1. / Maladies
  2. / Sommeil
  3. / Insomnies

Insomnies : dormir, j'en rêve !

Un Français sur trois se plaint de mal dormir, au moins de façon occasionnelle. Et plus de quatre salariés sur cinq ne trouveraient pas le sommeil à cause du stress au travail. Que faire lorsque le sommeil ne vient plus et malgré la fatigue ? Comment éviter la dépendance aux médicaments ?

Rédigé le , mis à jour le

Insomnies : dormir, j'en rêve !
Insomnies : dormir, j'en rêve !
Sommaire

Qu'est-ce que les insomnies ?

Marina Carrère d'Encausse et Benoît Thevenet expliquent les insomnies.

Difficultés d'endormissement, réveils nocturnes ou trop précoces, l'insomnie revêt différentes formes et degrés de gravité. On estime qu'une personne sur trois présente une insomnie chronique. Le manque de sommeil n'est pas à prendre à la légère car il peut fortement altérer notre qualité de vie et impacter notre santé.

Notre rythme éveil/sommeil est régi par une sorte d'horloge biologique située dans le cerveau. Elle fonctionne grâce à l'activité de différentes glandes dont la glande pinéale. Quand la nuit tombe, cette glande libère un certain nombre de messagers dont la mélatonine, l'hormone du sommeil. La sécrétion commence vers 21 heures et s'arrête vers 7h30 du matin.

Un sommeil réparateur comprend trois à cinq cycles d'une durée de 90 à 120 minutes chacun. Entre chaque cycle, il y a un micro éveil dont on ne se souvient généralement pas. Mais chez l'insomniaque, l'horloge biologique peut être déréglée, ce qui perturbe la production des messagers de l'éveil et du sommeil. Dans certains cas, on observe une baisse de production de la mélatonine et dans d'autres cas, c'est plutôt l'hormone de l'éveil, l'histamine, qui reste trop présente. L'endormissement devient alors difficile et les réveils nocturnes sont fréquents.

Une nuit chez une insomniaque

Les insomniaques : ces personnes qui ne dorment jamais

La tombée de la nuit devrait être synonyme de répit. Mais pour les insomniaques, c'est le début de la lutte pour trouver le sommeil.

Christiane est insomniaque. Pour trouver le sommeil, elle a recours à de nombreuses astuces et fait preuve de beaucoup de créativité…

Anxiété, stress : les perturbateurs du sommeil

Comment retrouver le sommeil sans médicaments ?

Aujourd'hui, on a encore trop tendance à chercher le sommeil grâce à des médicaments. C'est ce que dénonce un rapport remis en décembre 2006 au ministre de la Santé. Les médecins français ne consacreraient en effet pas assez de temps aux troubles du sommeil, prescrivant quatre fois plus de somnifères et de tranquillisants que leurs confrères allemands ou britanniques.

Or, la prise de ces médicaments doit se faire sur une courte durée, au maximum un mois, car elle peut, dans le cas contraire, dérégler le sommeil et induire une dépendance.

Quelques règles simples facilitent aussi le retour ou la pérennité d'un bon sommeil. Il faut respecter son rythme et aller se coucher lorsque vous en ressentez le besoin. Eviter la consommation d'excitants, les repas trop lourds et le sport le soir permet aussi de mieux dormir.

Le recours aux techniques de relaxation est également préconisé pour traiter les insomnies. Parmi ces techniques, il y a le biofeedback. Son avantage : il permet au patient de voir, sur un ordinateur, son niveau d'anxiété, et d'agir concrètement dessus. À l'hôpital La Pitié-Salpêtrière on utilise cette méthode depuis 2005.

Les bienfaits de la sophrologie et de la relaxation

Comment se déroule une séance de relaxation ?

En cas d'insomnie, il est inutile de s'énerver. Il faut au contraire se détendre et respirer. Une technique loin d'être facile à maîtriser. Des séances de relaxation et de sophrologie peuvent aider les insomniaques.

Les techniques corporelles sont très efficaces pour soulager les patients souffrant d'insomnies anxieuses.

La sophrologie a pour but d'arriver à un état privilégié, entre veille et sommeil. La personne va pouvoir alors stimuler différentes capacités qu'elle ne soupçonne pas ou qu'elle exploite peu. Elle devient capable de se détendre, de se concentrer, de gérer son stress et ses émotions mais aussi de mieux mémoriser, de positiver et de se dépasser. La sophrologie est également utilisée pour accompagner un sevrage médicamenteux.

La sophrologie se pratique sous forme de séances régulières. Des conseils de respiration et de visualisation sont formulés par le sophrologue. Le corps se détend au son de sa voix. Une fois les tensions éliminées, il est possible d'atteindre des zones de la conscience inaccessibles en temps normal.

Quand l'insomnie trouve son utilité

Peintres ou écrivains, nombreux sont les artistes qui travaillent la nuit.

Il est pourtant possible d'apprendre à vivre avec ses insomnies et même d'en tirer parti. En effet, l'insomnie n'est pas forcément vécue comme du temps perdu, synonyme de ruminations moroses.

C'est une idée qui n'est pas facile à accepter lorsque l'on traîne sa fatigue toute la journée, à son travail puis à la maison, où les enfants et les tâches ménagères attendent.

Mais au lieu de se focaliser sur l'absence de sommeil et ses conséquences négatives, certains insomniaques arrivent à se consacrer à des activités plus épanouissantes, l'écriture, par exemple.

Il suffit d'entendre cette citation de Céline pour s'en convaincre : "Si j'avais bien dormi toujours, je n'aurais jamais écrit une ligne".

Somnifères : sortir de la dépendance

Somnifères : lutter contre la dépendance grâce aux thérapies comportementales et cognitives

Près de quatre millions de Français prennent des médicaments pour dormir. 40% des personnes âgées sont concernées. Si cette aide chimique peut être nécessaire à certaines périodes de la vie pour atténuer l'anxiété et retrouver le chemin du sommeil, elle comporte néanmoins des risques à long terme. La dépendance aux somnifères est en effet compliquée à gérer et nécessite un véritable suivi.

Souvent utilisées pour atténuer les troubles obsessionnels compulsifs et les phobies, les thérapies comportementales et cognitives (TCC) sont également efficaces pour accompagner les patients souhaitant diminuer leur prise de somnifères.

En thérapie comportementale et cognitive, le patient apprend à repérer les situations qui posent problème et ce qu'elles déclenchent comme émotions, pensées et comportements. Le but étant de parvenir à modifier ces pensées négatives.

Besoin d'un conseil médical ?

Service proposé par

 logo MesDocteurs

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24