1. / Maladies
  2. / Peau
  3. / Eczéma

Eczéma : quel traitement et quelles perspectives ?

Le traitement habituel de l'eczéma suffit à la majorité des patients. Mais d'autres, beaucoup plus rares heureusement, se retrouvent en échec thérapeutique et souffrent profondément de cette maladie de peau. La recherche avance et leur offre des espoirs.

Rédigé le , mis à jour le

Eczéma : quel traitement et quelles perspectives ?
Eczéma : quel traitement et quelles perspectives ? - Crédit photo : Milan Lipowski - Fotolia.com

La prise en charge classique de l'eczéma

L'eczéma touche fréquemment les nourrissons et 10 à 20% des enfants (Source : Thérapeutique-dermatologique.org) ; il disparaît avec l'âge, dans la très grande majorité des cas. Toutefois, 2,5 millions d'adultes souffrent de cette maladie de peau chronique, qui provoque une grande sécheresse de la peau, des plaques rouges et des démangeaisons (source : Journées dermatologiques de Paris, décembre 2016).

La journée nationale de l'eczéma 2017

Elle se tient le 24 juin à Paris et elle s'adresse aux patients et à leurs proches l'après-midi. Au programme, des conférences d'information à destination des adultes et des enfants, ainsi que des ateliers pratiques. Ils s'adressent par exemple aux enfants qui vivent mal leur affection, ou aux mamans pour apprendre à masser un bébé qui a de l'eczéma. L'inscription se fait en envoyant un email à l'association française d'eczéma (contact@associationeczema.fr) ou sur le site de l'association, qui détaille le programme et les informations pratiques. 

"L'eczéma est une maladie fréquente chez l'enfant et l'adulte, commente le Pr Paul. 80 à 90% sont des eczémas légers à modérés, bien contrôlés par les traitements locaux."

Ils consistent sur un plan préventif à hydrater la peau avec des émollients (crèmes très hydratantes) et en ayant une bonne hygiène de vie, en évitant les irritants comme les savons, les tissus rêches, les cosmétiques, le tabagisme passif et la chaleur. Ces facteurs favorisent la survenue de poussées d'eczéma, qui se manifestent par une majoration de la sécheresse de la peau, l'apparition de plaques rouges, parfois avec des vésicules. Les patients appliquent sur les lésions des dermocorticoïdes (corticoïdes appliqués sur la peau), qui sont très bien supportés (peu de substance active passe dans le sang, ce qui limite très fortement les effets secondaires). 

Quand ils ne sont pas assez efficaces, une pommade à base d'un immunosuppresseur, le tacrolimus. Même si son mécanisme d'action n'est pas totalement élucidé, il inhibe la formation et l'activation de certaines cellules immunitaires impliquées dans l'eczéma (les lymphocytes cytotoxiques et T) et il diminue l'inflammation.

"Mais 10% des patients ont un eczéma modéré à sévère, qui résiste aux traitements habituels ou qui se manifeste par des lésions sur de grandes surfaces, de manière permanente, nuance le dermatologue. Dans ces conditions, nous faisons appel à des traitements qui sont soit la photothérapie ultraviolet, soit des traitements immunomodulateurs [qui modulent le système immunitaire]."

A l'heure actuelle, le seul traitement oral avec une autorisation de mise sur le marché est la cyclosporine, ou Néoral®, que l'on donne au maximum durant 2 ans en général. "Beaucoup de ces patients échappent à ces médicaments et les dermatologues étaient en impasse thérapeutique, reprend le Pr Paul. Il y a de développements de nouveaux traitements pour ces patients, avec des biothérapies."

Besoin d'un conseil médical ?

Service proposé par

 logo MesDocteurs

Les biothérapies à l'action

Les biothérapies sont des anticorps produits par des cellules en culture. Ils s'opposent à l'un des mécanismes à l'origine de la maladie. Selon le Pr Paul, une biothérapie, le dupilumab, fait particulièrement parler d'elle puisqu'elle a obtenu une autorisation de mise sur le marché aux Etats-Unis dans la dermatite atopique (eczéma) ; l'avis de l'Agence européenne du médicament, l'EMA, est attendu en 2017, qui estime que le processus de demande de remboursement peut prendre du temps.

Les protéines du virus de la rougeole, à l'origine d'un traitement ?

Certaines protéines du  virus de la rougeole pourraient servir de base à un traitement de la dermatite atopique. C'est le constat réalisé par des chercheurs de l'INSERM, qui ont publié en mars 2017 une étude étonnante. Ils ont observé que le vaccin contre la rougeole avait une action sur les kératinocytes, les cellules de la peau.

Administré à des personnes souffrant d'eczéma, une amélioration des symptômes est apparue au bout de deux semaines et a disparu après quatre semaines. Composé de virus vivant, il a une action sur l'immunité et diminue l'inflammation observée dans l'eczéma. Les chercheurs vont continuer leurs recherches à partir des protéines du virus, responsables de l'effet sur l'eczéma. 

Ce médicament s'administre par injection sous-cutanée, à raison de deux injections le premier jour puis une injection toutes les deux semaines. "Le mode d'action est très différent [des autres médicaments] car il cible les substances qui sont responsables de l'inflammation cutanée dans l'eczéma, deux cytokines, des substances produites par le système immunitaire, (baptisées IL4 et IL16), détaille le spécialiste. L'efficacité est importante : 50 à 70% des patients ont au bout de 4 mois 75% d'amélioration de l'eczéma. 40% des patients n'ont plus d'eczéma du tout, soit presque plus d'eczéma".

En France, ce médicament peut être donné aux patients en échec thérapeutique grâce à une autorisation temporaire d'utilisation nominative, dans les centres hospitaliers. Sur le plan de la tolérance, il peut y avoir une rougeur, un gonflement, une douleur au point d'injection, des conjonctivites, mais il n'y a pas d'augmentation du risque d'infection contrairement aux autres médicaments de cette classe.

"D'autres biothérapies sont en développement mais elles sont encore à une phase 2 ou 3 des essais et elles n'ont pas été soumises aux autorités de santé. Elles ciblent également les cytokines, commente Carle Paul. Il s'agit entre autres du tralokinumab, qui est un "anti IL13", du némolizumab qui est un anti IL31. Il y a beaucoup de recherche et d'espoir thérapeutique pour les patients !" Et cette note d'espoir encouragera tous les patients souffrant d'eczéma...

 

Sponsorisé par Ligatus

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24