1. / J'ai mal…
  2. / Aux articulations
  3. / Arthrose

Arthrose du genou : de l'injection à la prothèse

Un genou douloureux, comme s'il était rouillé, une jambe qui se courbe vers l'intérieur ou vers l'extérieur, une raideur dans l'articulation... C'est peut-être de l'arthrose. Quels sont les signes et les traitements spécifiques de l'arthrose du genou ? A quoi servent les injections d'acide hyaluronique ? Comment se déroule la pose d'une prothèse totale ?

Rédigé le , mis à jour le

Arthrose du genou : de l'injection à la prothèse
Arthrose du genou : de l'injection à la prothèse
Sommaire

Qu'est-ce que l'arthrose du genou ?

Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymes expliquent l'arthrose du genou

Des difficultés pour marcher, monter les escaliers ou tout simplement se baisser… L'articulation du genou est l'une des plus sollicitées du corps humain. Alors quand elle est défaillante, la vie devient très compliquée.

Le genou est une articulation qui relie l'os de la cuisse, le fémur, au tibia et au péroné. À ce trio, s'associe un petit os, la rotule. La partie terminale du fémur est arrondie alors que la partie haute du tibia est presque plate, il y a donc un vide à combler. D'abord avec du cartilage qui protège les surfaces des frottements ainsi que par un coussinet appelé ménisque. Constitué à 90% d'eau, le ménisque sert essentiellement d'amortisseur aux chocs. Les os de cette articulation sont maintenus par des ligaments. La rotule, quant à elle, est maintenue en haut par le tendon du muscle de la cuisse et en bas par un autre ligament (ligament rotulien).

Pour plier ou tendre le genou, une force doit s'exercer sur cette articulation, c'est le rôle des contractions musculaires. Tous ces éléments anatomiques permettent au genou d'être mobile, souple, résistant et capable de supporter en partie le poids du corps. Mais à la longue, les différentes pressions exercées sur le genou ou la survenue de traumatismes peuvent léser le genou. Notamment le cartilage en cas d'arthrose.

Les mouvements du genou deviennent alors douloureux voire impossibles. Quand toutes les solutions thérapeutiques ont été épuisées, la pose d'une prothèse est envisagée.

L'injection d'acide hyaluronique

Quelle est l'utilisation de l'acide hyaluronique dans le cas de l'arthrose du genou ?

Pour soulager la douleur de l'arthrose du genou et repousser éventuellement une intervention, des injections intra-articulaires d'acide hyaluronique peuvent être proposées.

Même si en 2012, la revue Prescrire remettait en question la balance bénéfice/risque de ce traitement mettant en avant de très nombreuses réactions locales parfois graves, l'acide hyaluronique protégerait les articulations en augmentant la viscosité du liquide synovial et en rendant le cartilage plus élastique.

Les injections intra-articulaires d'acide hyaluronique sont des interventions simples réalisées lors d'une consultation chez un rhumatologue. Comment se déroulent ces injections ? Dans quels cas, faut-il les renouveler ?

L'acide hyaluronique est utilisé depuis plus de vingt ans par les sportifs pour protéger leurs articulations. Il s'agit du même produit utilisé en cosmétique mais sous la forme d'un gel beaucoup plus épais et lubrifiant. "L'action est en partie mécanique", explique le Dr Yves Demairais, rhumatologue, "on couvre un cartilage abîmé d'une pellicule huileuse. Et cette pellicule forme un film qui empêche des débris cartilagineux de partir dans l'articulation et de fabriquer de l'inflammation. L'action est donc anti-inflammatoire". L'acide hyaluronique est donc un produit qui réduit aussi la douleur.

Concernant les effets secondaires de ce traitement, s'il n'y a pas de risque d'allergie, il peut en revanche provoquer des réactions inflammatoires. Mais en général, le traitement est très bien toléré.

L'effet de l'acide hyaluronique se ressent dès le lendemain de l'injection. Il est par ailleurs recommandé de ne pas faire plus d'une injection par an.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

La prothèse totale de genou

Attention, images d'intervention chirurgicale ! La pose de prothèse de genou – qu'elle soit totale ou partielle – est une intervention aujourd'hui bien maîtrisée

Quand la douleur n'est plus supportable, la prothèse du genou devient la dernière solution. La prothèse du genou est proposée aux patients qui souffrent d'une arthrose très avancée. Elle remplace une articulation trop usée, qui empêche de marcher en dépit des traitements.

Mais avant de passer à la chirurgie, il faut être certain d'avoir épuisé tous les autres traitements car il s'agit d'une opération irréversible qui demande une longue rééducation.

Comment réalise-t-on la pose d'une prothèse totale de genou ? L'intervention se fait sous anesthésie générale et dure plusieurs heures. Une assistance informatique permet au chirurgien de positionner le plus précisément possible la prothèse de genou. Pour cela, deux guides sont fixés de chaque côté de l'articulation. Ils permettront au système de repérer grâce à des caméras infrarouges la position du tibia par rapport à celle du fémur.

Le chirurgien utilise ensuite un guide de coupe pour tailler le plateau tibial à l'horizontale. Puis il répète le même geste sur le fémur. Le tibia et le fémur sont alors prêts à recevoir les différents éléments de la prothèse. Le chirurgien intervient d'abord sur le tibia où il fixe la première partie de la prothèse. L'autre partie est quant à elle fixée sur la tête du fémur.

Après vérification du bon équilibre ligamentaire, le chirurgien recoud les muscles qui vont entourer le nouveau genou. Après la pose d'une prothèse de genou, les patients doivent suivre un programme de rééducation de plusieurs mois pour retrouver une articulation souple et sans douleur.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Prothèse de genou : après la chirurgie, la rééducation

La rééducation après la pose d'une prothèse de genou

Après la pose d'une prothèse de genou, la rééducation est indispensable. Chaque jour, les patients doivent suivre une séance de rééducation de trente minutes avec un kinésithérapeute. Après une prothèse totale de genou, les objectifs de la rééducation sont de retravailler l'articulation afin de retrouver les amplitudes articulaires, de travailler au niveau musculaire pour retrouver de la force musculaire et de lutter contre les troubles trophiques (oedème, troubles vasculaires…).

À l'hôpital, les patients réapprennent aussi à marcher. Au début avec un déambulateur et ensuite quand le patient a plus d'assurance, les kinésithérapeutes lui apprennent à marcher avec deux béquilles.

À leur sortie de l'hôpital, les patients peuvent rejoindre un centre de rééducation pour retrouver peu à peu leur autonomie.

Besoin d'un conseil médical ?

Service proposé par

 logo MesDocteurs

Sponsorisé par Ligatus

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24