1. / J'ai mal…
  2. / Au dos
  3. / Hernie discale

Hernie discale : quand le disque ne tourne plus rond

Vous avez mal au dos, comme 70% des Français ? Ce sont peut-être vos disques, ces petits "coussins" situés entre les vertèbres de la colonne vertébrale pour amortir les chocs. C'est quand ils s'abîment que la hernie discale apparaît, et les douleurs avec. Quelles sont les solutions en cas de hernie discale ?

Rédigé le , mis à jour le

Hernie discale : quand le disque ne tourne plus rond
Hernie discale : quand le disque ne tourne plus rond
Sommaire

Qu'est-ce qu'une hernie discale ?

Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymes vous montrent ce qu'est une hernie discale.

Un faux mouvement ou un effort puis une douleur intense qui irradie dans le dos… C'est le signe caractéristique d'une hernie discale. Elle touche autant les femmes que les hommes, généralement entre 35 et 55 ans. La hernie discale est une altération du disque présent entre les vertèbres.

La colonne est formée de 24 vertèbres mobiles : sept cervicales, douze dorsales, cinq lombaires et cinq sacrées soudées. Ces vertèbres protègent la moelle épinière. De chaque côté émergent des fibres nerveuses qui vont avoir soit un rôle sensitif, soit un rôle moteur vers le reste du corps. Le rôle du disque vertébral est d'amortir les chocs et de protéger la colonne vertébrale des traumatismes.

Ce disque est entouré d'une paroi fibreuse et rigide pour contenir son centre mou et élastique. Avec l'usure du temps ou à la suite d'un traumatisme, cette paroi plus rigide peut s'ébrécher et laisser la partie molle migrer vers l'extérieur et comprimer la moelle épinière ou les nerfs. La hernie peut se former à n'importe quel endroit de la colonne et les signes diffèrent en fonction du nerf atteint ou si la moelle elle-même est comprimée.

Fourmillements, engourdissement, sensation de faiblesse musculaire et raideur des membres sont les signes les plus fréquents de la hernie discale.

Le diagnostic de la hernie discale

Qu'est-ce qu'un électromyogramme ?

Dans la plupart des cas, la hernie discale est diagnostiquée grâce à des images comme l'IRM. Mais pour 10 à 20% des patients, il est nécessaire de faire un examen complémentaire : l'électromyogramme.

Lorsque l'IRM ne suffit pas à expliquer les symptômes, un électromyogramme peut être réalisé. Cet examen permet de préciser l'origine des douleurs et d'évaluer la nécessité d'une opération. L'examen s'effectue en deux temps.

Dans un premier temps, le médecin électromyographiste étudie les nerfs au niveau de la jambe et du pied grâce à de petites électrodes de surface et en utilisant des courants électriques. La machine calcule alors la vitesse de conduction nerveuse, c'est-à-dire la capacité des nerfs à transmettre le courant nerveux jusqu'au muscle. Plus les nerfs sont abîmés par la hernie, moins ils sont capables de transmettre le message nerveux. Cette première étape permet aussi de déterminer si en dehors de la hernie, d'autres causes peuvent expliquer la douleur comme des maladies du nerf.

Pour la deuxième étape de l'examen, le médecin utilise non plus des électrodes mais des aiguilles fines introduites directement dans les muscles. Au total, quatre muscles sont testés sur chaque jambe. En fonction de la localisation de l'aiguille, le médecin peut déterminer au niveau de quelle vertèbre se situe la hernie la plus agressive.

Grâce aux informations fournies par l'électromyogramme qui seront comparées avec les examens d'imagerie, le chirurgien peut alors décider si une intervention est nécessaire ou non pour soulager le patient.

La hernie discale : première cause de consultation anti-douleur

Quand les traitements médicamenteux ne suffisent pas à calmer la douleur, un traitement local peut être proposé pour réduire l'inflammation : l'infiltration.

La hernie est douloureuse, quelle qu'en soit l'origine. Le mal se fait ressentir le plus souvent en bas du dos, puisque dans 95% des cas, la hernie se situe au niveau des vertèbres lombaires. Elle entraîne alors des lombalgies (les classiques douleurs dans le bas du dos) accompagnées ou non d'une sciatique.

Le long de la jambe et dans le dos, les douleurs dues à la compression du nerf peuvent devenir insupportables. Pas étonnant donc que la hernie soit la première cause de consultation des centres anti-douleur.

La guérison de la hernie a lieu généralement après un mois et demi de traitement médical et certaines précautions.

Le traitement commence par la mise au repos et à l'abri des situations à risque pour le dos. Mais la station alitée ne doit pas excéder un à deux jours, car il affaiblit les muscles du dos et ankylose les articulations.

L'application de glace à l'endroit de la hernie peut diminuer l'inflammation.

Les médicaments, eux permettent de soulager la douleur. C'est le cas des antalgiques, des anti-inflammatoires ou des décontractants musculaires.

L'injection de corticoïdes est employée lorsque les médicaments ne suffisent pas. Sous guidage radiologique, le médecin repère la région à anesthésier. Puis il place une aiguille de guidage afin d'atteindre la zone inflammatoire. Dernière étape : le radiologue injecte les corticoïdes. Pour qu'une infiltration soit efficace, les patients doivent se reposer durant 48 heures. Ils doivent ressentir les bénéfices des infiltrations quelques jours après. Si ce n'est pas le cas, une seconde infiltration peut être envisagée.

Des séances de rééducation avec un kinésithérapeute peuvent être prescrites avant mais aussi après une intervention.

La discectomie : l'ultime recours

Quand aucun traitement ne fonctionne pour soulager les douleurs provoquées par la hernie discale, on propose en dernier recours l'intervention chirurgicale.

Dans environ 10% des cas, les traitements médicamenteux et les injections ne suffisent pas à soulager les douleurs dues à la hernie discale. L'opération chirurgicale doit alors être envisagée en urgence lorsque ces traitements ne répondent plus, lorsque la hernie est associée à une paralysie des membres ou à des problèmes intestinaux ou urinaires (dans 5 à 10% des cas de hernie).

Lors de la discectomie, le chirurgien enlève le disque abîmé.

Hernie discale : la méthode McKenzie

La méthode McKenzie permet de traiter la hernie discale sans avoir recours à la chirurgie.

Très souvent, la chirurgie n'est pas nécessaire pour soulager les douleurs dues à la hernie discale. Des séances de kinésithérapie peuvent soulager le patient. Depuis le début des années 80, la méthode McKenzie, du nom du kinésithérapeute néo-zélandais qui l'a mise au point, permet de travailler sur l'extension et la cambrure de la colonne vertébrale pour atténuer les douleurs.

Le principe de la méthode McKenzie est d'étirer la colonne vertébrale en adoptant des postures cambrées. L'objectif étant de réintégrer le noyau dans le disque intervertébral. La sollicitation répétée de la colonne permet de limiter l'inflammation de la hernie et les douleurs.

Les exercices de la méthode McKenzie permettent également de renforcer la musculature du dos tout en conservant le principe de la cambrure. Les patients apprennent ainsi à soulager leur dos à n'importe quel moment de la journée grâce à des exercices qu'ils peuvent facilement reproduire.

L'idéal est d'effectuer trois séries de dix mouvements par jour. Dans 80% des cas, la méthode McKenzie soulage durablement les hernies discales si l'indication est bien posée.

Prévention : comment soigner ses disques

Quelques principes de base suffisent à préserver son dos, car la hernie n'est pas une fatalité !

Une bonne posture tout d'abord. Le dos doit être bien droit et les épaules en arrière. Pour porter un objet lourd, il faut fléchir les genoux et s'accroupir, et non, se pencher en tordant son dos !

Une activité physique régulière, précédée d'un échauffement en douceur, entretient la souplesse de la colonne vertébrale. Des abdominaux et des dorsaux musclés sont la garantie d'une meilleure position. Enfin, perdre quelques kilogrammes excessifs ne peut faire que du bien !

Sachez que certains sports sont particulièrement bénéfiques pour le dos : le cyclisme, la natation, la marche rapide sont vivement conseillés.

Hernie discale : la réadaptation à l'effort

Réapprendre à bouger sans avoir mal

Une fois la crise aiguë passée, la douleur provoquée par la hernie discale peut s'installer dans le temps et devenir chronique. Un centre de rééducation situé en banlieue sud de Paris propose un stage intensif de réadaptation à l'effort pour réapprendre à bouger sans avoir mal.

Besoin d'un conseil médical ?

Service proposé par

 logo MesDocteurs

Sponsorisé par Ligatus

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24