1. / J'ai mal…
  2. / Au dos
  3. / Syndrome de la queue de cheval

Syndrome de la queue de cheval : à détecter d'urgence !

Contrairement à ce que pourrait laisser croire son nom, le syndrome de la queue de cheval n'a rien d'anodin. Il peut en revanche durablement handicaper les malades, même après l'opération. D'où l'importance de repérer ce syndrome le plus tôt possible.

Rédigé le , mis à jour le

Syndrome de la queue de cheval : à détecter d'urgence !
Syndrome de la queue de cheval : à détecter d'urgence !
Sommaire

Syndrome de la queue de cheval : précisions anatomiques

145-syndrome_queue_cheval_anatomie_moelle.flv
Les explications en images avec Michel Cymes

Le syndrome de la queue de cheval est une affection très particulière située au bas du dos, au niveau de la colonne vertébrale. Celle-ci se termine par les vertèbres lombaires, numérotées de L1 à L5 de haut en bas, qui se prolongent ensuite avec le sacrum. On ne parle de syndrome de la queue de cheval que pour les problèmes qui surviennent en dessous de la deuxième vertèbre lombaire. Cette pathologie correspond à une compression des nerfs à cet endroit.

A l'intérieur de la colonne vertébrale passe la moelle épinière. C'est de là que partent la plupart des nerfs qui permettent le contrôle des différentes parties du corps. Cette moelle ne descend pas jusqu'en bas de la colonne vertébrale : elle s'arrête justement sous cette fameuse deuxième vertèbre lombaire.

Sous la moelle, se trouve un paquet de racines nerveuses qu'on appelle la "queue de cheval". Ces nerfs, qui ressortent au niveau des dernières vertèbres lombaires ou du sacrum, permettent de contrôler les organes situés dans le bassin et les membres inférieurs. Quand ils sont comprimés, on parle de syndrome de la queue de cheval.

Syndrome de la queue de cheval : comment le détecter ?

145-syndrome_queue_cheval_operation_moelle_nerfs.flv
Cet homme de 42 ans souffre d'une tumeur qui comprime sa moelle épinière. Une seule solution : l'opération

A cause de la tumeur, les messages nerveux passent moins bien, ce qui peut entraîner des douleurs, une perte de sensibilité et une paralysie partielle des membres inférieurs ou encore des troubles des sphincters. Même s'il ne faut pas paniquer au moindre mal de dos, il faut rester très attentif aux sensations inhabituelles : engourdissement des membres inférieurs ou fourmillements, chutes inexpliquées ou sensations étranges lorsque l'on urine. Il ne faut pas hésiter à consulter au plus vite un médecin pour être fixé.

Ce syndrome peut survenir chez tous les adultes, homme ou femme, à n'importe quel âge. La cause la plus fréquente est la hernie discale, c'est-à-dire un disque entre deux vertèbres qui appuie sur les racines nerveuses. Mais il peut aussi s'agir d'une tumeur qui, en grossissant, vient faire pression sur les nerfs. Dans tous les cas, une seule solution existe : l'opération chirurgicale.

Syndrome de la queue de cheval : il faut agir vite !

145-syndrome_queue_cheval_temoignage.flv
Christian a 60 ans, il a été opéré et suit depuis 2 ans une rééducation pour remobiliser ses muscles

Ce qu'il faut vraiment retenir du syndrome de la queue de cheval est l'urgence de l'intervention. Tout se joue quasiment dans les vingt-quatre heures après l'apparition des symptômes. Dès que le diagnostic est clairement établi, par IRM, par exemple, il faut opérer vite, car ce syndrome peut entraîner des séquelles irréversibles.

C'est d'ailleurs pour cela que de nombreux patients gardent quand même des problèmes après l'opération. La perte de sensibilité des organes génitaux et des membres inférieurs peut mettre des mois à s'atténuer, et parfois, certaines sensations ne reviennent jamais.