1. / Maladies
  2. / Os et articulations

Articulations : tout pour les préserver

Les douleurs articulaires sont l'un des problèmes de santé les plus répandus. En vieillissant, les cartilages s'usent, ce qui conduit à l'arthrose. Comme on ne sait pas bien réparer les cartilages, et que peu de traitements sont efficaces, il vaut mieux les préserver et développer des stratégies pour éviter que nos articulations ne souffrent trop.

Rédigé le , mis à jour le

Articulations : tout pour les préserver
Articulations : tout pour les préserver
Sommaire

Combien avons-nous d'articulations ?

Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymes décrivent les articulations.

Marcher, courir, se pencher… Tous ces gestes quotidiens sont possibles grâce aux articulations. Un système bien huilé, mais qui à l'approche de la cinquantaine commence à se gripper. Résultat : les articulations deviennent douloureuses et les activités physiques pénibles.

Notre squelette est formé de 400 articulations. On en distingue trois types :

  • les articulations fixes reliées par des sutures, par exemple les os du crâne
  • les articulations semi-mobiles comme celles des vertèbres de la colonne
  • les articulations très mobiles, comme celles des doigts
     

La forme des extrémités osseuses est à chaque fois différente ce qui donne des articulations une mobilité particulière. Par exemple, l'articulation de l'épaule fonctionne comme une rotule (un rond qui glisse dans un creux). Ce qui permet des mouvements dans presque tous les sens. Le point faible : elle peut se luxer, se déboîter plus facilement que l'articulation du coude par exemple. Si on prend l'exemple de la cheville, elle s'assemble comme une charnière et fonctionne comme un levier. L'articulation ne permet que les mouvements dans un seul plan, fléchir ou tendre. Résultat, si une force la contraint à faire des mouvements latéraux, c'est la foulure.

Ces articulations sont tout de même protégées. Les surfaces articulaires sont recouvertes d'un cartilage. Les vertèbres ont en plus un disque qui absorbe les chocs lors de la marche et de la course. Idem pour le genou qui a un ménisque amortisseur. Et presque toutes les articulations mobiles sont recouvertes d'une membrane synoviale qui sécrète du liquide gras. Il limite les frictions et protège les os de l'usure.

Ces articulations sont aussi protégées par les tissus alentours. Les ligaments, les tendons et les muscles maintiennent les différents os de ces articulations et permettent le mouvement. Autrement dit, pour éviter qu'une articulation ne lâche, il faut aussi prendre soin des muscles qui la maintiennent.

Des articulations à renforcer

Suivi de sportifs à l'entraînement

Chaque sportif a son potentiel musculaire et articulaire. Mais les efforts répétés des entraînements peuvent produire des lésions et la compétition risque de provoquer des traumatismes violents. Il faut donc surveiller les athlètes et c'est le rôle du service de santé de l'Institut National du Sport de l'Expertise et de la Performance (INSEP).

De l'acide hyaluronique par infiltration

Comment utilise-t-on l'acide hyaluronique en rhumatologie ?

Pour soulager des douleurs articulaires résistantes, on injecte maintenant de l'acide hyaluronique. Ce produit visqueux qui est extrait de la crête de coq, redonne de l'élasticité aux cartilages et réduit les douleurs.

Faire une injection dans le genou est très courant mais quand il s'agit de la hanche il faut faire l'intervention sous radioscopie, avec une anesthésie locale.

Selon les patients, l'effet de l'acide l'hyaluronique sur son articulation durera plus ou moins longtemps.

Articulations : les bienfaits du yoga

Comment se déroule une séance de yoga iyengar ?

Pour préserver ses articulations, le yoga iyengar est souvent conseillé. Il s'agit d'un yoga thérapeutique et préventif basé sur le renforcement musculaire, l'assouplissement des articulations et l'alignement du corps.

Bras, jambes, fessiers… dans les cours de yoga iyengar, les participants sont concentrés sur chaque partie de leur corps. L'objectif des exercices est de trouver la bonne posture. "Il faut chercher à positionner correctement les os dans les articulations pour que les tendons, les ligaments, les muscles autour soient libres de fonctionner. S'il n'y a pas du tout d'espace, les nerfs se coincent, sont écrasés et cela provoque des douleurs", explique Sophie Boller, professeur de yoga iyengar.

Les épaules sont souvent des articulations douloureuses. La solution est de les assouplir. Et pour cela, on utilise des cordes. "La corde donne un point de résistance qui permet de garder les bras très tendus et d'aller vraiment dans l'articulation de l'épaule", et donc de réaliser un assouplissement tout en préservant l'articulation.

L'assouplissement du bassin et des hanches est également un élément important dans le yoga comme le confirme Sophie Boller : "Les exercices réalisés créent un espace énorme dans les hanches. Ils rendent les hanches souples mais surtout stables. Quand les hanches sont très raides et ne peuvent pas bouger, on a soit des problèmes dans le bas du dos, soit des problèmes de genoux. C'est l'articulation juste au dessus ou juste en dessous qui en pâtit".

La répétition et la maîtrise des exercices corrigent progressivement et presque inconsciemment les mauvaises postures. Thérapeutique et préventif, pour avoir un maximum de bénéfices, le yoga iyengar doit être pratiqué au moins une fois par semaine.

La kinésithérapie pour renforcer les articulations

Mickael suit un programme de rééducation après un accident de parapente.

Après un accident de sport, les articulations sont souvent fragilisées. Des séances de kinésithérapie sont donc prescrites.

L'objectif de la kinésithérapie est de renforcer les articulations. "Pour chaque articulation, on a des groupes musculaires de part et d'autre de l'articulation qui vont la maintenir, lui permettre de rester en place. Et si ces muscles sont forts, l'articulation sera protégée", note Pauline Mir, kinésithérapeute.

Musculation, positionnement, endurance… la rééducation ne s'arrête pas au cabinet de kinésithérapie comme l'explique la kinésithérapeute : "Avant, quand les personnes avaient des problèmes d'articulations, on préconisait de faire de la natation, du vélo… On continue de le préconiser car ces activités permettent aux patients de renforcer leurs muscles sans douleur. En revanche, on leur demande à côté d'avoir forcément une activité douce comme la marche, la course à pied… car on a besoin à tout prix de faire des impacts sur l'articulation pour fabriquer de la matrice, du cartilage".

Sponsorisé par Ligatus

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24