1. / Maladies
  2. / Foie, pancréas
  3. / Hépatites

Hépatite B : un virus persistant

L'hépatite B est une infection du foie qui touche au moins 300.000 personnes en France, un chiffre qui a doublé en une dizaine d'années, avec 1.000 nouveaux cas par an. Et selon l'OMS, deux milliards de personnes meurent chaque année de l'hépatite B dans le monde. Pourtant, un vaccin existe. À l'occasion de la Journée mondiale de l'hépatite, ce lundi 28 juillet 2014, Allodocteurs.fr fait le point sur les causes de l'hépatite B ainsi que les moyens de prévenir et de traiter cette pathologie.

Rédigé le , mis à jour le

Hépatite B : un virus persistant
Hépatite B : un virus persistant
Sommaire

Qu'est-ce que l'hépatite B ?

hepatite_B_principe.flv
Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymes décrivent les symptômes de l'hépatite B.

L'hépatite B est provoquée par un virus qui se transmet, comme le VIH, par le sperme ou le sang. Une fois dans l'organisme, celui-ci passe dans le sang et atteint son organe cible, le foie. Cet organe vital sert à épurer le corps des produits toxiques, il stocke les sucres et produit aussi la bile et les substances nécessaires à la coagulation.

L'infection par le virus de l'hépatite B peut donc avoir un retentissement très grave.

Dans plus de la moitié des cas, l'infection disparaît sans avoir causé de symptômes apparents. Une simple fatigue ou une sensation de malaise général sont parfois les seules manifestations. Dans ces cas-là, l'infection disparaît souvent sans traitement et on apprend a posteriori que l'on a été malade, après avoir fait une prise de sang. ." Au total, en cas d'infection, il faut savoir que dans 90% des cas, on guérit spontanément dans les 2 à 3 mois, explique el Dr Pillant-Le Moult hépato-gastro-entérologue. Dans les 10% restant, l'infection devient chronique.

Si des signes apparaissent, il s'agit d'abord d'une lassitude, d'une perte de l'appétit et parfois, de nausées et vomissements. Des signes similaires à ceux de la grippe, comme des courbatures et de la fièvre, sont aussi possibles.

Plus rarement, ces symptômes sont suivis par une jaunisse, ce que les médecins appellent un "ictère" et l'urine devient foncée. C'est typique d'une maladie du foie et cela s'explique par l'accumulation dans le sang d'un déchet organique, la bilirubine.

La jaunisse et les autres symptômes disparaissent ordinairement après trois ou quatre semaines, et la personne, entièrement rétablie, est désormais protégée contre la maladie.

Dans les cas les plus graves, le foie s'arrête de fonctionner brutalement, il s'agit alors d'une hépatite fulminante, mortelle plus d'une fois sur deux. L'hospitalisation est alors indispensable.

Hépatite B : transmission et vaccination

hepatite_B_virus.flv
L'hépatite B est la maladie sexuellement transmissible la plus répandue au monde.

Le virus de l'hépatite B est contenu dans le sang, le sperme et les sécrétions vaginales. L'infection est donc transmise au cours des relations sexuelles non protégées, c'est la maladie sexuellement transmissible la plus répandue au monde. On ne recommande jamais assez de se protéger au cours des rapports à l'aide de préservatifs.

Les toxicomanes ou le personnel médical peuvent aussi s'infecter à cause d'aiguilles contaminées.

Autre possibilité fréquente, notamment dans les pays en voie de développement : une mère peut aussi infecter son enfant pendant l'accouchement ou parce qu'elle allaite, car le lait maternel contient également le virus.

Quant à la vaccination contre l'hépatite B, elle est déjà adoptée dans de nombreux pays, comme les Etats-Unis. En France, elle a été abandonnée parce que soupçonnée de favoriser la survenue de sclérose en plaques. Aujourd'hui, ce lien n'est toujours pas prouvé et la communauté scientifique estime que les bénéfices apportés par la vaccination vont cruellement manquer.

L'hépatite chronique

hepatite_B_temoignage.flv
Le virus de l'hépatite B peut persister dans le sang pendant des années.

Le virus persiste dans le sang chez une personne sur dix, pendant des mois, des années, voire à vie. Elles sont "porteuses chroniques" de la maladie.

Parmi elles, sept sur dix ne présenteront aucun symptôme, car le virus est présent mais n'est pas actif.

Les autres développeront une forme très grave : la maladie évolue en cirrhose, c'est une destruction progressive du foie, puis en cancer au bout de trente à quarante ans. Ces malades doivent être particulièrement surveillés par un médecin.

Hépatites : y a-t-il des pratiques à risque ?

hepatite_B_AD_Q1_risques.flv
Quels sont les risques de contracter le virus de l'hépatite B ?

Si l'on a pas de pratiques sexuelles à risque et que l'on ne se drogue pas, peut-on contracter le virus de l'hépatite B ?

Réponses du Pr. Patrick Marcellin, hépatologue à l'hôpital Beaujon (AP-HP – INSERM) et du Dr Laurent Cattan, médecin généraliste et fondateur de l'association ANGREHC.

La vaccination des nourrissons

hepatite_B_AD_Q2_vaccination.flv
La vaccination est-elle conseillée pour les enfants ?

Quels sont les vaccins existants ? Sont-ils obligatoires pour les nourrissons ?

Réponses du Pr. Patrick Marcellin, hépatologue à l'hôpital Beaujon (AP-HP – INSERM) et du Dr Laurent Cattan, médecin généraliste et fondateur de l'association ANGREHC.

En savoir plus sur les hépatites

Dossiers :