1. / Maladies
  2. / Maladies infectieuses et tropicales
  3. / Tuberculose

Tuberculose : ''le combat n'est pas encore gagné'' selon l'OMS

Depuis l'an 2000, 37 millions de malades de la tuberculose ont été sauvés grâce aux efforts considérables déployés pour lutter contre ce fléau, selon un rapport de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) publié le 22 octobre 2014. La tuberculose reste toutefois la deuxième maladie infectieuse la plus meurtrière dans le monde, juste après le sida.

Rédigé le

Tuberculose : un nouveau traitement prometteur, reportage du 24 mars 2014

Plus de 20 ans après avoir déclaré que la tuberculose était une "urgence de santé publique mondiale", l'OMS souligne, dans son rapport annuel sur la maladie, que des "progrès majeurs ont été réalisés" ces dernières années.

En 2013, 9 millions de nouveaux cas de tuberculose et 1,5 million de décès ont été enregistrés (contre 1,6 million de décès liés au sida en 2012). Les chiffres de 2013 sont un peu plus élevés que ceux de 2012 (8,6 M de nouveaux cas et 1,2 M de décès) en raison de la prise en compte des premiers chiffres détaillés du Nigeria – le pays le plus peuplé d'Afrique.

"Dans la mesure où la plupart des décès dus à la tuberculose sont évitables, le nombre des victimes est encore inacceptablement élevé" relève l'OMS.

L'organisation souligne la nécessité d'"accélérer" les efforts pour parvenir aux objectifs de son plan "Halte à la tuberculose" 2006-2015. L'OMS s'est en effet fixé pour but de réduire de moitié le taux de mortalité de la tuberculose ainsi que sa prévalence (nombre de personnes souffrant de la maladie à un moment) sur cette période.

Fin 2013, le taux de mortalité associé à cette maladie avait "globalement" baissé d'environ 45% depuis 1990, la prévalence avait baissé de 41%, selon le rapport.

D'importantes disparités régionales

Toutefois, d'importantes disparités existent selon les régions. Si l'objectif est déjà atteint sur le continent américain ou dans la partie occidentale de la région Pacifique, ce n'est pas le cas pour le continent africain pris dans son ensemble, ni pour le bassin méditerranéen, ainsi que dans plusieurs pays du continent européen.

L'an dernier, plus de la moitié (56%) des nouveaux cas de tuberculose ont été enregistrés en Asie du sud-est et dans la région Pacifique, les deux régions les plus peuplées du monde, mais c'est en Afrique que le taux des cas de tuberculose et des décès par rapport à la population de tuberculose reste le plus important.

Les hommes sont plus souvent et plus durement touchés que les femmes, (près de deux tiers des décès dus à la tuberculose en 2013). En 2013, 80.000 décès ont été dénombrés chez des enfants.

Sur les 1,5 million de personnes décédées de la tuberculose en 2013, 360.000 étaient par ailleurs co-infectées par le VIH.

De nouveaux traitements

Parmi les facteurs d'optimisme, l'OMS cite la stabilisation à 3,5% des cas de tuberculose multirésistante - qui ne répondent pas aux traitements antibiotiques de première ligne - ainsi que l'apparition de tests plus rapides pour diagnostiquer la maladie.

Le rapport note également que "pour la première fois depuis 40 ans, de nouveaux traitements contre la tuberculose commencent à émerger", dont des traitement combinés incluant de nouvelles molécules qui font l'objet d'essais cliniques.

Des recherches actives se poursuivent d'autre part pour mettre en place de nouveaux vaccins. Le seul vaccin existant est le BCG (mis au point en 1921 et préparé à partir du bacille de Calmette Guérin). Il est recommandé par l'OMS chez les nourrissons, car il protège contre les formes extra-pulmonaires graves de la tuberculose chez l'enfant. Selon l'OMS, il ne protège toutefois "pas de façon fiable" contre la tuberculose pulmonaire, "qui représente la plus grand part de la charge de la maladie dans le monde".

Pour l'instant, un vaccin efficace pour prévenir la tuberculose chez l'adulte "reste hors de portée", selon l'OMS.

En savoir plus sur la tuberculose

 

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24