1. / J'ai mal…
  2. / Au ventre
  3. / Gastro

Gastro-entérite aiguë : cinq conseils d'un spécialiste

En plein pic épidémique de gastro-entérite, il est important de rappeler les mesures thérapeutiques et les signes qui doivent faire consulter en urgence. Entretien avec le Pr Christian Peronne, chef de service de Maladies Infectieuses de l'hôpital de Garches.

Rédigé le

Gastro-entérite aiguë : cinq conseils d'un spécialiste
Diarrhée, nausées, fièvre modérée... C'est probablement une gastro.
  • Comment reconnaître une "vraie" gastro ?

Pr Christian Peronne : "Une gastro-entérite se manifeste par des épisodes de diarrhées, une fièvre modérée, des nausées ou des vomissements avec parfois des douleurs abdominales. Les symptômes apparaissent 24 à 48 heures après avoir été en contact avec le virus. Difficile de distinguer une gastro-entérite virale d'une infection bactérienne simplement par l'examen clinique.

En France, la plupart des gastro-entérites sont virales sauf dans certaines infections alimentaires ou dans les cas de diarrhées au retour de voyage, la fameuse "tourista". En général, la fièvre est plus élevée dans les situations d'infections bactériennes.

Il n'est pas nécessaire de réaliser des examens complémentaires pour une gastro-entérite aiguë virale, excepté chez les patients fragiles."

  • Les signes devant faire consulter en urgence

Pr Christian Peronne : "Chez l'adulte, une gastro-entérite aiguë virale est le plus souvent bénigne. Elle peut être responsable de douleurs abdominales modérées. Un adulte doit commencer à s'inquiéter et consulter aux urgences devant un grand état de fatigue, une fièvre persistant plus de 3 jours, des douleurs abdominales importantes ou des diarrhées sanglantes. Tous ces symptômes sont évocateurs d'une infection bactérienne.

Chez l'enfant jeune et le nourrisson, toute gastro-entérite peut potentiellement être grave car les enfants en bas âge se déshydratent très vite. Un nourrisson qui, en plus de diarrhées, vomit, ne tête plus, ne boit plus, convulse, devient hypotonique (perte du tonus, mou), est moins réactif ou perd connaissance, doit être amené de toute urgence à l'hôpital pour être réhydraté rapidement dans un service de pédiatrie.

Même si, en France, les décès suite à une gastro-entérite mal soignée sont exceptionnels, ils restent très fréquents dans les pays en voie de développement. La gastro-entérite est la 4ème cause de mortalité dans les pays en voie de développement."

  • Bien s'hydrater et manger léger

Pr Christian Peronne : "Il s'agit essentiellement de traiter les symptômes de la gastro-entérite. Une réhydratation est primordiale chez l'adulte comme chez l'enfant. Chez l'adulte, la réhydratation se fait par une augmentation des apports hydriques (1,5 à 2 litres d'eau). Chez l'enfant ou le nourrisson, il est préférable d'utiliser des solutés de réhydratation orale, vendus en pharmacie et remboursés par la sécurité sociale. Trop peu de médecins le prescrivent, et des enfants déshydratés sont souvent hospitalisés pour être réhydratés par voie intraveineuse. L'alimentation doit se restreindre à des aliments neutres, riches en amidon ou en pectine et pauvres en fibres comme le riz, les pommes et les carottes.

Manger salé fait également partie des mesures hygiéno-diététiques à respecter pendant la période d'infection. Le sel retient l'eau et évite les déshydrations. Les patients avec un régime sans sel pourront faire exception à leur régime en cas de gastro-entérite pour éviter de se déshydrater. Il est important de veiller à ce que les personnes âgées, aussi fragiles que les enfants, s'hydratent bien et mangent salé en cas de gastro-entérite."

  • Eviter les ralentisseurs du transit

Pr Christian Peronne : "Les ralentisseurs du transit (comme le lopéramide) sont déconseillés. En ralentissant le transit, les germes risquent de stagner dans le tube digestif et de prolonger voire d'aggraver les symptômes. Il ne faut donc pas prendre ces médicaments de façon systématique.

Il est possible d'en consommer avec modération pendant une durée limitée si la personne en a vraiment besoin pour des raisons "pratiques" (pas de toilettes à disposition, voyage en voiture prolongé, travail à l'extérieur). En cas de douleurs abdominales ou de fièvre, il est possible de prendre des médicaments comme le paracétamol. Si la gastro-entérite est d'origine virale, les antibiotiques n'ont pas leur place.

Le virus se transmet facilement d'une personne à une autre, d'où l'importance de se laver les mains au savon plusieurs fois par jour pour éviter de contaminer son entourage. Une personne est contagieuse jusque 48 heures après la fin des symptômes."

  • Des vaccins pour prévenir la gastro-entérite

Pr Christian Peronne : "Pour prévenir la gastro-entérite du nourrisson, deux vaccins oraux sont à disposition (Rotateq et Rotarix). Ils permettent une couverture vaccinale contre le rotavirus, virus responsable de la majorité des gastro-entérites et particulièrement celles qui entraînent une déshydratation majeure. Ce vaccin oral se prend en plusieurs prises. Il peut être prescrit dès le 2ème mois de vie.

La vaccination contre la gastro-entérite ne figure pas dans le calendrier vaccinal, elle est simplement recommandée. Une discussion est en cours pour décider de son éventuel remboursement en France. Pour l'instant, seuls 20% des enfants sont vaccinés en France. La vaccination permettrait d'éviter certains engorgements des services d'urgences ou de pédiatrie pendant les périodes épidémiques de gastro-entérites, qui surviennent souvent en même temps que les épidémies de bronchiolite."

 

Pour en savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :


Ailleurs sur Internet :