'apprendre à se détacher de l'autre.
Il est en recherche de fusion, il n'a pas intégré que l'autre est différent de lui. Et la "distance" émotionnelle dont je parlais plus haut lui permet de constater que l'autre n'est pas son prolongement, qu'il fonctionne différemment. Si cette distance émotionnelle est additionnée à une écoute, un regard bienveillants, cette relation lui permettra de se reconstruire, en se sentant reconnu et sécurisé.
Quand il aura intégré tout cela, l'échange véritable, sincère sera possible.

psychomo
le 24/07/2013 18:09:35

http://consultations-psychologue.com/articles/divers-reponses-questions-pervers-narcissique.html

andine
le 05/08/2013 20:55:48

Bonsoir Psychomo, J'apprends beaucoup en lisant votre post concernant l'enfant à tendance PN. Cependant, croyez-vous vraiment qu'un adulte ancré depuis longtemps dans ce "mode" puisse changer ? J'ai pour ma part fait une triste expérience. Toutes les attitudes sont rejetées en bloc et surtout la compréhension, la douceur, la mise en valeur. Le PN croit alors que vous le prenez pour un être stupide et il rejette encore plus violemment, une nouvelle fois. Cela a duré 10 ans en ce qui me concerne et a fini par une séparation, car même la proposition de rencontrer un professionnel pour parler de son enfance n'a eu aucun sens pour lui (bien au contraire). Alors, je ne peux m'empêcher de penser qu'être conjoint d'un PN relève à chaque instant d'un exploit. La vie quotidienne ne laisse pas forcément la place et ce n'est pas au conjoint de jouer ce rôle (il a déjà tant à faire pour garder son propre équilibre).

Répondre

Pour répondre à ce sujet merci de vous identifier



M'abonner aux réponses :

Page : 1  2 

Voir aussi
Etudiants : rester en bonne santé, ça s'apprend !
Etudiants : rester en bonne santé, ça s'apprend !

27 décembre 20131

Ils ont entre 19 et 24 ans en moyenne et quand on les interroge, ils avouent être peu soucieux de leur santé. Leur priorité, c'est la réussite de leurs études. Stress, alimentation, sommeil, manque de [...]


Timidité : ça se soigne ?
Timidité : ça se soigne ?

9 juillet 2012

On peut, à cause du trac, perdre ses moyens, rougir, trembler, transpirer" avant toute intervention en public. Mais cela peut être vécu comme un moment de torture lorsque l'on est timide. Quand la tim [...]



Liens non sponsorisés
Allodocteurs.fr : un site d’information médicale, sur lequel vous retrouverez toute votre santé en vidéo, expliquée par des docteurs en médecine et professionnels de santé.
Ce site respecte les principes de la charte HONcode. Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).