1. / J'ai mal…
  2. / Aux jambes
  3. / Sciatique

La sciatique : un symptôme douloureux

Causant une douleur intense puis une paralysie de la jambe, la sciatique est une conséquence d'une compression des nerfs. Comment soulager les douleurs dues à la sciatique ? Une opération peut-elle empêcher les récidives ? Que faire en cas de sciatiques à répétition ?

Rédigé le , mis à jour le

La sciatique : un symptôme douloureux
La sciatique : un symptôme douloureux
Sommaire

Qu'est-ce que la sciatique ?

Marina Carrère d'Encausse et Benoît Thevenet expliquent les causes de la sciatique.

Des douleurs incessantes le long de la jambe, des difficultés à marcher... il s'agit peut-être d'une sciatique ou d'une cruralgie. Huit Français sur dix se plaignent de mal de dos. Les lombalgies sont la troisième cause de handicap chronique chez les 45/65ans.

Le nerf sciatique prend naissance à l'union de quatre troncs nerveux qui émergent de la partie basse de la moelle épinière, en bas de la colonne vertébrale, au niveau des lombo-sacrés (L4-L5-S1-S2-S3). Il sort du bassin, passe derrière l'articulation de la hanche. Puis, il descend verticalement à l'arrière de la cuisse, jusqu'à la fosse poplitée (à l'arrière de la jambe, au dessus du genou). À ce niveau, il se divise en nerf tibial (qui descend à l'intérieur de la jambe) et en nerf fibulaire (à l'extérieur de la jambe).

Quand on a une sciatique, on a très mal. La douleur peut être causée par une compression osseuse du nerf (liée à une arthrose, une luxation de la hanche…), une compression tumorale, ou encore une inflammation… Mais dans la majorité des cas, c'est une hernie discale (au niveau des lombaires), qui est à l'origine de cette douleur.

Les vertèbres sont séparées par un disque intervertébral. Ce disque est constitué de deux parties : un noyau gélatineux au milieu, et un anneau de fibres autour, qui attache les deux vertèbres ensemble. Si l'anneau se fissure, le noyau s'engage et fait saillie à l'extérieur de la colonne vertébrale. La hernie compresse et irrite la racine du nerf. La douleur peut se propager tout le long du trajet du nerf.

La cruralgie est une affection qui ressemble à la sciatique, mais dans le cas de la cruralgie, ce n'est pas le nerf sciatique qui est comprimé mais le nerf crural. Le nerf crural prend lui naissance plus haut que le nerf sciatique au niveau des lombaires : L2-L3-L4. Il passe par l'arcade crurale, se prolonge le long de la cuisse et se divise en plusieurs branches pour innerver la peau, les différents muscles, le genou, une partie du mollet, la cheville et le pied. S'il est comprimé, une douleur apparaît à l'avant de la cuisse. La cruralgie est moins fréquente que la sciatique.

Des infiltrations pour atténuer la douleur

Les infiltrations d'anti-inflammatoires permettent notamment de soulager l'intensité de la douleur.

La plupart du temps, le repos et la prise d'antalgiques ou d'anti-inflammatoires permettent de venir à bout de la sciatique en quelques semaines ou en quelques mois. Mais quand les douleurs sont chroniques et quand la sciatique résiste aux médicaments, une ou plusieurs infiltrations de corticoïdes peuvent être proposées pour contrer la sciatique en agissant à la racine du mal.

Les injections d'anti-inflammatoires agissent directement à l'endroit où l'on souhaite. Le but : soulager l'intensité de la douleur mais aussi diminuer le temps d'exposition à la douleur, et souvent ces infiltrations peuvent éviter une intervention.

Soigner une sciatique avec l'ostéopathie

Les séances d'ostéopathie permettent de soulager les douleurs.

Pour calmer les douleurs d'une sciatique, on peut commencer par des séances avec un ostéopathe. Mais il faut être prudent et choisir un ostéopathe doux et attentif aux risques que pourraient provoquer des manipulations sur une hernie discale.

Sciatique : une conséquence de la hernie discale

Attention, images d'intervention chirurgicale : le chirurgien libère les nerfs comprimés afin de soulager les douleurs.

Lorsque que les traitements ne suffisent pas, il faut alors recourir à la chirurgie. L'opération s'impose également lorsqu'une paralysie du pied par exemple, signale une souffrance du nerf, qui risquerait d'être irréversible. Mais cette intervention chirurgicale comporte des risques.

L'intervention n'est d'ailleurs pratiquée, que si l'on est certain que la sciatique est causée par une hernie discale. Pour confirmer son diagnostic avant une éventuelle opération, le médecin prescrit généralement un scanner ou une IRM.

Sciatique à répétition : des douleurs invalidantes

Des sciatiques à répétition peuvent rendre diffcile les déplacements quotidiens.

La chirurgie garantit la guérison mais ne peut malheureusement pas empêcher une récidive. Il arrive en effet qu'une hernie réapparaisse, soit au niveau du même disque, soit sur un autre disque et comprime à nouveau le nerf sciatique...

Pour réduire ce risque de récidive, quelques mesures de prévention peuvent être utiles : faire régulièrement de l'exercice physique, se tenir le dos bien droit et les épaules vers l'arrière, s'accorder des périodes de repos pour se dégourdir les jambes lorsque l'on doit rester assis pendant de longues heures ou encore privilégier les sacs à dos aux sacs à main.

Sciatique : le réentraînement à l'effort

Réadapter son dos à l'effort

L'hôpital Cochin, à Paris, organise des sessions de réentraînement à l'effort de cinq semaines pour les personnes souffrant de lombalgies. Chaque patient suit un programme spécifique pour remettre son dos d'aplomb.

"Plusieurs études montrent que la chose la plus délétère pour les lombalgiques, pour les patients souffrant de cruralgie ou de sciatique, c'est le repos. Donc on essaie de motiver les patients à maintenir une activité physique régulière, à maintenir une activité professionnelle même s'ils restent douloureux. Le but, c'est surtout d'être mobile, d'être actif", explique Jonathan Linieres, éducateur activité physique adaptée à l'hôpital Cochin.

Au programme du réentraînement à l'effort : course, vélo, exercices de gainage et abdominaux mais aussi quelques exercices plus ludiques. "L'objectif du réentraînement à l'effort est aussi d'apprendre au patient à bouger, c'est-à-dire de lutter contre la peur de se faire mal par le mouvement. Et par de petits jeux, on peut inciter le patient à bouger, à renforcer ses muscles du dos d'une manière plus ludique que le renforcement musculaire qu'on a l'habitude de faire", précise Jonathan Linieres.

Renforcer ses muscles, améliorer ses capacités physiques pour mieux se réapproprier son corps et gérer la douleur… c'est l'objectif de ces entraînements adaptés. Des exercices parfois très difficiles mais les résultats sont remarquables.

Sponsorisé par Ligatus

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24