1. / Maladies
  2. / Drogues et addictions

Un spray anti-overdose à l'hôpital

En juillet 2016, l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) avait donné son accord pour une autorisation temporaire d'utilisation (ATU) de Nalscue®, un spray anti-overdose aux opiacés. Les Hospices civils de Lyon font partie des premiers à le prescrire.  

Rédigé le , mis à jour le

Un spray anti-overdose à l'hôpital
Un spray anti-overdose à l'hôpital

A base de naloxone, le spray Nalscue® sera désormais prescrit aux usagers de drogue en cas d’overdose. Les hôpitaux de Lyon font partie des premiers établissements de santé à prescrire ce médicament qui fait l'objet d'une autorisation temporaire d'utilisation (ATU) dans l'attente d'une mise sur le marché.

L’overdose aux opiacés survient lorsqu’une personne prend une dose trop importante d’opiacés de façon brutale. Les opiacés viennent alors saturer les récepteurs cérébraux et vont endormir les centres respiratoires en créant une hypoxie (inadéquation entre les besoins en oxygène et les apports) avec à terme un arrêt cardio-respiratoire.

Illustration de Nalscue®

"L’idée est de mettre à disposition du toxicomane, le traitement qu’appliquent les équipes de secours lorsqu’elles sont alertées pour une overdose", indique le communiqué des Hospices civils de Lyon. "Le naloxone est utilisé depuis longtemps sous forme injectable en intraveineuse comme traitement d’urgence par les professionnels de santé", précise le Docteur Philippe Lack, chef du centre de soins en Addictologie de l’Hôpital de la Croix-Rousse.

C’est un antidote des overdoses aux opiacés (héroïne, morphine, médicaments). "Lors d'une overdose, les opiacés saturent les récepteurs cérébraux en provoquant un risque d’arrêt cardio-respiratoire. Le naloxone va alors chasser les opiacés au niveau des récepteurs. L’effet est immédiat, le produit agit en quelques minutes, trois maximum. Dans chaque kit, il y a deux spray nasaux Nalscue®. Si après l’utilisation du premier spray, la personne ne se réveille pas, il faut alors se servir du second. Deux pulvérisations sont prévues pour chaque dose, une dans chaque narine", explique le Docteur Lack.

Dans la région lyonnaise, le nombre d’usagers de drogues est évalué entre 5.600 et 9.500. Autant de personnes qui pourront bénéficier de ce nouveau traitement en cas d’overdose. "Ce spray nasal, à base de naloxone est simple d’utilisation mais il ne remplace pas la prise en charge du SAMU et l’hospitalisation car son effet est temporaire", prévient Philippe Lack, . Seules les pharmacies des établissements de santé pourront délivrer ce spray.

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24