1. / Maladies
  2. / Sang
  3. / Lymphome

Le lymphome, un cancer peu connu mais bien présent

Chaque année, environ 11.000 Français sont atteints du lymphome, un cancer peu connu qui s'attaque au système lymphatique. Pour se soigner, en plus de la chimiothérapie, la radio-immunothérapie, mise au point depuis quelques années, donne des résultats encourageants.

Rédigé le , mis à jour le

Le lymphome, un cancer peu connu mais bien présent
Le lymphome, un cancer peu connu mais bien présent
Sommaire

Le système lymphatique

AD_lymphome_intro_120416.flv
Les explications en images de Benoît Thevenet et Gérald Kierzek

Chaque année, environ 11.000 Français sont atteints du lymphome. Ce cancer peu connu s'attaque au système lymphatique dans son ensemble. Le lymphome, aussi appelé cancer du système lymphatique, se caractérise en premier lieu par des ganglions douloureux, une grande fatigue, des sueurs nocturnes ou encore une perte de poids inexpliquée.

Le système lymphatique regroupe la moelle osseuse, le thymus, la rate ainsi que plus d'une centaine de ganglions qui sont tous reliés les uns aux autres par des vaisseaux qui transportent un liquide transparent, la lymphe dans laquelle circulent des cellules de défense comme par exemple les lymphocytes B qui fabriquent les anticorps.

Le lymphome débute dans les cellules lymphatiques. Elles deviennent anormales, se multiplient de façon anarchique et s'accumulent pour former des tumeurs malignes. Les cellules cancéreuses apparaissent au niveau des organes qui filtrent la lymphe comme la rate, le thymus et les ganglions. Ces organes deviennent alors progressivement plus gros et palpables. Les cellules lymphatiques circulant partout, le cancer peut se développer ailleurs dans le corps.

On distingue deux grandes familles de lymphomes : d'une part les lymphomes hodgkiniens (ou maladie de Hodgkin) qui se manifestent essentiellement dans les ganglions lymphatiques et d'autre part, les lymphomes non-hodgkiniens plus hétérogènes qui se développent non seulement dans les ganglions lymphatiques mais aussi dans la rate, la moelle osseuse notamment. Ces derniers sont aussi plus fréquents : ils représentent quatre lymphomes sur cinq.

Lymphome : établir un diagnostic

ad_lymphome_analyses_labo_110614.flv
Comment établir le diagnostic de lymphome ?

Pour établir le diagnostic de lymphome et déterminer le type de lymphome, il faut pratiquer une biopsie. C'est l'examen d'un ganglion ou d'un fragment de ganglion. Un examen essentiel car ce n'est qu'une fois le type de lymphome identifié qu'on peut décider du traitement à suivre. Quel est le parcours du ganglion ou de la biopsie jusqu'au diagnostic ?

Quand une grosseur suspecte apparaît, il est nécessaire de réaliser une biopsie. Si les anatomopathologistes préfèrent avoir le ganglion en entier après une exérèse chirurgicale, quand la masse et les ganglions sont profonds et pas facilement accessibles, il est nécessaire de recourir à des techniques de ponction guidées par l'imagerie.

L'analyse du fragment du ganglion permet de savoir s'il s'agit d'un lymphome. Pour établir le diagnostic, de nombreuses étapes sont nécessaires. La première consiste à récupérer les cellules sur des lames. Les lames sont ensuite trempées dans plusieurs solutions qui vont fixer et colorer les cellules. Elles peuvent alors être observées au microscope.

Le fragment du ganglion est ensuite mis dans une petite boîte appelée cassette. Il est par la suite déshydraté dans un appareil pendant au moins une heure. Puis la cassette est enrobée de paraffine pour préserver le tissu et permettre sa coupe. Les morceaux sont ensuite déposés sur des lames, puis colorés.

24 heures après la biopsie, le tissu est enfin prêt à être analysé. Une interprétation plus précise peut être faite. Objectif : affiner le diagnostic. Encore 24 heures plus tard, l'analyse est complétée par une immunohistochimie, une méthode qui utilise les anticorps pour détecter les antigènes.

Au total il faut compter en moyenne une semaine pour établir le diagnostic après la biopsie.

Lymphome : le TEP-scanner pour un diagnostic précis

2015-05-07-AD-lymphome-tepscan-VF-85223_logo.flv
Comment se déroule un TEP-scan ?

Les examens d'imagerie sont de plus en plus précis et aident les médecins à poser les diagnostics et améliorer la prise en charge des malades. Le TEP-scanner, aussi appelé PET-scanner, en anglais permet de déceler des tumeurs de très petite taille.

Le TEP-scan est un examen qui permet de repérer les tumeurs cancéreuses. Pour cela, on injecte au patient du glucose marqué par un produit radioactif. Une fois dans le corps, celui-ci se fixe sur les cellules malignes.

Une heure après l'injection, le patient est installé sous un scanner. Les images acquises permettent de localiser le glucose, véritable marqueur des cellules malignes. Les données sont ensuite analysées par un médecin.

Contrairement aux examens radiologiques classiques, le TEP-scan permet de voir les tumeurs d'une taille inférieure à 5 millimètres. Cet examen permet aussi de mesurer rapidement l'efficacité du traitement et de l'adapter si besoin. Apparue il y a près de 15 ans,  cette technique est aujourd'hui très répandue.

Lymphome : préparer les patients au traitement

2016-04-12-AD-lymphome-consult-infirmiere-VF-132875_logo.flv

Depuis la mise en place du dernier plan cancer, de nouvelles consultations d'accompagnement se multiplient dans les hôpitaux. Ces rendez-vous post-diagnostics et pré-traitements avec une infirmière permettent aux patients de mieux se préparer aux chimiothérapies.

L'objectif de ces entretiens est de vérifier avec le patient qu'il a bien compris le principe du traitement. C'est aussi l'occasion pour le patient de poser toutes les questions qu'il souhaite.

Chaque entretien avec l'infirmière est unique car elle doit s'adapter aux attentes de chaque patient. "Il y a des patients qui veulent savoir chaque nom de molécules, chaque produit qu'on leur injecte dans le détail. D'autres personnes ont besoin d'être rassurées tout simplement, donc on est là pour les mettre en confiance…", explique Isabelle Hascoet, infirmière.

Le rendez-vous avec l'infirmière intervient en général huit à dix jours après l'annonce de la maladie par le médecin : "Quand la personne a l'annonce du diagnostic, elle n'a pas le réflexe de se poser les questions. Et cette période leur permet de se poser, de réfléchir et ensuite on se retrouve et on élabore un plan de programmation des soins", précise Isabelle Hascoet. Parler de la maladie mais surtout de comment mieux vivre son traitement, l'infirmière donne aussi quelques conseils pratiques.

La greffe de moelle osseuse pour traiter les lymphomes

211-lymphome_greffe_moelle.flv

La plupart des lymphomes continuent d'être traités par la chimiothérapie, mais dans certains cas, les malades doivent recevoir une greffe de moelle. Cette greffe ou autogreffe de moelle osseuse permet de consolider le traitement et de réduire le risque de rechute.

Selon  le Dr Pauline Brice, hématologue, la greffe de moelle osseuse est un traitement standard dans les rechutes d'un lymphome de Hodgkin, elle était jusqu'à récemment beaucoup utilisée en consolidation d'un traitement. Actuellement, les greffes de moelle osseuse sont moins fréquentes grâce aux nouvelles molécules et aux anticorps et grâce à l'utilisation du TEP-scanner qui permet de vérifier rapidement que les patients sont chimio-sensibles et qu'ils n'auront pas besoin d'une consolidation intensive avec autogreffe.

Lymphome : des traitements moins invasifs

doss_lymphome_nouveau_traitement_130913.flv

Comme tous les autres cancers, les lymphomes sont traités par chimiothérapie et radiothérapie. Mais depuis quelques années, des médicaments plus efficaces et moins invasifs permettent de lutter plus efficacement contre ces tumeurs.

Après la chimiothérapie, une autre étape du traitement concerne les anticorps monoclonaux. Les anticorps imitent nos défenses immunitaires. Mais ils ciblent plus précisément les cellules tumorales. "Avec la chimiothérapie et les anticorps monoclonaux, on va attaquer la cellule tumorale sous différents angles. Avec les anticorps monoclonaux on va attaquer la cellule tumorale par un endroit différent que celui par lequel on attaque avec la chimiothérapie. C'est la conjonction de ces attaques à différents endroits qui vont permettre d'obtenir de meilleurs résultats", explique le Pr Paul Coppo, hématologue à l'hôpital Saint-Antoine (Paris).

Fatigue, nausées, perte de cheveux… la chimiothérapie est lourde d'effets secondaires. Elle détruit les cellules cancéreuses mais elle détruit aussi les cellules saines. Les anticorps monoclonaux, eux, savent choisir. Lorsqu'une cellule saine devient cancéreuse, ses propriétés changent. À sa surface on trouve un élément particulier : des protéines. Comme un missile à tête chercheuse, les anticorps monoclonaux reconnaissent cette protéine et n'attaquent que les cellules malades qui les portent.

"Le médicament en l'occurrence l'anticorps va se déverser dans le sang, se répandre dans tout l'organisme. Il va donc y avoir un véritable effet systémique, disséminé de la chimiothérapie et de l'anticorps à tout l'organisme. Ce traitement a l'avantage pouvoir traiter tous les sites potentiellement atteints par le lymphome, ce qui est bien souvent le cas", souligne le Pr Paul Coppo.

À chaque type de lymphome correspond des traitements anti-monoclonaux différents. On les utilise aussi en traitement d'entretien pour éviter les rechutes. Grâce à eux, près de 20% de patients supplémentaires ont pu être sauvés et voir leur espérance de vie améliorée.

Après une cure de chimiothérapie et d'anticorps monoclonaux, il est fréquent que les patients soient très affaiblis. Les deux traitements ont attaqué les globules rouges et blancs, ainsi que les plaquettes présentes dans le sang. Dans ce cas, une greffe de moelle osseuse saine, prélevée chez le patient avant traitement, permettra de relancer la production de cellules saines.

Lymphomes : des thérapies ciblées prometteuses

2015-05-07-AD-lymphome-medicaments-VF-85224_logo.flv

Depuis plusieurs mois, il existe de nouvelles thérapies ciblées pour lutter contre deux types de lymphomes : le lymphome folliculaire et la leucémie lymphoïde chronique.

Ces nouveaux médicaments sont prescrits uniquement en cas de rechute, si les autres traitements classiques n'ont pas fonctionné. Leur objectif est d'améliorer la survie globale et la qualité de vie des patients atteints de ces cancers.

Chez un patient atteint de lymphome, les cellules de défense ont à leur surface des protéines qui participent à la prolifération des cellules malades. Le médicament ingéré va se lier à ces protéines pour bloquer leur action chimique. Il empêche ainsi les cellules tumorales de croître et de proliférer.

Pour contrôler l'efficacité du traitement, les patients sont suivis régulièrement. L'occasion pour le médecin de vérifier à la palpation la présence ou non de ganglions, le symptôme le plus courant du lymphome.

Ces nouvelles thérapies ciblées ne sont pour l'instant proposées qu'en cas de rechute pour certains types de lymphomes. Très prometteuses, elles sont actuellement étudiées en association avec d'autres traitements.

Lymphome : l'espoir de l'immunothérapie

2016-04-12-AD-lymphome-imunotherapie-VF-132876_logo.flv

Si les chimiothérapies et les radiothérapies sont les traitements les plus classiques dans le traitement des lymphomes, on a aussi recours aujourd'hui à l'immunothérapie. L'objectif est de renforcer de l'intérieur le système immunitaire du patient pour qu'il puisse lutter lui-même contre la maladie.

À la différence d'une chimiothérapie qui détruit les cellules cancéreuses, l'immunothérapie va utiliser notre propre système de défense en le stimulant. Les cellules tumorales contiennent en surface des protéines qui empêchent le système immunitaire de se défendre. L'immunothérapie injectée contient des anticorps qui bloquent l'action de ces protéines. Cela permet au système immunitaire du patient de reconnaître à nouveau et d'éliminer les cellules malignes.

Ce traitement novateur est testé depuis 2015 dans le service d'hématologie de l'hôpital Saint-Louis (AP-HP), il s'adresse pour le moment aux patients qui ne répondent pas aux chimiothérapies classiques. "On sait que l'immunothérapie est efficace, que des patients répondent bien, que le traitement est assez peu toxique, qu'il a assez peu d'effets secondaires… Il n'y a pas de risque de nausées, pas de perte de cheveux, pas de risque sur la fertilité, pas de risque de toxicité sur la moelle osseuse… Et on aimerait pouvoir par la suite proposer ce traitement plus tôt dans les maladies, avant d'être obligé de passer à des traitements intensifs, des autogreffes qui sont des traitements très lourds", explique le Dr Pauline Brice, hématologue.

Selon une étude publiée en 2015, 80% des patients traités via immunothérapie pour un lymphome de Hodgkin ont répondu positivement au traitement, leur lymphome a diminué. 20% d'entre eux ont même connu une rémission complète.

Voir aussi