1. / Maladies
  2. / Peau
  3. / Brûlures

Brûlures de l'enfant : restez vigilants !

25% des victimes brûlées ont moins de 5 ans. Les liquides chauds sont à l'origine d'une grande majorité des brûlures chez l'enfant. Peut-on éviter ces accidents ? Quelles sont les précautions à  prendre face à un enfant intrépide ? Comment traite-on ces brûlures ?

Rédigé le , mis à jour le

Brûlures de l'enfant : restez vigilants !
Sommaire

Brûlures de l'enfant : le danger vient de l'intérieur

Sept fois sur dix, l'enfant se brûle au domicile. Des situations anodines peuvent être avoir des conséquences graves. Un premier conseil, penser à éloigner de vos enfants tout ce qui est susceptible de brûler.

Précautions à prendre pendant la préparation des repas. Tournez le manche de la casserole vers l'intérieur de la cuisinière, côté mur de manière à ce que l'enfant n'y accède pas. Ne laissez pas une soupière trop chaude à portée de main ni une friteuse dont l'huile bout jusqu'à 160-170°C.

L'eau chaude sanitaire est à l'origine d'un tiers des brûlures de l'enfant.

Ne négliger pas l'eau chaude du robinet. Effectivement, l'eau chaude du robinet peut brûler un enfant. Un bébé mettra quelques secondes avant de réagir à une eau trop chaude. Des secondes pendant lesquelles la brûlure peut s'installer.

Avant de baigner votre enfant, vérifiez que l'eau est bien à 37°C. Sachez que vous pouvez équiper votre robinetterie d'un mitigeur qui fixera la température de l'eau.

Dans tous les cas, faites couler l'eau froide avant l'eau chaude et une dernière fois l'eau froide, pour refroidir le robinet.

Les brûlures dites internes. Elles sont causées par l'ingestion de boissons trop chaudes. Les voies aériennes peuvent gonfler et s'obstruer, l'enfant peut alors s'étouffer.

Vérifier la température du biberon. C'est une précaution indispensable. Surtout si il a été chauffé au four à micro-ondes : le verre ou le plastique peut être froid mais le liquide à l'intérieur brûlant. Un conseil, agiter le biberon et verser quelques gouttes de lait sur son avant-bras pour s'assurer de la température du liquide.

Brûlures de l'enfant : savoir prendre ses précautions

Hôpital Trousseau : prise en charge des enfants brûlés

En cas d'accident, il faut garder son calme et avoir le bon réflexe.

Réagir face à une brûlure superficielle. Si la brûlure est petite dimension et qu'elle se situe loin des yeux et des orifices naturels n'utilisez pas de remède de grand-mère. Faites immédiatement couler de l'eau fraîche sur la peau brûlée. Vous pouvez ensuite laisser sécher ou recouvrir d'un tulle gras. Sachez qu'il existe des pommades pour calmer la douleur.

Cas d'une brûlure profonde. Si elle se situe près des yeux et des orifices naturels, n'appliquez aucun produit, car la plaie pourrait s'infecter. Une fois de plus, il faut uniquement faire couler de l'eau fraîche sur la plaie et la couvrir d'un linge propre.

Plaie étendue : faites appel aux secours. En attendant leur arrivée, douchez doucement à l'eau froide la région brûlée pendant plusieurs minutes. Faites attention de ne pas trop refroidir l'enfant, vous risquez de faire baisser sa température centrale et de provoquer une hypothermie.

Brûlures et degrés de gravité

Les degré de brûlures expliqués par Marina Carrère d'Encausse et Benoît Thevenet

Le traitement d'une brûlure dépend de sa gravité. On l'évalue selon son étendue et sa profondeur. Dès que sa surface est égale ou supérieure à la paume de la main de l'enfant, la brûlure est grave.

Dans le cas d'une brûlure au premier degré, la peau est rouge et douloureuse, un peu comme un coup de soleil. Parfois, elle peut être gonflée. Le rétablissement se fait spontanément.

Une brûlure au second degré est soit superficielle, soit profonde. Dans le premier cas, l'épiderme et une partie du derme sont atteints et des cloques peuvent apparaître sur la peau. La guérison se fait de manière naturelle dans les deux ou trois semaines. Dans le second cas, l'épiderme et le derme sont détruits. Il faut traiter pour éviter l'infection et aider la peau à cicatriser.

Les brûlures au troisième degré touchent les trois couches de la peau. L'aspect est calciné et atrophié.

Brûlures et greffe de peau

Images de chirurgie : greffe de peau sur un enfant brûlé

Quand la peau ne peut plus se reconstituer normalement et cicatriser, la greffe est indispensable. Mais tous les cas de brûlures ne nécessitent pas une greffe de peau. On distingue en effet trois stades. Seules certaines du deuxième degré et celles du troisième degré auront besoin d'un tel acte.

Après une brûlure grave, le chirurgien enlève d'abord la peau abîmée : c'est l'excision. La greffe elle-même se fait dans la semaine qui suit l'accident. Elle sert alors de couverture à la plaie et peut être provisoire ou définitive.

Il existe plusieurs types de greffe de peau. On peut utiliser la peau d'un donneur : l'homogreffe. La peau prélevée est, bien sûr, soumise à des critères de sélection rigoureux. Elle sert à protéger la plaie après l'excision des tissus brûlés et favorise la guérison. Au bout de quelques jours ou semaines, la greffe est rejetée par le corps ou enlevée pour être remplacée par un autre type de greffe : l'autogreffe. L'autogreffe utilise la propre peau du patient. On recouvre ainsi la plaie avec une partie prélevée sur une zone non visible du corps.

En savoir plus sur les brûlures

 

Besoin d'un conseil médical ?

Service proposé par

 logo MesDocteurs

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24