1. / Maladies
  2. / Coeur
  3. / Hypertension artérielle

Quand la tension monte dans l'artère pulmonaire

L'hypertension artérielle pulmonaire est une maladie peu connue et sous évaluée. C'est une des conséquences graves du Mediator®, même si on peut aussi être atteint pour d'autres raisons. Quels sont les symptômes ? Quels sont les traitements ?

Rédigé le , mis à jour le

Quand la tension monte dans l'artère pulmonaire
Sommaire

Qu'est-ce que l'hypertension artérielle pulmonaire ?

Marina Carrère d'Encausse et Benoît Thevenet expliquent l'hypertension artérielle pulmonaire.

L'hypertension artérielle pulmonaire se manifeste par une augmentation anormale de la pression sanguine, mais uniquement au niveau de l'artère pulmonaire, ce qui la distingue de l'hypertension artérielle classique.

L'artère pulmonaire part du cœur, du ventricule droit, pour rejoindre les poumons. Elle commence avec un diamètre de deux centimètres environ, et se sépare en artère pulmonaire droite et artère pulmonaire gauche, avant de se diviser en plusieurs petites branches et petits vaisseaux.

Son rôle est d'apporter le sang veineux, pauvre en oxygène, du cœur vers les poumons afin qu'il soit réoxygéné. Le sang va circuler plus ou moins rapidement, d'une part en fonction de la force de propulsion du cœur et d'autre part en fonction du diamètre et de la tonicité des parois des vaisseaux. Une substance appelée endothéline et qui est fabriquée par les cellules des parois vasculaires a un effet de vasoconstriction. Autrement dit, elle peut contracter la paroi des vaisseaux et du coup réduire leur diamètre.

En cas d'hypertension artérielle, on observe souvent une augmentation de la quantité de cette endothéline dans la circulation sanguine pulmonaire, ce qui entraine un rétrécissement des petits vaisseaux. Résultat, la pression sanguine pulmonaire augmente. Le sang a plus de mal à passer dans cette zone.

C'est une résistance au flux sanguin qui oblige la partie droite du cœur à travailler davantage, pour pomper le sang vers les vaisseaux pulmonaires, elle se dilate, ce qui peut entraîner une insuffisance cardiaque droite et même conduire à un arrêt du cœur.

Le principal symptôme est donc une difficulté respiratoire avec un essoufflement qui se manifeste surtout au moment de l'effort. Des douleurs thoraciques ainsi qu'une grande fatigue sont très fréquentes chez les personnes atteintes d'hypertension artérielle pulmonaire.

Il existe plusieurs formes de cette maladie, qui présentent les mêmes symptômes, mais ne se traitent pas de la même façon.

L'hypertension artérielle pulmonaire peut être d'origine génétique, elle peut faire suite à certaines maladies du cœur, elle peut aussi survenir à la suite d'une embolie pulmonaire ou dans certains cas être liée au virus du sida. Elle peut aussi être liée à la prise de certains médicaments, comme les maintenant célèbres Mediator® ou Isoméride® du laboratoire Servier.

Quand la cause est inconnue

Michel, 55 ans, souffre d'une hypertension artérielle pulmonaire qu'on appelle idiopathique, c'est-à-dire que sa cause est inconnue.

Le seul traitement possible d'une hypertension artérielle pulmonaire idiopathique sont les médicaments à vie. Tous les six mois, Michel quitte Alès, pour rejoindre l'hôpital Antoine-Béclère en région parisienne, où il subit une batterie d'examens pour surveiller l'évolution de la maladie.

Dans le cas où les médicaments ne suffiraient plus pour traiter l'hypertension artérielle de Michel, il pourrait bénéficier d'une transplantation des poumons et du cœur, seule solution pour traiter définitivement une hypertension artérielle pulmonaire idiopathique. Environ, 200 personnes en France ont été transplantées dans ce but.

Après une embolie pulmonaire

Attention, images de chirurgie : opération à cœur ouvert pour déboucher les artères

Une seule forme d'hypertension artérielle pulmonaire s'opère, c'est celle qui est fait suite à une embolie pulmonaire.

Un caillot sanguin qui bouche l'artère pulmonaire et qui ne s'est pas bien dissous peut évoluer en une hypertension artérielle pulmonaire. La majeure partie des gens ne se rend même pas compte qu'ils ont fait une embolie, au moment du diagnostic de l'hypertension.

Cette opération qu'on appelle endartériectomie consiste à déboucher les artères pulmonaires. Elle est uniquement possible dans la forme d'une hypertension artérielle pulmonaire due à une embolie pulmonaire ; c'est en effet le seul cas où la cause est une obstruction par un caillot et non une augmentation de l'endothéline qui aboutit aux rétrécissement des parois mêmes de ces vaisseaux.

L'hypertension artérielle pulmonaire reste une maladie rare, on compte quinze cas pour un million d'habitants, elle est probablement sous-évaluée faute de diagnostic.

En savoir plus

Dossiers :

Forme et sport :

Questions/réponses :

Dans le forum :

Besoin d'un conseil médical ?

Service proposé par

 logo MesDocteurs

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24