1. / Maladies
  2. / Maladies nutritionnelles
  3. / Poids, obésité

Alimentation des enfants : des idées pour lutter contre l'obésité

Il est important pour les enfants de manger varié et quand il s'agit des légumes, c'est toujours compliqué. Pourtant il suffit d'un peu de créativité pour leur faire aimer les légumes. Un atelier de cuisine propose aux enfants à Paris des cours tous les mercredis. L'occasion pour eux de devenir de vrais chefs !

Rédigé le , mis à jour le

Alimentation des enfants : des idées pour lutter contre l'obésité
Alimentation des enfants : des idées pour lutter contre l'obésité
Sommaire

Alimentation des enfants : les conseils du Dr Pascale Modaï, nutritionniste

Pour savoir si un enfant est trop gros, il ne suffit pas de le regarder ni même de le peser. Il faut le peser et le mesurer pour évaluer sa corpulence, c'est-à-dire le rapport entre le poids et la taille. Chez l'enfant, il faut aussi tenir compte de l'âge et du sexe, il faut pour cela calculer l'IMC (poids en kilo divisé deux fois par la taille en mètre) et le reporter sur une courbe établie à partir d'un échantillon représentatif d'enfants. Si l'IMC de l'enfant est au-dessus de la zone de poids normal, on parle de surpoids.

Sur une courbe, on peut voir que la corpulence varie avec l'âge. Elle augmente la première année (jusqu'à ce que l'enfant marche). Puis avec la marche, l'enfant s'affine petit à petit et la corpulence diminue jusqu'à six ans et croît à nouveau avec l'arrivée de la puberté sous l'influence des hormones. 

  • Combien de fois par an faut-il calculer l'IMC ?

Il est  recommandé de peser et de mesurer les enfants une à deux fois par an pour suivre la courbe d'IMC qui se trouve dans le carnet de santé. Si la courbe remonte trop tôt (avant 6 ans), il faut surveiller plus régulièrement (tous les deux/trois mois) pour voir si c'est un accident de parcours ou le début de l'installation d'un surpoids.

  • Quelles sont les causes d'un surpoids ?

Le surpoids n'est pas que la conséquence d'une "mauvaise alimentation" dont les enfants et les parents seraient seuls responsables et tous les enfants n'ont pas de risque de devenir gros. Il y a des facteurs prédisposants et un terrain familial. Il est bien démontré que comme la taille, le poids est transmis par les gènes. L'environnement (alimentation, activité physique) ne fait que révéler la prédisposition. Cela concerne environ 20% des enfants (15% en surpoids et 5% obèses).

  • Peut-on mettre un enfant au régime s'il est un peu rond ?

Il ne faut pas mettre les enfants au régime comme les adultes, c'est inefficace voire nocif à long terme. Dans la très grande majorité des cas, le but n'est pas de perdre du poids, mais de ralentir la progression de la courbe de corpulence. La prise en charge est basée sur les principes de l'éducation thérapeutique et elle implique toute la famille pour éviter d'isoler l'enfant au sein même de sa famille. C'est une démarche qui s'inscrit dans la durée.

  • En pratique que peut-on conseiller ?

Il faut que l'éducation alimentaire soit orientée sur le contrôle des calories tout en respectant les goûts de l'enfant généralement pour des aliments sucrés ce qui est normal. Un enfant a besoin de manger des sucreries. Plutôt que de risquer qu'il les mange en cachette, on lui donne à la place du dessert, du goûter ou du petit déjeuner. 

Autre règle, ne pas donner de trop grandes quantités. Un enfant de 5 ans ne mange pas autant que son frère de 12 ans ! Il ne faut pas hésiter à servir dans des petites assiettes pour qu'il ait le sentiment d'en avoir assez. Comme dans Boucle d'Or (petit, moyen et grand bol). Ne pas forcer l'enfant à terminer s'il n'a plus faim pour qu'il apprenne à reconnaître les signaux de satiété.

  • Faut-il les obliger à prendre un petit-déjeuner s'ils n'ont pas faim ?

Globalement les apports énergétiques se répartissent de la façon suivante : 20% au petit-déjeuner, 20% au goûter, 30% au déjeuner et 30% au dîner. Mais ce n'est pas une obligation. Beaucoup d'enfants ne petit-déjeunent pas et ne s'en portent pas plus mal. On a souvent tendance à forcer ceux qui sont en surpoids en pensant que sinon ils vont plus grignoter. En réalité ils vont quand même grignoter car ils ne le font pas par faim mais par plaisir ou pour partager avec les copains. Donc inutile de les obliger à manger plus.

  • Qu'est-ce qu'un petit-déjeuner équilibré ?

Il faut des sucres lents : pain ou céréales. Les céréales fourrées sont très grasses mais les autres sont généralement raisonnables et apportent moins de 400 Cal pour 100 g. Avec le pain beurre/confiture ou chocolat (même pâte à tartiner si c'est en quantité raisonnable, c'est moins calorique). Un laitage pour le calcium c'est bien, un fruit aussi. Le jus de fruit est déconseillé si on fait attention au poids.

  • Qu'en est-il de la cantine ?

Les cantines sont rarement des restaurants gastronomiques. Le plus important, c'est que les enfants mangent quelque chose quand ils y déjeunent. Ne leur demandez pas de manger équilibré car ce n'est pas toujours possible. Il faut savoir que sur une année pleine, les repas à la cantine ne représentent que 12% des apports énergétiques totaux. Donc ce n'est pas grave si ils mangent des frites ou du poisson pané.

  • Le dîner doit-il tenir compte de la cantine ?

Si c'est possible, oui, le dîner doit apporter à l'enfant ce qu'il ne mange pas à l'école. En particulier les légumes qui ne sont pas très appréciés à la cantine. Il est parfois plus facile de les faire manger en gratin (ce qui apporte aussi du calcium), en purée. Mais il n'y a pas de raison de ne pas donner des féculents ou des protéines le soir.

Comme souvent tout est une question d'équilibre. L'éducation alimentaire fait partie de l'éducation en général et c'est difficile ! Les études montrent que si le contrôle des parents est trop strict, cela est délétère car cela va favoriser les excès quand l'aliment est disponible. Il faut donc trouver un juste équilibre ce qui n'est pas toujours simple.

Recette : légumes déguisés pour les enfants

En suivant les cours tous les mercredis, les enfants deviennent de vrais chefs.

Il est très important pour les enfants de manger varié. Et quand il s'agit des légumes, cela est toujours compliqué. Pourtant il suffit d'un peu de créativité pour leur faire aimer les légumes.

La preuve avec un atelier de cuisine pour enfants à Paris, l'Atelier des sens.

Faire manger aux enfants les aliments qu'ils détestent

La cervelle, l'avocat, les choux de Bruxelles... sont des aliments détestés par les enfants. La chef Laura Annaert nous donne quelques astuces et recettes pour faire manger ces aliments aux enfants.
 

Recette : purée grand-mère, saucisse

Ingrédients

  • Choux de Bruxelles
  • Pommes de terre
  • Saucisse
  • Beurre
  • Feuille de laurier
  • Piment doux
     

Préparation

1 - Epluchez les légumes avant de les faire cuire pour qu'ils deviennent tendres. Pour une cuisson plus rapide, coupez les pommes de terre et les choux de Bruxelles en petits morceaux.
2 - Faites cuire les pommes de terre dans une casserole remplie d'eau. Puis cinq minutes plus tard, ajoutez les choux de Bruxelles. Les choux de Bruxelles sont peu caloriques, riches en vitamine C, en minéraux et en fibres. Quinze minutes plus tard, les légumes sont cuits.
3 - Ecrasez ensuite les légumes. La texture devient ainsi plus familière pour l'enfant.
4 - Pour accompagner la purée, faites cuire la saucisse pendant une dizaine de minutes avec le laurier. Pour "décrocher" toutes les petites saveurs, ajoutez un peu d'eau et un peu de piment doux.
5 - Dressez le plat. Placez la saucisse découpée sur la purée. Ajoutez le jus de cuisson.
6 - Dégustez.


Recette : nuggets de l'intelligence

Ingrédients

  • Cervelle d'agneau
  • Farine
  • Blanc d'œuf
  • Chapelure
     

Préparation

1 - Retirez l'enveloppe qui protège le cerveau et la partie blanche au centre.
2 - Placez ensuite la cervelle dans de l'eau vinaigrée pendant quelques minutes pour la nettoyer.
3 - Panez la cervelle. La cervelle est ainsi transformée en nuggets.
4 - Faites cuire les nuggets dans une poêle avec de l'huile.
5 - Posez ensuite les nuggets sur du papier absorbant.
6 - Dégustez.

Astuce en plus : vous pouvez accompagner ces nuggets avec du jus de citron ou du ketchup.
 

Recette : milkshake de martien

Ingrédients

  • 1 avocat
  • 1 yaourt onctueux
  • 1 cuillère à café de miel
  • ¼ de jus de citron
  • 2 spéculos
     

Préparation

1 - Découpez l'avocat en morceaux et placez-les dans un mixeur.
2 - Ajoutez-y du yaourt, une cuillerée de miel, un peu de jus de citron et mixez. L'avocat est riche en vitamines, en lipides et en minéraux.
3 - Après quelques minutes, le milkshake est presque prêt. Ajoutez une touche sucrée avec des spéculos émiettés.
4 - Dégustez.

Besoin d'un conseil médical ?

Service proposé par

 logo MesDocteurs

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24