1. / Grossesse - Enfant
  2. / Grossesse
  3. / Grossesse à risques

Pré-éclampsie : attention, grossesse à risque !

Les symptômes habituels et souvent bénins chez la femme enceinte, comme la migraine, la nausée, les œdèmes, les maux de ventre… peuvent parfois cacher un syndrome annonciateur d'une urgence. Il s'agit du syndrome de prééclampsie, qui se caractérise par tension anormalement élevée et trop de protéines dans les urines. L'urgence, c'est l'éclampsie.

Rédigé le , mis à jour le

Pré-éclampsie : attention, grossesse à risque !
Pré-éclampsie : attention, grossesse à risque !
Sommaire

Qu'est-ce que la pré-éclampsie ?

DOSS_pre-eclampsie_intro.flv
Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymes expliquent la pré-éclampsie.

L'éclampsie est une sorte de crise d'épilepsie généralisée. L'organisme entier de la femme enceinte se dérègle. Le corps s'empoisonne. Selon l'Association de prévention et d'actions contre la pré-éclampsie (APAPE), l'éclampsie complique environ 5 % des grossesses et entraîne souvent la mort de l'enfant et de la mère. D'où l'importance de réagir au stade de la pré-éclampsie appelée également toxémie gravidique, c'est-à-dire lors de l'apparition de signes annonciateurs. Il y a les signes qui sont fréquents lors d'une grossesse normale, nausées, migraines, prise de poids rapide, etc., mais deux autres signes doivent alerter : une tension anormalement élevée et trop de protéines dans les urines (signe que le rein souffre).

La prééclampsie peut se déclarer dès la 20ème semaine de grossesse et nécessite souvent une hospitalisation en urgence. La patiente doit être mise au repos absolu sous antihypertenseurs pour lutter contre l'élévation de la tension artérielle, mais sans diurétique pour ne pas faire travailler davantage les reins.

Si le risque d'éclampsie est trop important, une seule solution : déclencher l'accouchement pour sauver la mère même si la survie du bébé est compromise.

Les chercheurs n'ont pas encore réussi à déterminer les causes exactes de la pré-éclampsie, mais il semble que le métabolisme de la future maman n'accepte pas bien la présence du placenta et déclenche une réaction.

Pré-éclampsie : une expérience qui laisse des traces

DOSS_pre-eclampsie_temoin.flv
Pour éviter un autre traumatisme, Estelle a décidé de ne plus avoir de grossesse.

Comme c'est le cas huit fois sur dix, la pré-éclampsie intervient dès la première grossesse. Pour Estelle, le pire a été évité mais l'expérience l'a profondément marquée. Elle a donc choisi de ne pas risquer une seconde pré-éclampsie.

Pré-éclampsie : les mamans sous surveillance rapprochée

DOSS_pre-eclampsie_consultation.flv
Quelques jours après le reportage, France a accouché d’une petite Joséphine et tout s'est bien passé.

Malgré les 15 à 20 % de risques de déclencher une nouvelle fois la maladie, certaines femmes décident quand même de se lancer dans une deuxième grossesse. Mais pour éviter toute complication, elles bénéficient d'une surveillance particulière. C'est le cas de France qui passe une journée entière à la maternité pour effectuer plusieurs examens.


 

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Ailleurs sur le web :