1. / Maladies
  2. / Gynécologie
  3. / Ménopause

Ménopause : bien franchir le cap

Ch@t du 13 juin 2012 de 15h à 16h : les réponses des Drs Alain Tamborini, Marina Fedoroff et Lydia Marie-Scemama, gynécologues.  

Rédigé le , mis à jour le

Ménopause : bien franchir le cap
Ménopause : bien franchir le cap
Sommaire

Les réponses du Dr Alain Tamborini, gynécologue

  • Peut-on reprendre un THS après un arrêt de 6 ans ? J'ai aujourd'hui de l'ostéoporose qui pourrait être traitée par une reprise du THS ?

Chaque cas est particulier mais il n'est pas habituel de reprendre un THS après une si longue suspension. Si votre problème est seulement osseux, il existe des traitements spécifiques.

  • A presque 53 ans, je ne suis pas ménopausée, je ne pense plus tomber enceinte alors est-on obligée de prendre une pilule après Minidril® ?

Après 50 ans, même si vous n'êtes pas ménopausée, le risque de grossesse avoisine le zéro. La pilule classique oestroprogestative est contre-indiquée.

  • Je prends le THS depuis 11 ans (gel + Utrogestan®). Le problème c'est qu'il faut prendre l'Utrogestan® chaque soir au coucher à cause des effets de somnolence et que, du coup, on ne peut plus sortir le soir. Y a-t-il d'autres solutions ?

Vous pouvez le prendre tardivement au coucher.

  • La prise d'un traitement hormonal empêche-t-elle la prise de poids ?

Non. Toutes les femmes doivent être prévenues d'un risque de prise de poids et de modifications de la silhouette entre 45 et 55 ans, il faut donc rester toujours vigilante parce que la prise de poids à la péri ménopause se prévient mieux qu'elle ne se traite.

  • Je suis en pré-ménopause depuis un an, c'est-à-dire que j'ai mes règles que de temps en temps, combien de temps dure cette période ?

La durée moyenne de la péri ménopause en France est de 3 ans et demi.

  • Comment savoir si on est ménopausée ? Mes règles se sont arrêtées d'un coup il y a 6 mois, elles devenaient irrégulières mais pas moins fortes. J'ai un petit problème d'IMC bas, je me suis dit que c'était peut-être à cause de ça. Je viens d'avoir 45 ans et n'ose pas aller voir un gynécologue.

Il faudrait savoir si vous avez d'autres symptômes qui accompagnent cet arrêt de règles : bouffées de chaleur, sueurs nocturnes, sécheresse vaginale... Parlez-en à votre médecin traitant et n'ayez pas peur des gynécologues !

  • Je viens d'avoir 40 ans et j'ai fait retiré mon stérilet il y a un an et demi pour une grossesse. Depuis mes cycles sont irréguliers entre 15 et 35 jours. Pensez-vous que je sois en péri-ménopause ? Dois-je renoncer à mon désir de grossesse ?

Il est difficile de répondre avec certitude à votre possibilité ou non d'être enceinte. Un bilan hormonal détaillé pourrait contribuer à évaluer votre fertilité. Ne perdez pas de temps.

  • Quand j'arrête le THS (Oestrogel® + Utrogestan®) une semaine chaque mois, je suis très mal. Mon généraliste me conseille de ne pas l'interrompre, de le prendre quotidiennement. Qu'en pensez-vous ?

Si les troubles reviennent pendant la semaine d'interruption, on peut réduire la durée de l'interruption à 4/5 jours, voire éventuellement prendre le traitement en continu si vous le supportez cliniquement.

C'est un traitement de la sécheresse vaginale. Il existe toute une gamme de traitements hormonaux locaux en crème et ovules. Ils sont efficaces sous réserve qu'une femme soit motivée, déterminée et persévérante.

  • Dans le THS sans règle, est-ce qu'il faut prendre la médication tous les jours ? Est-ce que cela contient que de la progestérone, car s'il y a de l’œstrogène il y aura des règles ?

Quand on emploie la progestérone naturelle micronisée même si le traitement est séquentiel avec une période d'arrêt, il n'y a habituellement pas de règles : c'est une vertu de la progestérone naturelle par rapports aux progestatifs de synthèse.

  • J'ai 53 ans et je prends du Surgestone® 10 jours/moi (utérus fibromateux). Ce traitement peut-il retarder l'âge de la ménopause ?

Non, si vous avez des règles avec Surgestone®, ce sont vos propres règles et vous n'êtes pas ménopausée.

  • 13 ans de galère suite à une opération, les traitements n'ont rien donnés. Depuis un mois sous Serelys®. Je suis épuisée. Chaud et froid, prise de poids, mauvais sommeil, sècheresse vaginale, plus d’énergie, voilà : pouvez-vous me donner un conseil ?

Il y a toute une gamme de traitements hormonaux (une soixantaine). Habituellement on trouve une solution aux symptômes de nos patientes, mais il est vrai qu'il faut parfois changer, adapter le traitement, faire du sur mesure. Ne vous découragez pas et parlez en à votre médecin traitant et à votre gynécologue.

Non. La prise de progestatifs ne recule pas l'âge de la ménopause mais habituellement permet de vivre la préménopause de façon plus confortable.

  • En cas d'oubli du THS un soir, peut-on le prendre le lendemain matin (Ostrodose® + Utrogestan®) ?

Ce n'est pas une pilule contraceptive, un oubli n'a habituellement pas de conséquence.

  • Le traitement Estima® 100mg + Oestrodose® peut-il favoriser une alopécie ?

Non.

Normalement la fibromyalgie n'est pas une contre indication au traitement hormonal de la ménopause.

  • Ma grand-mère maternelle était ménopausée à 55 ans, ma mère et sa sœur l'ont été au même âge. Puis-je espérer aussi en une ménopause un peu tardive ?

Il y a effectivement des familles à ménopause précoce et des familles à ménopause tardive mais cette règle souffre de nombreuses exceptions.

  • Antécédents familiaux d’ostéoporose. J'ai une SEP et suis traitée par Avonex®. Puis-je bénéficier d'un traitement ?

La sclérose en plaques n'est pas une contre indication au traitement hormonal de la ménopause.

  • Je suis ménopausée depuis 1 an et demi et ayant un utérus fibromateux, puis-je prendre un traitement substitutif hormonal ?

La présence d'un fibrome n'est pas une contre indication absolue au traitement hormonal, c'est une précaution d'emploi. Dans la majorité des cas cela se passe bien.

Non. Le THS n'a pas d'influence sur le fonctionnement de la thyroïde.

  • Ménopausée à l'âge de 47 ans, soit 8 ans, j'ai pris le THS pendant 2 ans, puis Tibolone® antécédent cancer maternel) 2 ans aussi, arrêt à cause du prix, acupuncture, complément alimentaire rien n'y fait ! Bouffées de chaleur de plus en plus intenses ! Problème de para thyroïde et peut être adénome à l'hypophyse. Hésite à reprendre le THS. Qu'en pensez-vous ?

Si vous avez des symptômes gênants, vous pouvez envisager la reprise d'un THS qui habituellement soulage les troubles dès le premier mois.

Non. Mais oui pour les traitements hormonaux locaux (crème et ovules).

  • Peut-on suivre sans problème un régime pendant la pré-ménopause (j'ai 55 ans, en surpoids et plus de règles depuis octobre) sachant que cette période est propice à la prise de poids ?

En péri ménopause 4 femmes sur 5 prennent du poids (une moyenne de 7 kilos) et cette prise de poids est essentiellement abdominale : c'est à la fois un problème de kilos et de centimètres avec une modification de la silhouette. Donc on ne peut que vous encourager à être très vigilante du point de vu alimentaire même si je le sais le combat est très difficile pour beaucoup d'entre vous...

  • Un médecin traitant peut-il prescrire un THS ?

Oui bien sûr.

  • J'ai été ménopausée pendant 15 mois et mes règles sont réapparues, est-ce normal ?

Les frontières entre la pré ménopause et la ménopause sont floues et fluctuantes, une reprise de l'activité ovarienne un an ou une année et demie après les dernières règles est possible.

  • La ménopause fait-elle baisser la libido et si oui, y a t-il un remède à cela ?

Une baisse de libido à la ménopause est une plainte fréquente, quasi quotidienne des patientes. Cependant si le couple s'entend bien, si la sexualité a toujours été une source d'agréments, on peut poursuivre une activité sexuelle satisfaisante bien au delà de l'âge de la ménopause, qui ne sonne pas l'âge de la retraite sexuelle.

  • Peut-on prendre un THS si on a eu un cancer (poumon) avant ?

Seul le cancer du sein est une contre indication absolue à la prise d'un THS.

  • Je vais commencer Microval® ce jour mais faut-il à la 1ère plaquette encore plus me protéger à 52 ans le médecin ne me l'a pas dit.

Vous êtes protégée dès la première plaquette et à 52 ans votre risque de grossesse avoisine zéro.

Chez une femme ayant eu un cancer du sein, nous ne pouvons pas employer de traitement hormonal. Il existe une gamme de traitements non hormonaux, en particulier de phytothérapie ou de médecines dites complémentaires (homéopathie, acupuncture...) qui propose des solutions aux symptômes de la ménopause mais sans toujours avoir une efficacité satisfaisante. Ne vous découragez pas, il faut tester ces différentes alternatives.

Le traitement peut être poursuivi tant que persistent des troubles gênants altérant votre qualité de vie. Ceci dit avec les années, on peut réduire considérablement les posologies employées sans compromettre les résultats.

Les réponses du Dr Lydia Marie-Scemama, gynécologue

  • Je suis en pré-ménopause pour des soucis de santé, est-ce possible d'avoir les mêmes symptômes que lorsqu'on fait une déprime ?

Effectivement la période précédant la ménopause est appelée la péri ménopause elle se caractérise par une diminution des secrétions hormonales ovariennes. Les ovaires ne s'arrêtent pas de fonctionner d'un seul coup. La baisse des œstrogènes peut être responsable de troubles ressemblant à un syndrome prémenstruel : irritabilité, angoisse, anxiété, déprime.

  • Je n'ai pas de bouffées de chaleur mais des douleurs dans les mains et les jambes, mal aux articulations, aux muscles et je suis toujours fatiguée. Comme j'ai eu une hystérectomie avec conservation des ovaires à l'âge de 35 ans donc plus de règles, je ne sais pas si je suis réellement ménopausée. Que me conseillez-vous ?

La situation que vous décrivez est particulière. Vous ne me donnez pas votre âge ! La façon de savoir si vous êtes ménopausée est la pratique d'un dosage hormonal de la FSH plasmatique, pas fiable à 100% ce que vous décrivez arrive souvent au moment de la ménopause.

  • J'ai 69 ans ménopausée à 45 ans je suis depuis sous THS œstrodose 1 dose et Progestan® 100 1 C, est-ce justifié de continuer le traitement j'ai une légère ostéopénie.

L'âge normal de la ménopause se situe entre 45 et 55 ans On peut donc considérer que 45 est un âge normal. Le traitement est toujours remis en question en fonction de ses bénéfices et de ses risques il est certain que si vous êtes bien surveillée (mammographie) le fait d'avoir une ostéopénie a surement joué dans la décision de poursuivre ce traitement, même s'il ne justifie pas totalement aux yeux des autorités.

  • Que faire contre les douleurs articulaires et musculaires lorsqu'on ne peut pas prendre de THS ?

Bouger, faire du sport avoir une alimentation équilibrée, ne pas prendre du poids ou en perdre voir avec son médecin traitant qui peut prescrire des médicaments préventifs de l'arthrose.

  • Je suis ménopausée depuis 6 mois, je souffre terriblement de douleurs dans toutes les articulations et d'arthrose, ce qui m'empêche de dormir, heureusement je suis juste en retraite (j'ai 55 ans). Que me conseillez-vous pour palier ces problèmes ?

L'arrêt de prescription du THS il y a 10 ans a montré que beaucoup d'utilisatrices se plaignaient de ce genre de douleurs. Les oestrogènes agissent sur les cartilages. Vu votre âge, s'il n'y a pas de contre indications, vous devriez envisager la prise d'un THS avec votre médecin.

  • Lutényl® est-il un traitement de la ménopause ?

Le Lutényl® est un progestatif plutôt utilisé en péri ménopause, pour traiter des troubles gynécologiques précis (seins, saignements anormaux, règles irrégulières...). Sauf s'il y a une raison particulière, il n'est pas utilisé en traitement de la ménopause on lui préfère la progestérone naturelle, ou le dydrogestérone.

  • Mon gynécologue m'a prescrit de l'Abufène® et cela a bien marché et mon rhumatologue de l'Evista® et Caltrate® car j'ai un début d'ostéoporose, j'ai une prédisposition de cancer du sein, je ne peux pas prendre les hormones citées.

Plusieurs possibilités sont autorisées même par les cancérologues : colpotrophine, physiogyne, trophigil, gynophilus...

  • Après dosage hormonaux on me confirme l'installation de la ménopause. Est-ce une pré ménopause ou suis-je en pleine ménopause ? 48 ans ! Quelque bouffées de chaleur...

Vous devez être en "péri ménopause" période qui précède la ménopause définitive, les dosages hormonaux ne sont que le reflet de l'instant du dosage. La ménopause définitive s'installe souvent au bout d' 1 an.

  • Je n'ai pas de gynécologue et tous ceux que j'ai appelés ne prennent pas de nouvelles patientes. Comment faire pour obtenir un rdv et faire un bilan ?

Vous avez certainement un médecin traitant qui peut vous conseiller. Tout dépend de l'endroit ou vous habitez. Avez vous essayé de joindre un syndicat de gynécologues par exemple le syndicat des gynécologues médicaux : 01 47 08 50 80.

Effectivement, il ne faut pas commencer trop tôt un THS, il faut attendre d'être vraiment ménopausée on risque de voir les ovaires recommencer à secréter des hormones et on serait alors surdoses.

  • Est-ce dangereux de prendre de l'Abufène® ?

Pas du tout.

  • Est-ce que l'entrée précoce ou tardive en ménopause est influencée par des facteurs héréditaires ?  

Effectivement la génétique peut jouer un rôle.

  • Antécédents familiaux d’ostéoporose. Traitée par Avonex®. Puis-je bénéficier d'un traitement pour la ménopause ?

Pourquoi l'Avonex® ?

Ce n'est pas une contre indication.

  • Agée de 71 ans, je voudrais reprendre le traitement hormonal substitutif que j'ai arrêté il y a 10 ans car je trouve que ma peau vieillit de plus en plus vite. Est-ce possible ?

Ce n'est pas possible et ce en raison des risques cardiovasculaires. En effet, pris au début le THS est préventif des accidents cardiovasculaires car il empêche la plaque d'athérome de se former, après 60 ans il peut faire migrer les plaques d'athérome et être responsable d'infarctus, d'accidents vasculaires cérébraux etc..

  • Malgré le THS depuis plus de 10 ans, mes résultats de l'ostéodensitométrie baissent chaque année. Faut-il changer le dosage hormonal ?

Il faut voir avec votre médecin, il serait logique de prendre un traitement contre l'ostéoporose.

  • On me soigne pour une dépression alors qu'apparemment je suis en pré-ménopause avec des problèmes thyroïdiens, pourquoi les médecins ne veulent pas me faire de bilans hormonaux pour savoir si mes troubles de l'humeur proviennent de cet état transitoire ?

Peut-être devriez vous le leur suggérer.

Les antécédents de phlébite sont une contre indication à la prise d'œstrogènes.

  • Je suis en pré-ménopause depuis 4 à 5 ans et sous THS depuis environ 1 an mais je ne suis pas encore ménopausée ! Est-ce risqué ?

Pas du tout à condition de consulter régulièrement votre gynécologue.

  • A 39 ans, j'ai plusieurs symptômes de péri-ménopause (quelques bouffées de chaleur rares, des suées nocturnes rares, mais importantes, douleurs articulaires et musculaires), pas de modification des règles. Je ne suis pas sous pilule ou stérilet. Il n'y a pas de précédent familial de ménopause avant 48 ans. Dois-je voir ma gynéco plus rapidement que prévu (elle est débordée) ?

Si vous en parliez à votre médecin traitant ? C'est peut-être lié à autre chose ! Peut-être faire des dosages d'hormones thyroïdiennes ?

  • A 39 ans je souffre de douleurs articulaires et musculaires sans qu'un diagnostic n'ait pu être établi, j'ai également parfois des bouffées de chaleur et des suées nocturnes (je dois changer les draps, et le matelas est mouillé).Cela peut-il être les début de la ménopause (pas d'antécédent familial) ?

A voir, bien sur avec votre médecin, après dosages hormonaux visant les ovaires mais aussi la thyroïde.

  • 60 ans, je n'ai plus (opérée) d'utérus et plus d'ovaires, je peux mettre des patchs d'Oesclim® pour arrêter mes bouffées de chaleur ?

Si vous avez commencé ce traitement depuis quelques temps, vous pouvez le continuer, mais sinon, à voir avec votre médecin en raison des risques cardiovasculaires.

  • 24 ans de THS est-ce bien raisonnable ? Puis je continuer ?

Pourquoi pas si vous êtes bien ? A condition d'utiliser des toutes petites doses pour éviter d'avoir des bouffées de chaleur !

  • Les troubles de tension artérielle sont-ils plus fréquents pendant la ménopause ou pré ménopause ?

L'âge est en soit un facteur de risque les œstrogènes sont reconnus comme étant préventifs de la formation de la plaque d'athérome. Leur diminution à la ménopause peut être responsable de la survenue d'HTA, mais il y a d'autres facteurs de risque, surtout le poids, l'alimentation mal adaptée, la sédentarité.

  • Après un cancer du sein non hormono dépendant, puis-je rependre oestodose qui me faisant grand bien ?

Surement PAS.

  • Avoir un antécédent de cancer de poumon est-il une contre indication à un THS ?

Cancer de poumon ne contre-indique pas le THS, mais il faudrait passer à une dose vraiment minimale efficace de l'estrogène et par voie cutanée pour ne pas augmenter le risque thrombogène.

Les réponses du Dr Marina Fedoroff, gynécologue

  • Je prends le THS depuis 11 ans, le problème est que la gélule d'Utrogestan® doit être prise au coucher chaque soir. Je ne peux plus sortir dans la famille ou chez des amis sinon je rate une prise. Y a-t-il une autre solution ?

Utrogestan® se prend des préférence au coucher car chez certaines personnes il peut provoquer une somnolence.

  • Je suis sous traitement hormonal substitutif depuis plusieurs années. Je l'ai interrompu mais face à des douleurs arthrosiques très importantes je l'ai repris et me sens mieux. Devrais-je prendre des hormones à vie et cela augmente-t-il le risque cancéreux ou cardiovasculaire ?

Le traitement hormonal de la ménopause peut être pris tant que les symptômes continuent. L'effet bénéfique du THM sur les articulations est connue également. Peut-être avec le temps vous pouvez diminuer les doses du THM tout en gardant les bénéfices.

  • Sur quels critères décide t-on d'arrêter un THS après quelques années de prise ?

Si vous n'avez plus de bouffées de chaleur à l'arrêt du THM, si votre densitométrie osseuse est normale par rapport à votre contexte, si vous n'avez aucun autre trouble climatérique vous pouvez arrêter le THM.

  • J'ai 52 1/2 et prend Minidril®, le médecin veut que je prenne Microval® car il me dit que c'est pour ca que je ne suis pas ménopausée. Est-on obligée de prendre une pilule à presque 53 ans je ne vais plus être enceinte ?!

Votre médecin a tout à fait raison car prendre une pilule oestroprogestative à votre âge représente un risque cardio-vasculaire. A votre âge même si vous avez les cycles spontanément il n'y a pas de risque de grossesse.

  • Je suis âgée de 47 ans et depuis janvier 2012, mes cycles sont devenus très irréguliers. J'en ai parlé à mon médecin traitant qui m'a affirmé que cela était très courant chez une femme, or dans mon cas, mes cycles étaient auparavant de 28 jours. Je souffre d'une thyroïdite d'Hashimoto non stabilisée (depuis 7 ans), cette pathologie peut-elle avoir des effets sur les cycles ?

Oui maladies de la thyroïde peuvent avoir un impact sur les cycles mais vous êtes aussi en âge de la pré ménopause et vous pouvez avoir des irrégularités des cycles pour cette raison également.

  • Y a t-il une durée maximum de THS préconisée ? Peut-on rester sous traitement toute la vie ?

On continuer le THM tant que les symptômes climatériques gênants persistent mais sa reconduite n'est pas systématique.

Mucogyne, replens, try…

  • Quelle alternative pour les personnes qui n'ont pas le droit aux traitements hormonaux comme moi ?

Pour les bouffées de chaleur : abufène®, phytothérapie, acupuncture, exercices physiques réguliers. Pour la sècheresse vaginale ovules et crèmes, médicaments à visée osseuse seront décidés en fonction de votre densitométrie osseuse.

  • Doit-on prendre Microval® tous les jours et ayant pris Minidril® que j'ai arrêté vendredi 08/06, j'ai mes règles ce jour dois-je commencer Microval® quel jour aujourd'hui ?

Commencer Microval® le premier jour des règles et prenez tous les jours à la même heure et pendant la première plaquette de Microval® rajoutez encore un autre moyen de contraception (préservatif, retrait).

  • Comment savoir si le traitement pris est naturel ou pas ?

Demandez à votre gynécologue. Traitement hormonal de la ménopause est : un estrogène naturel estradiol-17-beta et la progestérone micronisée ainsi que son isomère dydrogestérone.

Abufène® c'est un acide aminé sans aucun effet secondaire indiqué pour les bouffées de chaleurs. Son efficacité sur les arthralgies n'est pas connue à priori.

Traitement hormonal de la ménopause n'est pas contre-indidiqué en cas de l'HTA traitée et bien équilibrée, mais il faut adapter les doses et les voies d'administration du THM.

  • L'oestrodose et le Progestan® sont-ils naturels ?

Oui, tout à fait l'Oestrodose® et la progestérone sont les hormones naturelles.

  • L'Utrogestan® et l'Estrogel® sont-ils de synthèse ou naturels ?

L'Utrogestan® et l'Oestrogel® sont les hormones naturelles.

En savoir plus

La ménopause correspond à la fin de la période reproductive de la femme, habituellement vers l’âge de 50 ans. Elle est marquée par l’arrêt des règles ainsi que par la cessation de l’ovulation et de la sécrétion par les ovaires des hormones sexuelles (oestrogènes et progestérone). L’âge de la ménopause est surtout déterminé par les gènes, il est en partie héréditaire et peut aussi être influencé par l’état de santé.

La baisse en œstrogènes rend les femmes plus à risque de divers problèmes de santé, comme l’ostéoporose, l’incontinence urinaire à l’effort, les troubles cardiovasculaires ou de troubles comme les bouffées de chaleur et sueurs nocturnes, les perturbations du sommeil, les troubles de l'humeur, la baisse de la libido, la sécheresse des muqueuses, le vieillissement de la peau, les cheveux plus secs, une légère prise de poids.

Un mode de vie sain contribue à réduire l’intensité de ces symptômes, améliore la santé cardiovasculaire et osseuse, apporte une certaine protection contre plusieurs problèmes de santé. Les médecins peuvent avoir recours à différents types d’approches pharmacologiques pour combattre les problèmes associés à la ménopause : le traitement hormonal général, local. L’hormonothérapie supplée aux hormones que les ovaires cessent de sécréter permet à la majorité des femmes de voir diminuer ou même disparaître leurs symptômes, elle peut contribuer à ralentir la perte de masse osseuse et ainsi réduire le risque de fracture.

Pour celles qui craignent le traitement ou qui pour des raisons de santé ne peuvent pas le prendre, il existe également des traitements non hormonaux comme la phytothérapie ou l'homéopathie. Des études tendent à montrer que les femmes ayant une vie sexuelle active ont moins de symptômes à la ménopause.

Sur Allodocteurs.fr

Animation 3D :

Questions/réponses :

* Les réponses du Dr Laurent Chevallier, nutritionniste et de Thierry Thévenin, producteur herboriste bio de plantes médicinales

  • A-t-on systématiquement des symptômes liés à la ménopause : bouffées de chaleur, sueurs froides, irritabilité ?
    Voir la réponse en vidéo*
  • Ménopausée, je souffre d'une sécheresse vaginale qui nuit aux rapports sexuels : ovules, traitement substitutif sont inefficaces. Que faire ?
    Voir la réponse en vidéo*
  • J'ai 43 ans et suis déjà ménopausée, depuis peu. Cela peut-il favoriser le développement d'un cancer ?
    Voir la réponse en vidéo*

* Les réponses du Dr Anne de Kervasdoue, gynécologue

Questions/réponses :

  • Pourquoi le tabac est-il un facteur aggravant de l'ostéoporose ?
    Le surpoids favorise-t-il l'ostéoporose ?
    Voir la réponse en vidéo*
  • J'ai pris un traitement de biphosphonate durant sept ans, et malgré cela mon ostéoporose s'accentue. Pourquoi ?
    Les biphosphonates ne risquent-ils pas d'être très nocifs à long terme par leur effet cumulatif dans l'organisme ?
    Voir la réponse en vidéo*

* Les réponses du Pr. Bernard Cortet, rhumatologue au CHRU de Lille

 

Besoin d'un conseil médical ?

Service proposé par

 logo MesDocteurs

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24