1. / Maladies
  2. / Poumons
  3. / Asthme

Asthme : quand les bronches s'encombrent

Quatre millions de Français souffrent d'asthme selon l'association Asthme & Allergies. Lorsque la crise survient, l'asthme empêche la respiration. Les bronches se resserrent et ne laissent plus passer l'air normalement, le souffle est court. Sans traitement, c'est l'asphyxie. Comment soigne-t-on cette affection chronique ? Que faire en cas de crise d'asthme aiguë ?

Rédigé le , mis à jour le

Asthme : quand les bronches s'encombrent
Asthme : quand les bronches s'encombrent
Sommaire

Qu'est-ce que l'asthme ?

Benoît Thevenet et Michel Cymes expliquent l'asthme.

Essoufflement, gêne respiratoire, sifflement… En France, plus de quatre millions de personnes souffrent d'asthme. Cette maladie inflammatoire des bronches touche aussi bien les adultes que les enfants. Une maladie qui peut avoir des conséquences graves puisque chaque année, l'asthme entraîne le décès de près de 900 adultes.

Quand nous inspirons, l'air entre par le nez. Puis il transite par les fosses nasales, le pharynx, le larynx, la trachée… Dans sa partie inférieure, la trachée se scinde en deux bronches : l'une pénètre dans notre poumon gauche, l'autre pénètre dans notre poumon droit. Dans les poumons, les bronches se ramifient en conduits de diamètre de plus en plus petit, comme les branches d'un arbre. Ils ont pour rôle d'acheminer l'air jusqu'au bout des bronchioles, où on trouve les alvéoles pulmonaires. Ce sont des petits sacs en forme de "grappes". Chaque poumon en contient des centaines de millions. C'est au niveau des alvéoles que les échanges gazeux entre les poumons et le sang ont lieu.

À l'inspiration, l'oxygène de l'air passe dans le sang. À l'expiration, le sang "relargue" le dioxyde de carbone dont il est chargé dans les poumons. Chez une personne asthmatique, la respiration est gênée voire pénible. À cause d'une prédisposition génétique, la muqueuse qui recouvre l'intérieur des bronches est hypersensible. Elle réagit à différents agents irritants, comme les acariens, le pollen, la fumée des gaz d'échappement, ou encore la peinture.

Si les bronches sont exposées à ces produits, le système de défense pulmonaire "surréagit". La muqueuse devient inflammatoire : elle s'épaissit et produit des sécrétions épaisses (le mucus) qui s'accumule et encombre les bronches. Ce n'est pas tout : les muscles présents autour des bronches se contractent, ce qui accentue encore le rétrécissement du diamètre des bronches. L'air a du mal à passer. L'inspiration et l'expiration deviennent difficiles, et s'accompagnent d'un sifflement et d'une toux. La personne asthmatique se sent oppressée.

Des crises d'asthme angoissantes et étouffantes

Pour contrôler l'évolution de la maladie, les patients asthmatiques procèdent à des Explorations Fonctionnelles Respiratoires (EFR).

L'asthme aigu grave, ou état de mal asthmatique, est une urgence. Les crises se succèdent et deviennent de plus en plus intenses. Elles aboutissent à une asphyxie qui peut entraîner la mort et sont responsables de près de 2 000 décès chaque année en France.

L'asthme est une maladie qui doit être bien identifiée et traitée. Pour cela, il faut réaliser une Exploration Fonctionnelle Respiratoire (EFR). Cet examen consiste à souffler dans une machine, qui va analyser la capacité respiratoire et la représenter sous forme d'une courbe.

La deuxième étape sert à trouver ce qui provoque l'asthme. Chez les enfants, plus de neuf cas sur dix sont d'origine allergique. Ils surviennent lorsqu'il y a des pollens dans l'air ou des acariens, par exemple.

Un deuxième examen, la désensibilisation, teste donc les différents allergènes (les éléments qui provoquent des allergies) pour identifier celui qui est en cause. Il est alors possible d'éviter l'allergène en cause et de mettre en route un traitement.

Quand l'asthme persiste, il peut s'aggraver, c'est ce qu'on appelle l'asthme sévère. Les symptômes sont permanents, beaucoup plus intenses, incontrôlables car les difficultés respiratoires réduisent l'activité. Un asthmatique sur dix souffre d'une forme sévère. L'asthme est alors un handicap quotidien : les nuits sont difficiles, angoissantes, une simple marche peut essouffler et dans certains cas, les crises peuvent être très graves et laisser des séquelles.

Cet asthme peut être traité par corticothérapie, mais les effets secondaires sont lourds.

L'asthme d'origine allergique

Chez les enfants, deux tiers des cas d'asthme sont d'origine allergique. Pour les soigner, une désensibilisation leur est proposée.

Pour que la désensibilisation soit efficace, les patients doivent prendre quotidiennement un traitement par voie orale pendant plusieurs années. Ce traitement permet de diminuer la consommation médicamenteuse et d'améliorer la qualité de vie. Aujourd'hui, la désensibilisation est de plus en plus proposée pour traiter l'asthme allergique chez les enfants.

Les traitements de l'asthme

En cas d'asthme, un suivi régulier est nécessaire pour réévaluer et réadapter les traitements.

Mais l'asthme n'est pas toujours provoqué par un allergène. Il peut se déclencher lors d'un effort, à cause du froid ou encore de la pollution. Dans tous les cas, le traitement de la crise est le même.

Première étape : dilater les bronches pour que l'air passe mieux, grâce à des aérosols qui agissent vite.

Attention, si ce n'est pas le cas, il faut consulter un médecin. Il est souvent nécessaire de prendre un traitement tous les jours. Des anti-inflammatoires vont agir à long terme sur l'inflammation des bronches. Le plus souvent, il s'agit de corticoïdes.

La prévention est elle aussi importante : il est possible de mesurer soi-même son souffle, pour anticiper une crise en augmentant son traitement. Il faut éviter, pour l'asthme allergique, tout ce qui déclenche une crise : les acariens, la moquette, les couvertures poussiéreuses ou encore le tabac.

Quand on a un asthme, en particulier sévère, un suivi régulier est nécessaire pour réévaluer et réadapter les traitements.

Asthme et sport

Lorsqu'il est bien traité, l'asthme n'est pas un handicap pour la pratique sportive.

L'asthme n'empêche pas de faire du sport, c'est ce que prouve Mayron. À l'âge de 14 ans, il poursuit son traitement tout en pratiquant le rugby.

En cas de crise d'asthme

La crise d'asthme doit être traitée rapidement afin d'éviter toute complication.

Une crise d'asthme se manifeste généralement par une difficulté respiratoire avec des sifflements expiratoires.

Les complications d'une crise peuvent être importantes et imprévisibles, d'où l'intérêt de sa prise en charge en urgence.

Asthme sévère : l'espoir des biothérapies

Pour les malades souffrant d'asthme sévère, les traitements classiques sont souvent insuffisants mais des traitements prometteurs, appelés biothérapies, sont actuellement en cours d'évaluation.

Les biothérapies ciblent l'interleukine 5. L'interleukine 5 est une protéine produite par le système immunitaire qui circule dans le sang. Chez une personne asthmatique, la protéine est en quantité anormalement élevée. Elle passe dans les bronches et se fixe sur un récepteur situé à la surface des cellules, ce qui crée une inflammation.

Le nouveau traitement bloque la protéine qui ne peut plus se fixer sur les récepteurs. La réaction inflammatoire est stoppée. "L'efficacité n'est pas immédiate. Elle apparaît sur quelques semaines. Ces médicaments agissent tant que le médicament est présent, et quand on arrête le médicament, l'efficacité se perd, c'est-à-dire qu'on ne guérit pas les patients asthmatiques avec ces médicaments même très efficaces. On contrôle la maladie mais quand on arrête le traitement, la maladie est toujours présente", précise le Dr Camille Taillé, pneumologue.

Actuellement plusieurs protocoles sont en cours. Ces toutes nouvelles biothérapies sont réservées aux asthmatiques sévères. Ils représentent 5% des asthmatiques en France.

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24