1. / J'ai mal…
  2. / Aux articulations
  3. / Crise de goutte

La goutte : une maladie en développement

La goutte est une maladie articulaire provoquée par un excès d'acide urique dans le sang, qui touche neuf fois sur dix les hommes. La première crise commence le plus souvent vers l'âge de 35 ans. Cette maladie, que l'on pensait disparue, est en fait en développement en Asie et en Afrique, comme en Europe. 

Rédigé le , mis à jour le

La goutte : une maladie en développement
La goutte : une maladie en développement
Sommaire

Qu'est-ce que la goutte ?

ad_goutte_intro_070114.flv
Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymes expliquent la goutte.

La goutte est une maladie considérée comme un rhumatisme. Evoluant par crises et s'attaquant aux articulations, la goutte est très douloureuse à tel point que chez certaines personnes, les crises de goutte deviennent invalidantes.

Dans l'imaginaire collectif, la goutte est la maladie des personnes âgées. Mais elle peut aussi toucher les jeunes, les personnes en surpoids, car elle vient souvent d'un déséquilibre de l'alimentation. En Europe, la goutte touche 1 à 1,5% de la population majoritairement des hommes.

Une articulation est délimitée par la capsule articulaire. Les extrémités osseuses en contact sont recouvertes d'un cartilage. La cavité articulaire contient un liquide chargé de nourrir et lubrifier les surfaces articulaires : c'est la synovie.

Quand la quantité d'acide urique est trop importante dans le sang — c'est ce qu'on appelle l'hyperuricémie — il peut se déposer dans et autour de l'articulation sous forme de cristaux et provoquer une réaction inflammatoire : c'est la fameuse crise de goutte (qu'on appelle aussi la goutte aiguë). L'articulation devient brutalement chaude, rouge, enflée et extrêmement douloureuse. Typiquement, la goutte atteint le gros orteil mais il arrive que le doigt, le coude, le genou et la cheville soient touchés.

Sans traitement approprié, la goutte peut devenir chronique. Les dépôts d'acide urique forment alors des tuméfactions dures et jaunâtres, visibles sous la peau. On parle de tophus. Les tophi se localisent au niveau des articulations atteintes, mais aussi à des endroits plus surprenants comme le pavillon de l'oreille, les coudes ou encore les talons d'Achille, par exemple.

Les causes de la goutte

L'alimentation apporte de l'acide urique : c'est le cas des abats, gibiers, cervelles mais aussi des mayonnaises et corps gras, comme les fritures.

En général, l'acide urique est ensuite éliminé dans les urines, mais lorsqu'il est en quantité trop importante dans le sang, on parle d'hyperuricémie, ce qui permet le diagnostic de la goutte.

La goutte a souvent une origine familiale, génétique. L'obésité, le manque d'activité physique, l'alcoolisme et le type d'alimentation ont également un rôle dans la survenue des crises. Il n'est ainsi pas rare qu'elles se déclenchent après un repas bien arrosé, un petit traumatisme ou une fatigue.

Enfin, cette maladie peut être secondaire à une intoxication par le plomb, une leucémie, certains traitements par corticoïdes ou des brûlures étendues.

Les traitements de la goutte

ad_la_goutte_consultation_270212.flv
La prise des traitements peut durer plusieurs mois voire plusieurs années. Suivre l’évolution de la guérison est donc essentiel.

Parfois, lorsque les crises perdurent, des cristaux d'acide urique peuvent former des masses blanches sous la peau, visibles à l'œil nu, ce sont les tophi (tophus au singulier).

La goutte peut également se manifester par des calculs rénaux dans 10 % à 30 % des cas. Elle est également à l'origine de maladies des reins, aboutissant à une insuffisance rénale ou une incapacité totale de fonctionnement des reins.

La goutte est une maladie qui se soigne assez facilement.

Pour les crises, on donne des anti-inflammatoires et de la colchicine sur plusieurs jours. Mais un traitement médicamenteux à vie s'impose : il comporte de l'allopurinol, qui diminue la fabrication d'acide urique, et des uricosuriques, qui favorisent son élimination par les reins, en association avec de la colchicine, qui empêche les crises inflammatoires.

Mais surtout, il faut observer un régime alimentaire strict, boire plus de deux litres d'eau par jour, éliminer les boissons alcoolisées et privilégier les glucides.

La goutte : la recherche avance

itw_la_goutte_richette_150212.flv
Entretien avec le Pr. Pascal Richette, chercheur à l'hôpital Lariboisière (Paris)

Souvent mal connue, la goutte n'a pourtant pas disparu. Cette maladie marquée par des inflammations, des gonflements et des douleurs au niveau des articulations toucherait encore près de 600 000 personnes en France. Mais la recherche ne cesse d'avancer et les traitements progressent.

Si les traitements médicamenteux contre la goutte permettent déjà de guérir bon nombre de malades, la recherche est aujourd'hui en train de franchir un nouveau palier. Comme nous l'explique le Pr. Pascal Richette sur cette vidéo, les équipes de chercheurs de l'hôpital Lariboisière, à Paris, sont parvenues à repérer une protéine (Interleukine 1) responsable de la maladie, et savent désormais la moduler. Résultat, la promesse à court terme d'une alternative thérapeutique.

La goutte : une maladie en développement

goutte_histoire.flv
La goutte semble avoir disparu mais elle reste en développement en Asie et en Afrique.

La goutte fait partie des arthrites et a une fréquence variable dans le monde, entre 0,3 % en Europe et 8 % en Nouvelle-Zélande, chez les Maoris.

Elle évolue de façon variable en fonction des malades. Il existe notamment des formes graves qui commencent avant 30 ans. Mais elles sont heureusement rares. Beaucoup de gens pensent que la goutte a disparu de nos jours. Au contraire, elle se développe et atteint des populations jusqu'ici préservées, comme en Afrique ou en Asie.

En savoir plus sur les maladies articulaires

Dossiers :

Questions/réponses :