1. / Maladies
  2. / Maladies infectieuses et tropicales

Cellulite infectieuse : savoir reconnaître les signes pour agir vite

La cellulite infectieuse est une infection par des bactéries qui se propagent dans et sous la peau et s'attaquent aux tissus mous comme la peau, le tissu sous-cutané et les graisses sous-jacentes. Elle concerne aussi les espaces cellulaires entre les organes et va s'infiltrer un peu partout. La cellulite infectieuse est une véritable urgence. Comment reconnaît-on les cellulites infectieuses ? Quels sont les risques ? Comment réagir ? Les explications avec le Dr Gérald Kierzek, urgentiste.

Rédigé le , mis à jour le

Cellulite infectieuse : savoir reconnaître les signes pour agir vite

Les risques de la cellulite infectieuse sont l'extension incontrôlable de l'infection : localement dans le tissu cutané (gangrène) et aux organes (méningite), ou dans tout le corps par le sang (septicémie) avec un risque de décès si la cellulite n'est pas prise en charge à temps.

Les streptocoques et les staphylocoques sont le plus souvent en cause. Le streptocoque provoque un érysipèle, la plus fréquente des cellulites cutanées. Les staphylocoques provoquent des staphylococcies malignes de la face, très graves. Une souche très agressive du streptocoque du groupe A provoque des cellulites nécrosantes (ou fasciites nécrosantes) avec destruction des tissus. Toutes surviennent à partir d'une plaie ou d'un bouton mal traités, d'interventions médico-chirurgicales et surtout dentaires mal encadrées. 

Reconnaître une cellulite infectieuse

Au début, la cellulite infectieuse, lorsqu'elle est sous-cutanée, peut se traduire visuellement par des rougeurs localisées, un gonflement de la peau et une sensation de chaleur. Classiquement, on a quatre signes : rougeur, chaleur, douleur, gonflement (tension de la peau).

La plupart du temps, la cellulite infectieuse touche le visage, le cou et les membres inférieurs. Mais lorsque la cellulite s'étend, la peau perd sa souplesse et sa couleur devient jaune, verdâtre, blafarde ou encore violacée.

L'érysipèle par exemple se manifeste par de larges plaques dures, rouge vif, tandis que la cellulite nécrosante débute par un gonflement rouge très douloureux, qui devient pourpre puis noir au fur et à mesure que les tissus meurent.

La cellulite infectieuse, une urgence

Il faut diagnostiquer et traiter d'urgence la cellulite infectieuse. Un nettoyage chirurgical est parfois nécessaire en plus d'une antibiothérapie générale. L'hospitalisation des personnes fragiles est souvent nécessaire en raison de la fulgurance infectieuse des germes chez elles.

On va surtout – et vous pouvez le faire aussi à la maison - repérer les contours de la cellulite et vérifier son extension. On trace avec un marqueur.

Prévenir la cellulite infectieuse

La cellulite infectieuse n'est pas contagieuse à distance mais il faut prendre des mesures de protection car il peut s'agir de bactéries potentiellement résistantes : lavage des mains et de tout ce qui entre en contact, port de gants et de masque, vêtements et effets personnels réservés et traités à part.

Ce qui est aussi important, c'est la prévention de ces cellulites par l'hygiène de la peau en général, le nettoyage soigneux des plaies, la bonne automédication qui ne favorise pas l'infection en général..

Une plaie doit être propre. Nettoyez à l'eau potable et au savon, en frottant suffisamment. Le savonnage avec frottage décolle les bactéries, le rinçage les élimine. Assurez-vous que tout ce qui touche la plaie est aussi propre que possible. Séchez en tamponnant avec un mouchoir en papier propre que vous jetez à la poubelle, puis appliquez un antiseptique qui ne provoque pas d'allergie (gare aux antiseptiques iodés).

Le vaccin du tétanos doit toujours être à jour. Un travail régulier au jardin, au contact avec la terre, doit inciter à être à jour sur ce plan.

Mention particulière à la cellulite de la face et du cou, soit à partir d'une angine, de soins dentaires ou d'un abcès… Les germes de la bouche peuvent diffuser dans le cou et la face. Ils s'y multiplient de façon fulminante si on prend des anti-inflammatoires contre la douleur. La règle est de ne jamais prendre seuls des anti-inflammatoires et des corticoïdes, et de consulter rapidement dans les 24 heures quand la situation s'aggrave.

Besoin d'un conseil médical ?

Service proposé par

 logo MesDocteurs

Sponsorisé par Ligatus

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24