1. / Maladies
  2. / Maladies hormonales
  3. / Thyroïde

Glande thyroïde : le gendarme de la régulation corporelle

La thyroïde, une glande située à la base de notre cou, régit, entre autres, notre humeur, notre poids et notre vie sexuelle. D'où les nombreux symptômes surviennent lorsqu'elle se dérègle. Ce qui est souvent le cas : six millions de Français ont des problèmes de thyroïde.

Rédigé le , mis à jour le

Glande thyroïde : le gendarme de la régulation corporelle
Glande thyroïde : le gendarme de la régulation corporelle
Sommaire

Le papillon de la thyroïde

ad_thyroide_intro_150212.flv
Marina Carrère d'Encausse et Benoît Thevenet détaillent en images l'anatomie de la thyroïde.

Les dérèglements de la thyroïde peuvent survenir à tout âge et entraîner de nombreux troubles. Mais comme ils ne sont pas spécifiques, on ne pense pas forcément tout de suite à la thyroïde.

La thyroïde est une glande située à la base du cou sous la pomme d'Adam. Elle pèse environ 30 grammes. Elle a la forme d'un papillon avec deux lobes. Son rôle est extrêmement important. Elle a un impact sur notre humeur, notre poids et même sur notre vie sexuelle. Comment ? En fabriquant des hormones T3 et T4 qui vont réguler la vitesse de fonctionnement de tous nos organes.

Cette glande est formée de groupe de cellules qu'on appelle des vésicules. Ces vésicules sont traversées par des vaisseaux sanguins dans lesquels le sang transporte de l'iode. C'est le principal ingrédient pour fabriquer les hormones thyroïdiennes. Ces cellules vont absorber l'iode et le transformer en hormones. Ces hormones vont être emmagasinées dans les vésicules, puis libérées dans la circulation sanguine dès que l'organisme en a besoin. Mais pour que nos organes puissent avoir un bon rythme de fonctionnement il faut la bonne dose d'hormones thyroïdiennes.

Cette dose est gérée par le cerveau et plus exactement par le chef d'orchestre des glandes de l'organisme, l'hypophyse. Quand il n'y a pas assez d'hormones thyroïdiennes, l'hypophyse envoie un message à la thyroïde pour qu'elle fabrique plus d'hormones. Quand il y en a trop, l'hypophyse freine la production de la thyroïde. Mais parfois ce système de régulation fonctionne mal.

Résultat quand la thyroïde est trop paresseuse, on dit qu'on est en hypothyroïdie. Le corps fonctionne au ralenti, on réfléchit moins vite et on a du mal à mémoriser. À l'inverse, quand la thyroïde s'emballe, c'est l'hyperthyroïdie. Le corps est en super fonctionnement, le cœur bat plus vite, la respiration s'accélèrent, la digestion est trop rapide, on a la diarrhée, on tremble et on a des troubles de l'humeur. On devient irritable. Les troubles de l'humeur peuvent donc être dus à un problème de thyroïde.

Hyperthyroïdie, hypothyroïdie : quand le papillon bat de l'aile

ad_thyroide_consultation_150212.flv
La scintigraphie permet d'établir un état des lieux du fonctionnement de la thyroïde.

Les maladies de la thyroïde sont nombreuses. Par la palpation, le médecin va rechercher la présence d'un goitre ou de nodules. Un examen clinique complet permet de repérer s'il s'agit d'une hyper ou d'une hypothyroïdie. Autrement dit si la thyroïde produit trop ou pas assez d'hormones.

Cette indication est indispensable avant de penser au traitement.

La maladie de Basedow est la cause la plus fréquente d'hyperthyroïdie. Il s'agit d'une maladie auto-immune, le corps produit des anticorps qui vont attaquer la thyroïde et stimuler son fonctionnement. En plus des symptômes classiques de l'hyperthyroïdie, il y a souvent un goître et une atteinte des yeux : les globes oculaires semblent sortir de l'orbite, ce que l'on appelle une exophtalmie, un larmoiement, des picotements et une photophobie (la lumière fait mal aux yeux). Malgré le traitement (médicaments, chirurgie ou iode), une récidive est possible.

Comment dépister un dérèglement thyroïdien ?

48-thyroide_AD_temoignage_hypothyroidie.flv
Geneviève souffre depuis 17 ans d'une hypothyroïdie, elle en décrit les principaux symptômes.

Pour étudier la thyroïde, plusieurs examens sont réalisables.

Le premier consiste à regarder et palper tout simplement la base du cou. En touchant la thyroïde, on peut en effet mesurer approximativement la taille de la glande, estimer sa consistance, sentir la présence d'une boule anormale (nodule thyroïdien). Une augmentation globale de la thyroïde fait apparaître un goitre, visible à l'œil nu.

Pour analyser la production d'hormones, une prise de sang est indispensable. Elle peut être complétée par un test qui stimule la glande, par l'intermédiaire d'une hormone. On évalue ainsi si elle répond correctement ou non à la stimulation.

L'échographie, elle, permet de mieux voir les nodules et de mesurer précisément leur taille. Une ponction de la thyroïde peut alors être réalisée, consistant à prélever une minuscule quantité de cellules, afin de voir si celles-ci sont cancéreuses.

Enfin, la scintigraphie utilise de l'iode radioactif et analyse plus précisément le nodule.

Traitements médicamenteux ou chirurgie de la thyroïde ?

ad_thyroide_ablation_chirurgie_150212.flv
Attention, images de chirurgie ! L'opération de la thyroïde est une intervention délicate qui doit notamment préserver des tissus indispensables pour la parole.

Pour traiter les problèmes d'hyperthyroïdie, on utilise des médicaments qui diminuent la production excessive d'hormones thyroïdiennes. Mais il est également possible d'utiliser un traitement par iode radioactif introduit dans l'organisme. Celui-ci étant alors capté par les cellules de la glande et la radioactivité les détruit.

L'hypothyroïdie, elle, peut être compensée par un médicament qui contient des hormones naturelles, similaires à celles que produit l'organisme. Ce traitement est adapté en fonction de l'intensité des signes. Si ceux-ci réapparaissent, la dose prescrite n'est pas suffisante. Si au contraire, il y a des signes de quantité excessive d'hormones, le traitement est trop fort. Le problème de ce traitement est qu'il doit souvent être poursuivi toute la vie.

Pour un cancer, une suspicion de cancer ou une hyperthyroïdie qu'on a du mal à contrôler avec les médicaments, l'opération est parfois indispensable. Chaque année, 45.000 cas nécessitent de pratiquer une thyroïdectomie, une ablation de la thyroïde. Une chirurgie considérée comme relativement simple et ne laissant le plus souvent aucune cicatrice. 

En savoir plus sur la thyroïde

Dossiers :

Questions/Réponses :

Anatomie 3D :

Dans le forum :

Aide aux patients :