1. / Maladies
  2. / Poumons
  3. / Bronchite, BPCO

BPCO : attention à la carence en vitamine D

Une supplémentation en vitamine D, chez les patients souffrant de BPCO (broncho-pneumopathie chronique obstructive) présentant des carences, entraîne une diminution de la durée et de l'intensité des symptômes lors des poussées de la maladie, selon une étude publiée le 2 décembre 2014 dans la revue Lancet Respiratory Medicine.

Rédigé le , mis à jour le

BPCO : attention à la carence en vitamine D
BPCO : attention à la carence en vitamine D

Essoufflement, toux quotidienne, bronchites à répétition... la BPCO tue chaque année 17.000 personnes en France. Près de 8% de la population souffriraient de cette maladie respiratoire. Le traitement le plus souvent recommandé consiste à suivre un programme ambulatoire de réadaptation à l'effort, en vue de retrouver un peu d'aisance et un minimum d'activité.

Une poussée d'aggravation des symptômes de la BPCO est communément appelée exacerbation. La toux s'intensifie, les expectorations sont plus fréquentes, l'essoufflement est plus important.

On parle de BPCO modérée lorsque le débit respiratoire est compris entre 80% et 50% de la norme, de BPCO sévère lorsque celui-ci est compris entre 50% et 30% de la norme, et très sévère en-deça.

Une étude belge publiée en septembre 2012 , avait montré que la supplémentation en vitamine D3 de patients souffrant de formes très sévères de BPCO se traduisait, à terme, par une amélioration de la force musculaire respiratoire et de la consommation d'oxygène.

Des chercheurs britanniques ont cherché à déterminer si une telle supplémentation pouvait également profiter à des patients souffrant de formes "modérées" ou "sévères" de la maladie. 240 patients ont ainsi été répartis au hasard en deux groupes, l'un se voyant administré de la vitamine D3 (six doses de 3mg en douze mois), le second un placebo.

Premier constat : dans le groupe considéré dans son ensemble, la prise de vitamine D3 ne modifie pas le temps moyen de survenue de la première exacerbation, ni celui de la première infection des voies respiratoires supérieures.

En revanche, chez les patients présentant initialement des taux de vitamine D3 faibles (inférieurs à 50 nmol/L), "les symptômes [lors des exacerbations] se sont avérés significativement plus courts, et d'intensité moindre", observe le professeur Adrian Martineau, principal auteur de l'étude.

"Nos résultats suggèrent que les patients atteints de BPCO [pourraient bénéficier] d'une mesure de leur taux de vitamine D, et qu'ils devraient recevoir une supplémentation si celui-ci est jugé faible", conclut le chercheur. 

Sources :

  • Vitamin D3 supplementation in patients with chronic obstructive pulmonary disease (ViDiCO): a multicentre, double-blind, randomised controlled trial. Adrian R Martineau et coll. The Lancet Respiratory Medicine, publication avancée en ligne du 2 déc. 2014 doi:10.1016/S2213-2600(14)70255-3
  • Fiche de l'essai clinique : NCT00977873
  • Podcast du Lancet : interview du professeur Adrian Martineau (en anglais)

En savoir plus sur la BPCO :

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24