1. / Maladies
  2. / Cancer
  3. / Cancer du sein

Lymphœdème, le syndrome du « gros bras »

Un bras qui gonfle et qui peut atteindre jusqu'à 20 cm de différence avec l'autre bras... C'est le syndrome du "gros bras", appelé communément le lymphœdème secondaire du membre supérieur. Secondaire car il s'agit d'une complication de la chirurgie du cancer du sein.

Rédigé le , mis à jour le

Lymphœdème, le syndrome du « gros bras »
Lymphœdème, le syndrome du « gros bras »
Sommaire

Une altération du système lymphatique

Le lymphœdème expliqué par Benoît Thevenet et Michel Cymes.

La lymphe est un liquide un peu transparent qui circule parallèlement au sang. Transporté par son propre circuit de vaisseaux, le circuit lymphatique. La lymphe transporte les globules blancs, elle est moins riche en nutriments que le sang mais plus riche en déchets, elle draine les excès de liquide se trouvant au niveau des tissus. À chaque passage dans les différents ganglions, elle subit une filtration et un nettoyage complet.

Il arrive que ce liquide ne puisse plus correctement circuler et stagne dans un membre du corps. Celui-ci se met alors à gonfler, on parle de lymphoedème. Le membre le plus couramment touché est le bras car le lymphoedème survient le plus souvent après un traitement par radiothérapie ou une opération chirurgicale pour retirer une tumeur au sein. Lors de ces opérations, il est fréquent de retirer les ganglions avoisinants. Le lymphoedème touche alors le bras situé du côté du sein opéré. Il concerne une femme opérée sur cinq.

Ce syndrome n'est pas dangereux mais il est gênant, voire douloureux : sensation de bras lourd, de peau qui tire, et surtout problème esthétique. Il faut agir vite. Quand l'œdème s'installe et la lymphe stagne trop, les protéines qu'elle transporte vont provoquer à terme une fibrose cutanée, un épaississement de la peau. L'œdème lymphatique devient alors ferme.

Une meilleure prise en charge

Les unités de lymphologie prennent en charge les patients atteints du syndrome du « gros bras »

Après les traitements, les patients doivent porter tous les jours un manchon de contention. Il permet de maintenir le volume du bras. Les cas les plus graves nécessitent une série de traitements à base de bandages et de massages sur une période de 11 jours.

Certaines personnes peuvent développer des lymphoedèmes sans avoir été opérées. Il s'agit dans ce cas de lymphoedème primaire, une maladie chronique qui peut se déclarer très jeune.

Pendant longtemps le "gros bras" a été considéré comme un simple effet indésirable. Il fallait d'abord traiter le cancer du sein qui, lui, peut être mortel. Aujourd'hui, le lymphoedème est de mieux en mieux pris en charge car il est considéré comme une véritable pathologie. Notamment, par les kinésithérapeutes formés au traitement du "gros bras".

Vivre avec le syndrome du « gros bras »

Après un cancer du sein à 32 ans, Claude Boiron a dû affronter une autre maladie, celle de son bras.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr

Dossier :

Dans le forum :

Ailleurs sur le web :

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24