1. / Maladies
  2. / Yeux
  3. / DMLA

Mieux dépister la DMLA

La Dégénérescence Maculaire Liée à l'Âge (DMLA) est la première cause de malvoyance chez les plus de 50 ans. Selon l'association DMLA, un million de personnes seraient concernées en France. Comment en reconnaître les signes ? Quels sont les progrès pour soigner cette maladie ?

Rédigé le , mis à jour le

Mieux dépister la DMLA
Mieux dépister la DMLA
Sommaire

Qu'est-ce que la DMLA ?

Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymes expliquent la DMLA.

Baisse de l'acuité visuelle, lignes droites qui se déforment, ou encore tache noire au centre de la vision… Si ces symptômes apparaissent, vous êtes peut-être atteint de DMLA : la dégénérescence maculaire liée à l'âge. En France, un million de personnes souffrent de cette maladie, très courante chez les seniors. Après 75 ans, près d'une personne sur quatre présente une DMLA, et à partir de 80 ans, la pathologie touche une personne sur deux.

La dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) est la première cause de malvoyance après 55 ans. Elle est due au vieillissement de la macula. La macula correspond à une petite zone au centre de la rétine et qui n'occupe en réalité que 2 à 3% de la surface totale. Pourtant, à elle seule, la macula transmet 90% de l'information visuelle, car elle est riche en photorécepteurs des cellules de la vision capables de capter les différents rayons lumineux. Ces photorécepteurs sont de deux sortes : les cônes, spécialisés dans la vision des couleurs, et les bâtonnets spécialisés dans la vision nocturne.

Le fait que les photorécepteurs soient plus nombreux au niveau de la macula, permet à cette zone de mieux percevoir les détails. C'est ce qui explique que lorsque les photorécepteurs de la macula dégénèrent, l'acuité visuelle baisse. Cette dégénérescence peut se produire sous l'effet de l'âge, de l'hérédité et parfois en raison de certaines maladies cardiovasculaires comme l'hypertension artérielle et l'athérosclérose. Les éléments nutritifs du sang ne parviennent plus à la rétine qui va alors souffrir.

Premier signe de cette souffrance : l'apparition de dépôt. Ce sont des résidus de cellules mortes. La personne a l'impression de ne plus pouvoir lire toutes les lettres d'un mot. Ce stade peut évoluer dans 80% des cas vers une forme dite sèche. Les photorécepteurs de la macula meurent progressivement en laissant place à une cicatrice. La vision centrale est définitivement perdue.

Dans 20% des cas, la DMLA peut évoluer vers une forme exsudative (dite humide). Pour être mieux irriguée, la rétine libère des facteurs de croissance qui vont stimuler l'apparition de nouveaux vaisseaux. Problème, ces néovaisseaux désorganisent les cellules et laissent passer du sérum qui soulève la rétine. La personne perçoit une déformation de l'image des lignes horizontales. Ces néovaisseaux peuvent aussi saigner et envahir la zone, ce qui fait apparaître une tache noire centrale au niveau du champ visuel, alors que la vision périphérique reste intacte.

Le diagnostic de la DMLA

Quand des déformations ou des taches apparaissent dans le champ visuel, il faut consulter au plus vite un ophtalmologiste, car en cas de DMLA, il faut traiter le plus vite possible.

Pour diagnostiquer la DMLA, il faut observer l'oeil de très près et notamment les différentes couches de la rétine. Certains examens permettent de définir précisément le type de DMLA concerné pour mettre en place un traitement adapté.

Pour poser un diagnostic de DMLA, l'ophtalmologiste commence par pratiquer un examen appelé OCT. Il permet de visualiser la structure de la rétine. Pour confirmer le diagnostic établi par l'OCT, le patient subit ensuite une angiographie. Deux produits sont successivement injectés et diffusent jusqu'à la rétine. Cet examen permet d'observer par contraste l'ensemble des vaisseaux qui entourent la rétine.

Pour enrayer la progression de la maladie, un traitement adapté est alors proposé au patient qui doit régulièrement faire contrôler ses yeux.

DMLA : un traitement par injection

Comment se déroule une injection intra-vitréenne ?

Près de 20% des patients atteints de DMLA sont concernés par la forme "humide" (ou exsudative) qui se traite au moyen d'injections dans l'oeil. Si ces injections intra-vitréennes (IVT) sont très efficaces dans la phase de développement de la DMLA, elles sont sans effet sur des formes cicatrisées ou trop évoluées. C'est pourquoi, il est important que le diagnostic ait été fait à un stade précoce.

Bernard a régulièrement des injections dans l'oeil droit, une injection qui peut effectivement être un peu impressionnante, mais qui est très rapide. Les piqûres se font dans le globe oculaire et le produit est directement injecté dans le sérum vitreux.

DMLA : un traitement par photothérapie

Comment sont réalisées les injections pour les séances de photothérapie ?

Seule la forme humide de la DMLA bénéficie d'un traitement très intéressant : la photothérapie dynamique.

Elle consiste à injecter un produit qui crée des caillots dans les néovaisseaux. Ceux-ci sont alors bouchés, ce qui permet de stopper le processus de dégénérescence.

Pour les autres formes de DMLA, des aides visuelles de plus en plus performantes améliorent la vision et permettent de faciliter la vie quotidienne des personnes qui en sont atteintes.

DMLA : vers des rétines artificielles ?

Un prototype de rétine artificielle, testé sur des souris, existe déjà.

Une équipe des chercheurs français tentent de développer une rétine artificielle, susceptible à terme de redonner une autonomie visuelle aux personnes atteintes de DMLA.

Le principe de ces rétines artificielles est d'implanter dans l'œil, au contact des neurones de la rétine restants, une puce électronique qui reçoit des informations d'une caméra extérieure et qui reproduit l'information visuelle.

DMLA : la rééducation orthoptique

Comment se déroule une séance d'orthoptie ?

Pour mieux vivre avec la DMLA et retrouver un certain confort visuel malgré la maladie, des séances de rééducation orthoptique sont souvent très utiles.

La rééducation orthoptique aide le patient à s'adapter à la maladie avec des exercices pour améliorer son confort visuel. "Quand le patient atteint de DMLA regarde droit devant lui, il voit une tache. Le but de la rééducation de la DMLA est d'aider le patient à utiliser sa rétine périphérique afin de percevoir quelque chose", explique Dan Nguyen, orthoptiste.

Certains exercices entraînent le patient à fixer son regard sur un point précis tout en coordonnant ses gestes. À terme, cela lui permet de mieux jauger les distances pour améliorer par exemple son écriture. D'autres exercices plus fonctionnels sont adaptés aux besoins spécifiques du patient.

Selon Dan Nguyen, "la rééducation de basse vision permet au patient de retrouver un peu d'autonomie, les activités qu'il avait laissées en suspens auparavant suite à la baisse d'acuité visuelle. Il va ainsi pouvoir réécrire, lire, refaire des mots croisés, du bricolage…". De quoi redonner un peu d'espoir à des patients qui cessent souvent leurs activités à cause de la maladie.

DMLA : suivre l'évolution de la maladie

Quels sont les examens réalisés lors d'une consultation de suivi ?

Lorsqu'on est atteint de DMLA, il est très important de suivre l'évolution de sa pathologie en se rendant régulièrement à des examens de contrôle. Lors de ces examens, l'ophtalmologiste observe l'oeil de très près et examine notamment les différentes couches de la rétine.

Besoin d'un conseil médical ?

Service proposé par

 logo MesDocteurs

Sponsorisé par Ligatus

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24