1. / J'ai mal…

La douleur : une histoire de femme ?

Le dilemme qui fait mal : qui des hommes ou des femmes supportent le mieux la douleur ? Si les femmes ont tendance à consulter davantage pour cause de souffrance, serait-ce parce que les hommes avouent plus difficilement avoir mal ? Réponses dans ce dossier.

Rédigé le , mis à jour le

La douleur : une histoire de femme ?
Sommaire

Le mécanisme de la douleur

Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymes expliquent le mécanisme de la douleur.

La douleur : signal d'alarme. Quel que soit notre sexe, la douleur est une sensation qui joue un rôle essentiel dans notre système de défense, aussi désagréable soit-elle. La perception de la douleur sert en effet de signal d'alarme pour avertir le cerveau d'une agression physique ou morale.

Le mécanisme de la douleur. Elle fait intervenir un mécanisme réflexe qui nous permet de bien réagir en se protégeant et en réparant les conséquences d'une agression. Par exemple, si l'on approche de trop près un doigt d'une source brûlante, des récepteurs sous forme de terminaisons nerveuses (les nocicepteurs) envoient un message à la moelle épinière pour déclencher un réflexe : on retire la main sans même y réfléchir.

Mais il existe d'autres douleurs qui font intervenir des mécanismes plus complexes que ceux relevant d'une simple blessure. Par exemple ceux qui signalent une maladie organique (une inflammation ou une infection), ou encore ceux qui signalent une douleur morale ou psychique (les douleurs psychogènes).

Chaque douleur diffère aussi en intensité et en durée. Quand la douleur est forte et de courte durée, on dit qu'elle est aiguë. Quand elle a une évolution de plus de trois ou six mois, elle devient une douleur chronique.

Les femmes plus sujettes à la douleur ?

Plus de douleur au féminin : une explication physiologique ou sociale ?

Les femmes seraient quatre fois plus nombreuses à consulter pour une douleur chronique, comme les polyarthrites rhumatoïdes ou les douleurs abdominales d'après une étude de l'INPES (Institut National de Prévention et d'Education de la Santé). Le mal de tête n'échappe pas à la règle, les 3/4 des migraineux sont en réalité des migraineuses.

Si les femmes sont plus exposées et plus sensibles à la douleur, elles ont aussi plus de facilité à en parler. De par leur éducation, les hommes rechignent à dire qu'ils ont mal quelque part, comme si c'était un signe de faiblesse ou un manque de courage. Alors qu'au contraire, la douleur est le meilleur signal d'alarme pour détecter un véritable problème de santé.

Au centre anti-douleur de l'hôpital Lariboisière à Paris, les patients sont le plus souvent des patientes...

La douleur : inhérente à la condition de femme ?

1 femme sur 5 ne souhaite pas accoucher sous péridurale

Plus endurantes. Même si les recherches montrent que les femmes souffrent de douleurs plus fréquentes et de façon plus intense que les hommes, il semble aussi qu'elles soient plus aptes à composer avec la douleur. Elles vivent en effet des expériences biologiques spécifiques : le cycle menstruel, la grossesse et bien sûr, l'accouchement.

La faute aux hormones ? Ces événements biologiques, contrôlés par les hormones féminines (comme les œstrogènes et les progestérones), influencent la perception de la douleur chez les femmes. Selon une étude américaine, lorsque le taux d'œstrogènes est élevé, le système antidouleur naturel du cerveau déclenche une réponse plus énergique lorsqu'une douleur se déclare. Le cerveau libère des substances chimiques, que l'on appelle endorphines, qui atténuent les signaux douloureux provenant des nerfs. Les chercheurs ont aussi remarqué que lorsque le taux d'œstrogènes est faible, ce même système est moins efficace contre la douleur.

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24