1. / Maladies
  2. / Peau
  3. / Vitiligo

Vitiligo : les enfants sont aussi concernés

Le vitiligo est une maladie auto-immune qui entraîne une dépigmentation de la peau, et donc l'apparition de plaques blanches sur le corps. Une maladie parfois difficile à vivre, notamment pour les plus jeunes.

Rédigé le , mis à jour le

Vitiligo : les enfants sont aussi concernés

La peau des personnes atteintes de vitiligo perd de la couleur par intermittence, la faute à un manque de mélanocytes. Ces cellules situées entre le derme et l'épiderme sécrètent de la mélanine responsable de la pigmentation de la peau. Mais dans le vitiligo, ces mélanocytes sont attaqués par d'autres cellules de l'organisme et disparaissent.

Chercheurs et médecins ont besoin de vous

L'assistance publique - hôpitaux de Paris (AP-HP) a lancé plusieurs cohortes sur les maladies chroniques comme le vitiligo. Elle recherche des patients volontaires. Pour en savoir plus, consultez le site de l'AP-HP : compare.aphp.fr

Cette maladie auto-immune touche près d'un million de personnes en France. Mais rares sont les spécialistes. Et pour obtenir un rendez-vous, il faut parfois compter un an d'attente.

À lire aussi : Vitiligo, quand la peau perd sa couleur

Le vitiligo peut survenir à tout moment de la vie sans que l'on en connaisse vraiment les causes. La maladie peut sommeiller pendant plusieurs années puis se réveiller. Outre l'aspect physique, les spécialistes procèdent à des longs interrogatoires de leurs patients. Car si le vitiligo est une maladie indolore, il peut avoir de lourdes répercussions psychologiques : "En soi, le vitiligo n'est pas très grave mais il a un très gros impact psychologique. Et chez certaines personnes, pas chez tout le monde, il y a des signes de dépression et parfois des idées suicidaires peuvent venir avec le vitiligo. Et plus la peau est foncée, plus le risque est grand", explique le Pr Khaled Ezzedine, dermatologue.

Pour retrouver une couleur de peau naturelle, les médecins peuvent prescrire la photothérapie. Les séances durent une à trois minutes. Au fil des sessions, le dermatologue augmente très progressivement la durée de l'exposition et la dose d'UVB afin d'éviter tout coup de soleil. Si les plaques blanches disparaissent peu à peu avec ce traitement, impossible de savoir si cette repigmentation est définitive. Autre option, de moins en moins utilisée à cause des effets secondaires : la puvathérapie (la photothérapie avec des UVA, associée à un médicament). L'application de corticoïdes sur la peau est  également utilisée en cas de vitiligo peu étendu, tout comme un immunosuppresseur, le tacrolimus. Un soutien psychologique est fortement recommandé du fait du retentissement esthétique et social du vitiligo, ainsi que son imprévisibilité. Il garde sa part de mystère et peut se réveiller à tout moment. 

Besoin d'un conseil médical ?

Service proposé par

 logo MesDocteurs

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24