1. / J'ai mal…
  2. / Au dos

Douleurs dans le dos ou le ventre : et si c'était le syndrome de Maigne ?

Une douleur qui irradie dans le bas du dos ou dans le bas du ventre et pourtant rien à l'imagerie...Vous souffrez peut-être du syndrome de Maigne. Appelé aussi syndrome de la charnière dorso-lombaire, ce mal est méconnu des médecins. Résultat : les patients qui en souffrent se retrouvent souvent à consulter plusieurs spécialistes avant de comprendre l'origine de leurs douleurs. Explications.

Rédigé le , mis à jour le

Douleurs dans le dos ou le ventre : et si c'était le syndrome de Maigne ?

Le syndrome de Maigne est appelé ainsi du nom du rhumatologue qui dans les années 70 parle pour la première fois de douleurs projetées. Son fils, le Dr Jean-Yves Maigne, également rhumatologue explique l'origine de ce syndrome : "Les nerfs qui sortent des vertèbres descendent très bas pour se terminer au niveau de la fesse. On comprend donc que n'importe quel problème médical qui survient au niveau de la zone thoraco-lombaire puisse donner des douleurs qui se projettent dans la fesse et qui sont ressenties beaucoup plus bas".

Cette pathologie est difficile à diagnostiquer. Les IRM ou radiographies ne montrent aucune lésion dans la région dorso-lombaire. Seul l'examen clinique permet d'identifier le syndrome de Maigne. "Le syndrome thoraco-lombaire est souvent lié à une position prolongée assise, pas toujours dans des positions correctes. Il y a alors une compression de la charnière thoraco-lombaire. Compression qui va entraîner des contractures musculaires puis un blocage de la vertèbre", explique Jean-François Pérot, kinésithérapeute ostéopathe. Autre problème, ce syndrome peut également être responsable de douleurs abdominales ou dans l'aine, au niveau de la hanche, d'un testicule, d'une lèvre gynécologique, du pubis,... ce qui laisse cours à de multiples interprétations.

Quand la manipulation n'est pas suffisante pour soulager la douleur, des infiltrations de corticoides peuvent être proposées. Dans de rares cas, une chirurgie est nécessaire pour libérer le nerf comprimé. La prise en charge de la douleur chronique comprend les médicaments, les moyens physiques (application de chaud ou de froid), la kinésithérapie, l'hypnose ou la sophrologie ; un soutien psychologique est vivement conseillé en cas de douleurs altérant la qualité de vie et l'humeur.

Sources :

A VOIR AUSSI

Besoin d'un conseil médical ?

Service proposé par

 logo MesDocteurs

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24